mercredi 11 novembre 2015

A MA FILLE

Regarde en arrière, il pleut des gens. Neige tremblée, mouchetée, tombée d'origines multiples. Mémoires anciennes donnant chair au présent, tu es leur sillage ma fille. Le passé n'est visible qu'au drapé du rideau qu'on soulève parfois. Dans cet avant de soi, les jeux, les histoires, les séductions, les ornements, tout se confond, se fond, chaque unique mêlé. Des murmures clapotent, il faut tendre la mémoire pour retrouver le fil. La langue est incertaine, la traduction aléatoire. Toujours les marionnettes courent... [Lire la suite]

jeudi 10 septembre 2015

N'OUBLIE PAS LES CHEVAUX ECUMANTS DU PASSE...Extrait

"Lorsque nous confondons le passé avec ses désastres et ses faillites, sa poussière et ses ruines, nous perdons accès à ce qui se dissimule derrière ; à l'abri des regards : le trésor inépuisable, le patrimoine fertile... Car bon gré mal gré nous vivons sur l'acquis multimillénaire de ceux qui nous ont précédés. Nous foulons la terre des morts, habitons leurs maisons, bien souvent ensemençons leurs terres, cueillons les fruits des arbres qu'ils ont plantés, terminons les phrases qu'ils ont commencées. Pas un coin de rue, pas une... [Lire la suite]
mercredi 15 décembre 2010

JUSTE UN AN PASSE

Juste un an passe fut – un été qui ignorait la perte partout adouci par l’amour des gens proches des champs – particularisé, à croire, pour sa race ! – la vie se mesurait à cette seule continuité d’un temps – devenu soi comme le sang le souffle – à cette seule continuité – exigée pour que sur nos visages des simples mots paraissent les paupières transparentes qui s’illuminent – d’un invisible mouvement des larmes . GUENNADI AÏGUI .   Oeuvre Julien Dupré
Posté par emmila à 19:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 18 décembre 2008

NOUGARO

Cet enfant surgira d'un silence de perle,de nos vies échangées dans un éclair d'azur, et le noir aujourd'hui, et l'effroi qui déferle s'enfuiront à jamais poursuivis par les murs, les murs d'une maison qui se nomme le monde, ouverte à tous les vents fredonnant des oiseaux... Il renaîtra de nous, ma brune à l'âme blonde, et la mort plus jamais ne fera de vieux os. . CLAUDE  NOUGARO .
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,