samedi 6 août 2016

MEMORIAL DE L' ÎLE NOIRE...Extrait

J’ai besoin de la mer car elle est ma leçon : je ne sais si elle m’enseigne la musique ou la conscience : je ne sais si elle est vague seule ou être profond ou seulement voix rauque ou bien encore conjecture éblouissante de navires et de poissons. Le fait est que même endormi par tel ou tel art magnétique je circule dans l’université des vagues. Il n’y a pas que ces coquillages broyés comme si une planète tremblante annonçait une lente mort, non, avec le fragment je reconstruis le jour, avec le jet de sel, la stalactite, et avec une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 22 juillet 2016

DELEUZE...

“Nous vivons dans un monde plutôt désagréable, où non seulement les gens, mais les pouvoirs établis ont intérêt à nous communiquer des affects tristes. La tristesse, les affects tristes sont tous ceux qui diminuent notre puissance d’agir. Les pouvoirs établis ont besoin de nos tristesses pour faire de nous des esclaves. Le tyran, le prêtre, les preneurs d’âmes, ont besoin de nous persuader que la vie est dure et lourde. Les pouvoirs ont moins besoin de nous réprimer que de nous angoisser, ou, comme dit Virilio, d’administrer et... [Lire la suite]
jeudi 21 juillet 2016

SYRIE...COMBIEN DE TEMPS ENCORE ?

Ceux qui regardent souffrir le lion dans sa cage pourrissent dans la mémoire du lion. Les Matinaux (1950) RENE CHAR   .   Affreux....! Ne nous voilons pas la face, car c'est nous qui bombardons...NOUS, L'OCCIDENT !!!! Tous les jours sont des jours de deuil en Syrie ...Le 19 juillet 2016 est une journée de deuil pour les familles de 300 victimes innocentes, la presse en parle un peu , une "bavure " de la coalition à laquelle s'ajoute le massacre quotidien par le régime et Poutine .... Alep comme d'autres villes sont... [Lire la suite]
lundi 18 juillet 2016

MAHMOUD DARWICH... Extrait de son allocution inaugurale à la Cité du Livre d’Aix-en-Provence, avril 2003

Merci Thami   "Sans doute avons-nous besoin aujourd’hui de la poésie, plus que jamais. Afin de recouvrer notre sensibilité et notre conscience de notre humanité menacée et de notre capacité à poursuivre l’un des plus beaux rêves de l’humanité, celui de la liberté, celui de la prise du réel à bras le corps, de l’ouverture au monde partagé et de la quête de l’essence. "   .     MAHMOUD DARWICH Extrait de son allocution inaugurale à la Cité du Livre d’Aix-en-Provence, avril 2003   .   ... [Lire la suite]
jeudi 23 juin 2016

L'ECRIN VERT...Extrait

La pulsion première de la vie palpite dans la moelle des figuiers, ses harmoniques insonores vibrent nuit et jour au fond du ciel – et mes veines jusque dans les fibres résonnent d’elle ; et dans les profondeurs du conscient une danse se compose de figures invisibles au chant du feuillage susurrant. Volubiles sont ces arbres, ces plantes en feuilles et en fleurs- au fond de l’abysse de silence où le verbe est roi, au travers des terres et des eaux silencieux j’écoute la respiration première sacrée, j’entends la muette rumeur de la... [Lire la suite]
dimanche 8 mai 2016

LE TEMPS SCELLE...Extrait

"Pour être libre, il suffit de l'être, sans en demander l'autorisation à personne. Il faut se faire une hypothèse sur son propre destin et s'y tenir, sans se soumettre ni céder aux circonstances. Une telle liberté exige de l'homme de véritables ressources intérieures, un niveau élevé de conscience individuelle, et le sens de la responsabilité devant lui-même et par là devant les autres.La tragédie est hélas que nous ne savons pas être libres. Nous réclamons une liberté qui doit coûter à l'autre mais sans rien lui abandonner en... [Lire la suite]

lundi 25 avril 2016

LA MORT EST UNE ILLUSION

La mort est une illusion. On ne meurt pas mais on naît de différente manière. On naît dans le renouveau total, ce qui donne l'impression d'une rupture nommée mort. Chaque fois que le renouveau est profond, chaque fois que le renouveau est total, la mort est le premier mot qui vient pour décrire cette naissance radicale. La naissance radicale elle-même est une sorte de mort, c'est-à-dire un changement, une renaissance qui brise les limites stagnantes de la finitude, de la saturation. La mort offre à la conscience un voyage interne dans... [Lire la suite]
samedi 5 mars 2016

LIBERTE PEDAGOGIQUE

Je tiens à ma Liberté. Raison pourquoi jamais je ne m'assujettirai à aucun «socle» ni à aucune «compétence». Arrière, socles, compétences, et autres boutiquailleries mortifères! Arrière «projets» et «pilotage»! Arrière machins blêmes et sans âmes! Trucologie écervelante et inane! Lavage de cerveau totalitaire! Mon projet - y compris pédagogique - est d'assassiner toutes les servitudes à venir, d'ôter le fer du pied des galériens petits et grands. De faire voir les mouettes circonflexes qui font de grands signes et écrivent des phrases... [Lire la suite]
samedi 27 février 2016

REDUIS A ETRE CE QUE JE SUIS

Ici, je respire ce que j’expire ailleurs. L’orage a creusé des sillons d’eau et de branches qui vont rejoindre la mer. Ici, le néant n’en finit pas de dégorger ses noyaux d’éclairs.    Brûlent et refleurissent les fruits rouges de la terre. Cloaques de mots, des langues tombent dans la gamelle des sens mutants. Je ne suis pas certain d’être en lieu et place d’une rénovation cataclysmique.     Des sculptures explosent sous les rayons agressifs du soleil. Anéanties, elles s’immolent gentiment sur les stries... [Lire la suite]
samedi 23 janvier 2016

MAINS

Quel contact étonnant, vieil homme, établissent tes mains avec les nôtres !Que les siècles de mort sont vains devant tes mains...L’artiste sans nom comme toi les a surprises dans un mouvement de prisedont on ne sait s’il vibre encore ou s’il vient de s’éteindre,Les veines battent, ce sont des vieilles veines durcies par le chant du sang,ah, que prennent-elles, tes mains de vigueur finissante,s’agrippent-elles à la terre, s’agrippent-elles à la chair,la dernière ou l’avant-dernière fois,ramassent-elles le cristal qui contient la... [Lire la suite]