lundi 14 janvier 2019

SEULE LA VOIX DEMEURE...Extrait

Pourquoi m'arrêterais-je? J'allaite de mes seins les grappes vertes du blé. La voix, la voix, seule la voix, la voix du désir clair de l'eau à couler, la voix de l'écoulement de la lumière de l'étoilesur la paroi de féminité de la terre, la voix de la conception de l'embryon du senset l'extension de l'esprit commun de l'amourla voix, la voix, la voix, seule la voix demeure. Dans le pays des nains, les critères de la mesureont toujours tourné sur le parallèle de zéro degré.Pourquoi m'arrêterais-je? J'obéis à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

mercredi 15 août 2018

POESIE ETCETERA: MENAGE...Extrait

Je défendrais la posture suivante : nécessité de la poésie ; nécessité, si on est poète, de se revendiquer comme poète. Pas d’excuse. Je suis contre la posture du renoncement.- Vous parlez au nom de qui ? En mon nom propre. Je vois les choses ainsi, c’est tout.- Et vous justifiez l’existence de la poésie ? La conception de la poésie qui résulte des hypothèses avancées ne peut donner à la poésie aucune des justifications qui sont généralement proposées comme raisons de son existence, de sa survie. Elle n’amène pas non plus à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 16 mai 2016

DE L'AURORE...Extrait

Plus encore que le silence des ténèbres l'aube est annoncée par un silence spécifique, un silence révélateur que l'inquiétude de celui qui attend ou espère ressent comme une imminence: "Elle vient , elle est en train de venir". Le condamné, non à mort, mais à mourir, le ressentira d'une manière impossible à transcrire, même si il lui est donné de continuer à vivre . Mais si l'on n'espère ni ne craint, alors arrive la révélation de ce silence par lui même, sans promesse aucune. La promesse voile si souvent la présence réelle, la... [Lire la suite]
samedi 15 mars 2008

LORSQUE JE DEVIENS FRUIT

Fille et garçon je fus conçue sous l’ombre de la luneMais Adam fut sacrifié à ma naissance,Immolé aux vendeurs de la nuit.Et pour combler le vide de mon autre essenceMa mère me baigna dans les eaux du mystèreM’enveloppa dans les langes de la contradiction.J’étais dans l’égarement profond lorsqu’elle m’a surpriseCar elle me plaça sur le bord de chaque montagneMe livra au spectre du silenceEt au grondement des questions.Elle me voua à l’Eve des vertiges et de la métamorphoseEt me pétrit de lumière et de ténèbresPour que je devienne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,