samedi 14 mai 2011

SIDO....Extrait

Car j’aimais tant l’aube, déjà, que ma mère me l’accordait en récompense. J’obtenais qu’elle m’éveillât à trois heures et demie, et je m’en allais, un panier vide à chaque bras, vers des terres maraîchères qui se réfugiaient dans le pli étroit de la rivière, vers les fraises, les cassis et les groseilles barbues.    A trois heures et demie, tout dormait dans un bleu originel, humide et confus, et quand je descendais le chemin de sable, le brouillard retenu par son poids baignait d’abord mes jambes, puis mon petit torse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 3 septembre 2010

LE FANAL BLEU...Extrait

« Au lieu d'aborder des îles, je vogue donc vers ce large où ne parvient que le bruit solitaire du cœur, pareil à celui du ressac. Rien ne dépérit, c'est moi qui m'éloigne, rassurons-nous. Le large, mais non le désert. ».COLETTE.
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 2 novembre 2009

JOUR GRIS...Extrait

  À fréquenter le chat, on ne risque que de s'enrichir. Serait-ce par calcul que depuis un demi-siècle, je recherche sa compagnie? Je n'eus jamais à le chercher loin : il naît sous mes pas. Chat perdu, chat de ferme traqueur et traqué, maigri d'insomnie, chat de librairie embaumé d'encre, chats des crémeries et des boucheries, bien nourris, mais transis, les plantes sur le carrelage ; chats poussifs de la petite bourgeoisie, enflés de mou ; heureux chats despotes qui régnez...sur moi.» . COLETTE .
Posté par emmila à 19:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 2 novembre 2009

NUIT BLANCHE...Extrait

  «J'appartiens à un pays que j'ai quitté. Tu ne peux empêcher qu'à cette heure, si épanouie au soleil, sous la chevelure embaumée des forêts, l'herbe profonde noie le pied des arbres d'un vert délicieux et apaisant, dont mon âme a soif. tu le chercherais en vain, tu ne verrais qu'une campagne un peu triste qu'assombrissent les forêts, un village paisible et pauvre, une vallée humide, la montagne bleuâtre qui ne nourrit pas même les chèvres». Viens, toi qui l'ignore, viens que je te dise tout bas le parfum des bois de mon pays,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 26 août 2009

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

Je rêve. Fond noir enfumé de nues d'un bleu très sombre, sur lequel passent des ornements géométriques auxquels manque toujours un ornement, soit du cercle parfait, soit de leurs trois angles, de leurs spirales rehaussées de feu. Fleurs flottantes sans tige ou sans feuilles. Jardins inachevés ; partout règne l'imperfection du rêve, son atmosphère de supplique, d'attente et d'incrédulité. Point de personnages. - Silence, puis un aboiement triste, étouffé. .Moi, en sursaut. - Qui aboie ?Une chienne. -Moi. - Qui, toi ? Une chienne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 10 mai 2009

COLETTE GOURMANDE...Extrait

Son installation en Provence est symboliquement d'une nature très différente de ses autres déménagements. Elle renoue ici avec ses racines paternelles et se confronte ainsi à un versant jusqu'ici inexploré de ses origines; n'oublions pas que son père, le capitaine, était Tou­lonnais. Elle met beaucoup d'ardeur à installer sa « province » méridionale. Elle fait construire une véranda sous laquelle elle pourra dormir l'été et apporte surtout grand soin à l'agen­cement de son jardin. Elle le remodèle en brusquant les habi­tudes d'Étienne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 10 février 2009

PRISONS ET PARADIS

Sous nos yeux, le mimosa-sensitive, pour tromper l'agresseur, plie tous ses coudes de ramilles, abat ses aisselles de feuilles et ne livre qu'une dépouille évanouie. Un à un tombent les secrets des plantes, leurs défenses féeriques. Leurs pièges jouent à nu et dévoilent l'instinct carnassier, le goût du meurtre. Les bords vernissés, arrondis en lèvre, d'un calice cillé sont mortels. Une autre fleur referme sur l'insecte des herses entrecroisées de poils inflexibles... Eh ! quoi, elles sont méchantes, elles aussi ? Elle ont un sexe... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 14 octobre 2008

VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

"J'appartiens à un pays que j'ai quitté. Tu ne peux empêcher qu'à cette heure, s'y épanouisse au soleil toute une chevelure embaumée de forêts. Rien ne peut empêcher qu'à cette heure l'herbe profonde y noie le pied des arbres d'un vert délicieux et apaisant, dont mon âme a soif... Viens, toi qui l'ignores, viens que je te dise tout bas : le parfum des bois de mon pays égale la fraise et la rose ! Tu jurerais, quand les taillis de ronces y sont en fleurs, qu'un fruit mûrit on ne sait où, - là-bas, ici, tout près, - un fruit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,