vendredi 21 juin 2013

UN SI LONG PARCOURS...Extrait

 On n'en peut plus de vivre, très bleus, très nuls, enchevêtrés. Nous dérivons, captifs étranges du présent. À l'intérieur du désir, ce pourrissement sûr, ces signes avant-coureurs d'un mal très pur.   Toi, crié dans le plaisir, mais englué déjà.   Barbouillé de raisins, de soleils violets, de prunes éclatées, le temps triomphe. Tout traqué, tout cloué, figé. Nous piétinés, éclaboussés. Brume des larmes déjà sèches. On n'en peut plus.     Mourir ne peut suffire.   .   COLETTE GIBELIN ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 15 juin 2011

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

Le cri, parfois, s’achève en mélodieInstants purs,où la souffrance se fait musiqueet ligne de partageoù la blessure s’épanouiten corolle aérienneet geysers de lumière …. Transparentdésarmé,ce matin d’extrême tension,et toute la beauté du monde,désormais inutileLa mer est cruauté, avec ses coquillages,ses splendeurs oubliéesOn ne s’habitue pasIl faut partir pour ce voyageau-delà du soleilau-delà des larmes et des riresLe ciel est pureté,dénuementOn n’en reviendra pas   .   COLETTE GIBELIN   .   Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 3 mai 2011

UN SI LONG PARCOURS....Extrait

(....) Nous cherchons ce lieu de vertige où les rumeurs de la vie s’irisent de lumière,ce lieu de nulle part, oiseau fulgurant et avide, étrange et mauve, aux ailes déployées versl’absence et le rêve.Chasseurs entêtés de l’ailleurs, nous flottons, îles de solitude au-dessus desgrands fonds où grouillent tant de présences que le regard évite.Ici, le monde est plein. Le monde craque, éclate, pourrit. Le monde étincelle etjaillit. Ici.Le silence nous lance le cri des fontaines. Ici. Nous ne l’entendons pas,insensés que nous sommes,... [Lire la suite]
mardi 29 mars 2011

COLETTE GIBELIN

Automne admirable et trompeur Fête folle des couleurs Comme si la terre était pétrie de joie et d’or Les oiseaux s’en vont vers ailleurs Ils ont bien tort Le monde est superbe et fragile Cette beauté qui s’éparpille me fait un peu peur Le ciel est un palais de mille fleurs Il faut aimer chaque seconde Vivre est miracle provisoire emporté par le vent . . . COLETTE GIBELIN . . . Angelika Privalihin    
Posté par emmila à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 30 janvier 2011

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

Le parfum des pétunias  la saveur des oranges  est-ce là le bonheur ?  ou bien faut-il espérer l’impossible   et parler d’absolu avec nos mots de paille ? .. .COLETTE  GIBELIN .. .Oeuvre Andrée Desrochers
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 30 janvier 2011

UN SI LONG PARCOURS....Extrait

J'aimais vivre dans l'odeur de l'herbe et les enlacements de l'air. Jamais l'eau longue des nuits, l'orange éclatée de midi. Algues brunes et rumeurs de lumière, dans les éclaboussures d'avenir, j'allais, sans réticences.Les rythmes du soleil étaient ma mémoire et mon horizon. J'ai grandi comme un olivier dans les grandes vagues du temps. La terre était ronde et chaude, était un nid. Je rêvais d'harmonie.Parfois, l'angoisse sonnait l'hallali. Tout était à recommencer. .. .COLETTE  GIBELIN .. .
Posté par emmila à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 10 décembre 2010

LUMIERES...Extrait

Terre de Sienne Ocres de Roussillon Le paysage est un chemin qui mène à l’impossible espace couleur de safran et de miel Terres brunes aux relents de tabac A Roquebrune, cette nuit-là, j’ai retrouvé le silence des pierres et le goût fauve de mourir Noirs soleils des volcans étouffés sous leur lave Terres rouges envahies par les pins et brûlées de cigales Saveurs d’épices L’été s’allonge sur les collines Le paysage est une île de lumière qui ne mène qu’à lui-même Terres blondes où le pas se fait léger et sûr ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 25 novembre 2010

COLETTE GIBELIN

"Le jour viendra la nuit aussi j'ai peur, tout à coup, de ce qui gronde en moi comme un chacal en proie au mal de faim. j'ai peur de toutes mes faims de vivre, inassouvies et prêtes à me dévorer. Je suis la proie de ma propre faim. Je meurs de ce manque immense de l'univers: non désir, non échange, non transparence. Je meurs de froid dans le négatif du soleil. Il y a pourtant, quelque part, des embrasements, des mots vibrants comme des violons, et des sources où boire à longs traits la lumière." ..." la pierre, comme nous, résiste,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 11 août 2010

SOUFFLES ET SONGES...Extrait

(...)Dure sera la chute,si violente que les larmes se tarissentLes mots sont comme des pierresblessantes et meurtriesOn essaie de franchir la frontièreMais les barbelés sont en nousRivés, figés,nous ne parvenons plus à prendre notre envolEt voici qu’à nouveau on s’élève, on renaîtOn peut dire le ventqui nous entraîne au-delà des maraisvers le miracle du soleilOn peut dire la nuit férocepour ne pas oublierle souffle de la bêtela dure loi du mondeDire l’herbepour vivre encore un peudans l’éblouissement végétalAucune chute,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 24 août 2009

UN SI LONG PARCOURS...Extrait

Désormais je consens, que la lumière soit le souffle pur qui transfigure toute ruine et rédime le monde, et que la nuit revienne, pourtant. D’un dernier mouvement j’apaise ma révolte. J’accepte l’instant nu. Geste essentiel, éclatement solaire, et que mes mots soient des fissures, où la vie se fragmente. Ombres et lumières. Un visage soudain traversé d’émotion, une envolée peut-être? Puis la chute, brutale, dans le vide obscur, et nos regards dépossédés que le réel submerge. J’accepte la fracture, puisqu’il le faut, et la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,