samedi 6 juillet 2019

OCEANS PARALLELES

Être, si peu de choses, en définitive, que le temps dévore à sa guise et que la mer réfugie, immémoriale... Vastes océans parallèles que  l'existence,  la mémoire, un penser imaginant ; ainsi de l'âme ! Parvenir au terme de la raison ou dénégation de ce qui fut d'emblée asséné, dans les méandres et les arcanes de la pensée unique ! Quoi choisir, retenir, avant le grand saut, à l'ancre noire  ? Que de digressions ... Mais de l'espace, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, vers  l'autre versant du temps que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 30 mars 2019

LA NUIT LA MER APRÈS AILLEURS D'AUTRES CIELS

Rêve de  ne plus dormir ou verser  dans le long sommeil de la nuit dés-astres sans Lumière    .   Les Moires  les  Parques  infatigables filandières    La folle Camarde    la Grande Faucheuse Ô figures de la  Mort   dont le O ouvert sonne creux résonne comme un euphémisme caverneux Aveu capital    aux cent vains  maux      tellement démuni qui survient     tôt ou tard au terme... [Lire la suite]
mercredi 8 août 2018

LES VENTS ABSENTS

  L'écho râle des vents absentsS'en retourne des monts pétrésOù se perdent in-conscientsLe poème vagabond de l'âmeHasardeuse la destinée Au souffle pèlerin Qui m'eût porté vers toiJe te ressens comme tu m'écoutes Et de nous ce cantique oséD'une frange dévêtue d'éternité   .   CRISTIAN-GEORGES CAMPAGNAC   . Oeuvre Max Gasparini
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 23 mai 2018

COMME UN AUTOMNE

 La sente s'accôte sans tarder au flanc du versant. Pierreuse, parcourue de minces filet d'eau, aux bordures jonchées de fleurs et de plantes grasses des rocailles.Majestueuse, dans toute sa longueur lovée sur la pierre réfringente et humide, une couleuvre se dore au soleil.Le bruit des pas la dérange. Elle s'y dérobe, sans bruit,furtivement, puis nous abandonne, n'en finissant plus d'onduler avec une grâce lascive.Quelques minutes d'ascension distancent de la voie, commune et du tumulte ferré. Le tracé... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 3 mai 2018

DERIVES

A l'orée du sommeil   Nyctémérales dérivesdepuis les brumes du réveil rappelé à l'ordre d'une vision d'étranges interrogationsl'Un-conscient  voyage Et je demeure       un long moment comme happé      déjà absentRien ne subsiste que la sensation  aveugle de flotterau-delà de tout                 en silence L'instant propice au questionnementéclaire ce vaisseau bleu dont je suis l'hôtequi plane  à travers... [Lire la suite]
dimanche 25 mars 2018

RETROUVONS-NOUS...

Retrouvons-nous un peu comme au temps des badamiersd'avant le grand départvers l'autre monde Lorsque que nous vivions nos rêves ou de jeunes rêvesde piroguiers    de mangroves habitées qui  abreuvaient les racines du ciel Retrouvons-nous encorecomme du temps où nous pensions alliance  accord effleurant ainsi prématurément et sans faillir les rivages vierges de Sagesse Avant que ne brise   sans freinau coeur de l'âme l'arbitraire et ses lames dont le morfil sitôt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 11 février 2018

PARIS SANS ABRIS - SANS-ABRI ....!

Paris comme un rêve au petit jour que la grisaille grime Paris du pont Mirabeau    des rimes Apollinaireallant à vau l'eau Paris que les bords de Seine des canotiers chers à Maupassantdistancent sans autres nouvelles que les larmes des saulesendeuillés Paris Carco       Paris Aragon des jours heureux des jours enfuis Paris Montmartrede nos rêveries Paris        Quai des Brumes amour-poésie où êtes-vous Mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 2 février 2018

MYSTIQUE SYNTHESE

Par le chemin qu'il obombrel'arbre se rappelle en la caressant à l'histoire de la rivière D'entre la canopéeles plus hautes futaies la solitude des mornes plaineset le vergerla frondaison renaît à son chant plurielau comble du cantiquecomme il élèvesolennel les racines au ciel Jamais muet jamais figé qui n'enténèbre ni le jour ni la halte et rafraîchit pour un temps précieux le pèlerin le repos du ramierAuprès de lui mélope un filet de sourceclaire un faune prélude ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 10 octobre 2017

MALADIE MENTALE, LE JOUR M

  " Nous avons moins besoin  d'adeptes  actifs  que d'adeptes bouleversés  "  Antonin ARTHAUD   . On décrète à l'envie la journée de la santé mentalede l'être encore viable     qui serait atteint de maladie et de déroutementales à vrai dire   d'exclusion et de réclusion maquillées et    fort heureusement     de nos jours    prises en chargeUn mal aux multiples facettes  aux versants de la douleur contenue un fléau con-génital... [Lire la suite]
vendredi 4 août 2017

FOURNAISE

Voilà que tu te défends contre l'air du temps défiéAu-delà des étés d'antandu repos mérité de l'attelageet de l'aire de battage  qui s'est tue rien ne va plus Vers le ciel gris des cimeschauffées à blanc au coeur des vallées de la fournaisela vie suffoqueles estives ont perdu la sourceet le ruisseau Il monte des hameaux de pierresdes campanilesqui vacillent entre d'âcres  touffeurs un silence brûlantLes paupières rougies tu entrevois le spectre de la soif Désertiques nuées sombres augures plus rien ne te rappelle aux... [Lire la suite]