jeudi 12 novembre 2015

CHAIR DE TOI

                       toi contre moi..............comme lumière appuyée                                  .........contre terresouffles emmêlés.....................dans le silence engourdi           ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 3 octobre 2015

CANTATE POUR UNE FLEUR

Cri qui perça le tout       de bout en bout l'indicible douleur de la gitane voix qui contient l'alpha et l'omega et le reste va et vient continu depuis le grand silence du début   La lumière diffuse s'est figée      en goutte                              graine d'inaudible musiques     danses... [Lire la suite]
lundi 21 septembre 2015

LE CORPS UTOPIQUE - LES HETEROPIES...Extrait

Peut-être faudrait-il dire aussi que faire l'amour, c'est sentir son corps se refermer sur soi, c'est enfin exister hors de toute utopie, avec toute sa densité, entre les mains de l'autre. Sous les doigts de l'autre qui vous parcourent, toutes les parts invisibles de votre corps se mettent à exister, contre les lèvres de l'autre les vôtres se mettent à exister, contre les lèvres de l'autre les vôtres deviennent sensibles, devant ses yeux mis-clos votre visage acquiert une certitude, il y a un regard enfin pour voir vos paupières... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 20 septembre 2015

ELEGIE POUR LA REINE DE SABA

Tombe le boubou. Au coup sec de la syncopeFuse le buste transparent sous la chasuble noire, striquée d’or vert consonant au cimierDont la jupe est ouverte sur les flancs, sur les jambes vivantes.C’est le deuxième mouvementQui germe dans le sol quand battent les plantes des piedsSecoue les hanches, et c’est la montagne volcan qui tangue, cambre les lombesPour exploser, la gorge éclose, dans l’éclat serein du Printemps, le parfum sombre du gongo, la terre de la chair.Puis sous le ciel délié diaphane, s’ouvrit le mouvement des pollens... [Lire la suite]
lundi 8 juin 2015

SIESTE

Qui de nous deux savait jusqu’où retentiraient nos rires Dans la grève de l’eau ton corps se fait une peau proche de la mienne En mains mêlées nous vivons dans la persistance du jour attentifs à l’appel de nos gestes courbés et dans la géométrie du rêve muscles et nerfs noyés le temps coule en présages circulaires O vie lovée O vie larguée Qui de nous deux savait jusqu’où s’élèveraient nos jeux Une porte qui grince le chant de draps froissés la parole en noyau dans la nuit douce des métaux et sur les rides éblouies du mur la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 2 mai 2015

ELLE NE SUFFIT PAS L'ELOQUENCE

Elle ne suffit pas l’éloquence.Mon cœur ce soir se balanceEt glisse au fil d’une paupièreLampion de misèreQui n’éclaire pas ma nuit.Homme noir mais non d’onyx,Homme couleur de dépitTitubant par le marais des petites haines,Tu voudraisComme une alouette son miroirUn soleil où mourir avec ta peine.Tu cherches mais trop inquietPour trouver ton Reposoir.Rien ne brilleNi les yeux, ni le fer, ni l’aimant anonymeQui libèrent de mille clousTes douleursOù l’essaim des mouches au vol boiteuxDes mouches qui n’ont qu’une aileAllument de piètres... [Lire la suite]

lundi 1 décembre 2014

PUISQUE L'AUBE EST DEFAITE

Ton corpsSur l’estran,Comme une épave.Les goélettes quittent le rivage, pourtant.De grands oiseaux de merS’expatrient en Hollande :Le deuil est un voyagePour le peuple des nues.Ton corps,Sur l’estran,N’étincelle plus.Les vagues ont tout boufféDe tes feux-étoiles d’or.L’appel du large…Méfiance.Ton corps, ton corps…Sirène étouffe et meurt.Ton corpsHappéPar l’Océan,N’est plus que sable flasque,Un souvenir salin.     AURELIEN DONY        
Posté par emmila à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 19 novembre 2014

ARGILE

Argile pétrie de rêves durables De corps que l’eau départage Rêves de jade et de rosée Corps de souffles et de sang Quelle main hors de la mémoire Pétrissant l’un et puis l’autre Pétrissant le vide médian Où tout désir sera échange Qui est brisé sera comblé Qui est comblé sera tout autre Argile pétrie de corps durables De rêves dont les corps sont nés Rêves de souffles et de sang Corps de jade et de rosée   .   FRANCOIS CHENG   .    Oeuvre Paul Sieffert  
Posté par emmila à 20:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 10 mai 2014

FORCE DE LA PAROLE - QUAND LA PAROLE EST DE FEU

(Récit en rêve) — J’entends tinter le seau en fer contre le puits. Tu rêves de transparence jusqu’au transvisible. Le tigre de l’œil carbonise l’Outrepassant. — Tout l’or de l’ouvert fond dans la voyance. — Ma parole caresse tes lèvres de ses yeux doux. Ses doigts les touchent, — les dessinent — et les entrouvrent. — Tes lèvres et leur énigme d’improbable. Ma parole pose sa main sur ton visage et elle enfonce son majeur dans ta bouche, jusqu’au cœur de ta vision de rose et de corne. Or, l’éclat de tes dents dans la pénombre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 14 avril 2014

JE N'AI PLUS MAL, JE M'ACCOMPAGNE

Je ne répugne pas à marcher dans ma tête. Seul dans ma chair, l’infirmité danse comme une gitane autour d’un feu. Mon corps et moi, nous tenons l’humiliation du handicap à bout de bras, loin des flammes et des pas incertains. Un bateau à l’amer grince toujours dans la cruauté de mes rêves. Dans les bulles d’une brume opiniâtre, résiste la morsure faite aux formes pures. Mais, j’accepte la laideur qu’inflige la peine. Reste à convaincre les autres, tous les autres, que malgré l’infirmité, il n’y a pas péril en la demeure.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,