samedi 9 juin 2018

LE FOU DE BAB CHÂBA

Soliloque du fou assis sur le trottoir Journal où il découpe de ses doigts minutieux comme un théâtre d'ombres   silhouettes de quel chaos quelle intime dramaturgie descendance de quel secret   confidences d'épouvantail que n'écoutent plus les oiseaux     .     RAYMOND FARINA Extrait de Détails in Anecdotes, Rougerie, 1988     .  Oeuvre Gaston Chaissac  

lundi 25 juin 2007

HOMMAGE A VICENTE PRADAL

VICENTE PRADAL "un poète plus proche du sang que de l'encre, un poète plein (les voix mystérieuses que lui-même, heureusement ne sait pas déchiffrer)... ; un homme véritable qui sait bien que le jonc et l'hirondelle sont plus éternels que la joue dure de la statue ». Ces mots de Federico Garcia Lorca présentant Pablo Neruda, en 1934 à Madrid, semblent se prolonger pour Vicente Pradal. Vicente est poète par sa mise en rêves des grands appels qui parlent en lui, par sa musique, sa voix presque timide qui s'élève comme fumée... [Lire la suite]