mercredi 11 novembre 2015

LE MONDE D'AVENIR

 La quête du féminin m’a toujours accompagné. Je ne parle pas seulement du désir charnel, mais du besoin de l’amitié, de l’affection des femmes. Je crois à la nécessité d’en finir avec cette exaltation du masculin, entendu comme la volonté de puissance, l’agressivité, la domination. Je me sens profondément blessé par la subordination universelle de la femme. Combien d’hommes sont capables de s’assumer sans celles qu’ils jugent inférieures? Combien de filles n’ont pas accès à l’éducation? Combien d’épouses sont encore opprimées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 15 avril 2013

LETTRES AU VIVANT...Extrait

Je te parlerai à tu et à toi de sorteque tu ne saches plus lequel est ton endroit.Amour Frère en complice et l'argumentdu trouble. Tu es cela plus ce que nous ignoronsl'un de l'autre.Je suis toi comme tu es probablement moi.Je t'appelle et t'embrouille et te devancepour nous éprouver pour te posséderet nous déposséder à corps et à coeurtoi le vivant que je ne cesse de harcelertoi l'urgent fiché dans le tohu bohuMa patience nous épaulera.J'étaille l'incertitude. L'aujourd'huiest trop bref pour remâcher l'indécision.L'aujourd'hui en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 7 février 2013

CE QUI EXISTE

JE n'existe pas. TU n'existes pas.  Ce qui existe, et dans quelle lumière!  C'est ce qui s'est tressé entre nous, ce qui est filé entre nos deux quenouilles, la relation, l'entre-nous. Ce qui n'est pas, c'est toi et moi - séparés -   ce qui est, c'est tout ce qui nous relie, tout le champ fluctuant entre nos consciences, cette intensité, cette immensité que nous partageons, cette immensité tendue comme une vaste voilure entre Dieu, les choses et les êtres. Ce qui n'est pas, c'est l'océan et la terre - séparés... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 14 novembre 2012

EPITHALAME A NOUCHE

Soyons de ces oiseaux que chante Appolinaire Pihis qui n'ont qu'une aile et qui volent par couple. Sois l'aile de réserve pour mon exubérance la paix la permanence de mes rêves d'errance. Toi l'aimant la mesureet moi la fantaisie. Je serai ton audace tu seras ma patience Toi la lampe et l'étoile mon sang et ma prunelle l'eau de source candide où mes sèves s'abreuvent. Moi la ruse et la lutte ton feu ton étincellele rude le solide où tes vertus s'affûtent. Je serai la rosée de tes jardins intimes le vent doux l'aube claire qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,