samedi 9 juin 2018

CINQ MÉDITATIONS SUR LA BEAUTÉ...Extrait

Merci à Cristina Castello .   En estos tiempos de miserias omnipresentes, de violencias ciegas, de catástrofes naturales o ecológicas, hablar de la belleza puede parecer incongruente, inconveniente, incluso provocador. Casi un escándalo. Pero por esta misma razón, vemos que, en lo opuesto al mal, la belleza se sitúa efectivamente en la otra punta de una realidad a la cual debemos enfrentarnos. Estoy convencido de que tenemos el deber urgente, y permanente, de examinar los dos misterios que constituyen los extremos del universo... [Lire la suite]

lundi 28 mai 2018

LETTRE A POISSON D'OR...Extrait

"Là est le domaine des accrocs, des coutures, tout ce qu'il faut recouvrir, oublier. Aimer, c'est ne plus être dans le monde où l'on attendait l'amour. Mais aussi se désigner à l'animosité de ceux qui incarnent la vie normale. Je veux, à force de vous aimer, vous enseigner une façon d'être que le autres ne peuvent comprendre : elle les condamne. Faites attention à ceci : un blessé, un malade, un infirme, il est reposant pour l'esprit de le définir comme un malheureux. L'idée de son bonheur est insupportable à une conscience normale.... [Lire la suite]
samedi 12 mai 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

L’exercice qui te sauve :Te tenir comme un arbre,Ancré dans les courants,Consentant aux averses,Être fleuve sans rivesOu bien cet homme deboutQui marche dans sa nuit,Sans lieu, sans autre solQue le bel aujourd’hui,Conscient que tout naufrageRecèle des trésors,Oublieux de ses failles,Ne gardant que l’élan,La clarté des passages,Invitant chaque oiseauÀ demeurer chez lui.     .     JEAN LAVOUE     .      
Posté par emmila à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 3 mai 2018

LE MARCHEUR

Pour Gérard G.   .Pour celui qui gravit la montagneIl est déplacé de se prétendre le meilleur ou le seulMais il est sage de se concentrer sur son pasLa rumeur importe peuPour celui qui est au plus pur de l'écriturePeu importe son nom il écrit pour nous tousEcrire est un chemin dans la montagneToute une vie ne suffit pas pour atteindre le sommetMais le bonheur du jour est là présent dans la connaissanceConscient de la douleur humaineConscient de la beauté du mondeVivre est ce passage abruptDe la douleur à la beautéDe l'extase à... [Lire la suite]
dimanche 15 avril 2018

RESONNANCES

Il faut revenir exalter la peau mûrie de longues pensées inachevées. Il faut reconstruire la halte dans laquelle on a tout abandonné : l’épreuve et ses ruisseaux de peine, l’échec et ses tourbillons aiguisés comme les bords tranchants d’une falaise. L’innocence ne connaît pas le malaise des jours meurtris. Désarmer, on l’était déjà bien avant l’existence. Une vie entière à écouter en soi les oracles lointains, les troubadours de l’excellence et, si peu de murmures revenus de là-bas. Nulle part l’écho fragile d’un cœur solitaire. Nulle... [Lire la suite]
vendredi 13 avril 2018

LE SOLITAIRE

Ainsi, le solitaire ne peut survivre à moins qu'il ne soit capable d'aimer tout le monde, peu importe le fait qu'il est probablement considéré par tous comme un traître. Seul l'homme qui a pleinement atteint sa propre identité peut vivre sans la nécessité de tuer, et sans la nécessité d'une doctrine qui lui permette de le faire avec une bonne conscience. Il y aura toujours une place, dit ionesco "pour les consciences isolées qui se sont mises debout par la conscience universelle" comme contre la mentalité de la masse. Mais sa place... [Lire la suite]

vendredi 13 avril 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Il n’y a plus de feu pour forger nos matins, Plus de lois, de serments où nous serions tenus,Tous les noms sont perdus, les cartes, les indices,Nous sommes sans racines comme des rois déchus. Nous n’avons plus de cap, agir est sans boussole,Nous ruons à tout-va enserrés dans la nasse, Ceux qui croient voir l’issue nous précipitent à perte Ceux qui pensaient mieux faire nous ligotent un peu plus. Notre legs ne sera qu’écriture du ventCar nous brisons les sceaux qui nous réunissaient,Les clés sont inutiles, les... [Lire la suite]
lundi 9 avril 2018

ESQUISSE D'UNE PHENOMOLOGIE DE LA SOLITUDE...Extrait

Comment ne pas sentir (...) que cette intimité qui me protège et me définit est un obstacle définitif à toute communication ? Tout à l'heure, perdu au milieu des autres, j'existais à peine. J'ai maintenant découvert la joie de me sentir vivre, mais je suis seul à la goûter. Mon âme est bien à moi, mais j'y suis enfermé (...) Les autres ne peuvent violer ma conscience, mais je ne puis leur en ouvrir l'accès, même lorsque je le souhaite le plus vivement. Mes gestes et mes paroles sont des signes sans contrepartie. Ils peuvent seulement... [Lire la suite]
dimanche 25 mars 2018

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Perdre notion de la douceur de l'amande écale éclatée Perdre notion de ce lexique où se prirent tous mes oiseaux quand faseillaient les feuilles quand chaque arbre était singulier dans sa façon de ciseler l'espace & sasser la lumière Oh les mots de ma préhistoire Oh cette cécité loin du livre initial J'ai laissé tous mes gestes dans la conscience d'hommes maigres & secs de pauvres traversant le plus clair des jours pour échanger des grains des mots ou pour prendre le thé le temps de ne rien dire écouter... [Lire la suite]
samedi 24 mars 2018

SEUL UN CALICE

Seul un calice rempli de larmesa l’éloquence du discoursquand il parle de la grandeur humaine. Qui donc encore a consciencede l'opulence indécentequand des enfants meurent de faim? Je sais que "beauté" est un mot païenqui se décline en cris de cœur. Je viens de la lumière intérieure du verbe et des choses.Je viens d’une lumière originelleque la matière cacheà l’insignifiance de l’œil humain. Je viens de la lumière matricequi articule l’atome pour donner la vie.Je viens d’un seigneur de sang lointain.Je viens de mes... [Lire la suite]