lundi 15 août 2011

BAJAMAR

Con tijeras me corté del alfabeto Me castré de ma patrie de tinta y savia Sin que adónde y sin que nada en este Sur Exiliada del eco de mi alfa Soy un suicidio de metáforas Una letra ciega un verbo sin raíz   El plenilunio materno erró su itinerario           Y me alumbró en esta tierra austral           Soy un desliz de la Natura           Después de cada viaje Desvestida de... [Lire la suite]

lundi 15 août 2011

BASSE MER

Aux ciseaux je me coupai de l’alphabet Je me châtrai de ma patrie* d’encre et de sève Sans où et sans rien dans ce Sud Exilée de l’écho de mon alpha Je suis un suicide de métaphores Une lettre aveugle un verbe sans racine   La pleine lune maternelle se trompa de route Et me donna le jour en cette terre australe Je suis un faux-pas de la Nature Après chaque voyage Dévêtue de ma peau temple sans Dieu Dans la vapeur oxydée d’une ombre J’écris sur des esquilles de l’enfer Du sang bénit gicle de mes mains Mais elles brûlent. Pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 27 mai 2011

CLAVE DE SOL

El brío de un acorde de luz Un colibrí partisano de ciclones La quietud de un espasmo de libélulas Un sismo de paz en el pulso del silencio.   Odilon Redon.   La tensión espiritual de sus obras Abreva el embrión de los misterios Con el aliento mineral de los oráculos Todo es esencia. .   CRISTINA CASTELLO .   Oeuvre Odilon Redon
vendredi 27 mai 2011

CLE DE SOL

Le brio d’un accord de lumière Un colibri maquisard face aux cyclones La quiétude d’un spasme de libellules Un séisme de paix dans la pulsation du silence.   Odilon Redon.   La tension spirituelle de ses œuvres Abreuve l’embryon des mystères Avec le souffle minéral des oracles Tout est essence. .   CRITINA CASTELLO .   Oeuvre Odilon Redon
vendredi 27 mai 2011

SOIF...Extrait

On est des immigrants dans un monde sans présentFureur des harpes explosant en lettres sans corsetPoésie, c’ est la mesure du non tempsPoésie, c’ est l’ordre de l’ éternité Poésie, c’est l’aube sans obsèquesFrémissement des lysDanse des clochesDon aux innocentsDéluge de soleil. Cristina Castello . Cristina Castello
Posté par emmila à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 26 décembre 2010

LE DEVOIR DE LA BEAUTE

Nous ne sommes nés ni pour des fracas de missiles.Ni pour des sons de voix non-fraternelles.Nous ne sommes nés ni pour des sommeils ravagésNi pour entendre des pleurs d'enfants ni ceux des vieillards.Ni pour étouffer l'âme avec des pleurs vers l'intérieur.Nous ne sommes pas nés pour suffoquer l'abandon dans la gorge.Nous sommes nés pour que la Vie soit éclat et non pas le vide.Pour la soif et pour l'eau.Les sons de la campagneOnt permis à Mahler d'expliquer la polyphonie.Il pleut sur Buenos Aires.J'écoute quelques solos de piano de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 20 novembre 2010

RESISTANCE

Mes oiseaux agonisentIls ont bâillonné mes anges.Ils ont ravagé mon tempsDe trêve et de beauté.Accablée.Je suis accablée de routine et d'urgence.Cela suffit.Je renie la simple condition pédestre.Je vais me dresser.Je suis enfin sur pied.Je lâche les amarresJe vibre de Musique, Peinture, Poésie.Résistance.Je suis en résistance.Pour mes ailes qui guettent l’envolPour les anges qui en moi se rebellent.Allons ! Allons !Allons !Qu'on ne nous fasse pas de la nuit, l'aube.Nous allons résisterÀ ce modèle de PouvoirQui nous met sous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 16 août 2010

ME RENDRE COMPTE

Le ciel est opaque dans cette geôle, mais Ni l’opéra que sifflent ses abîmes Ni les cris derrière le dos de l’étoile Ni cet Empire de profit et d’apparences Rien Rien ne changera mon cap : mon oasis   Qu’elle se repose, ma poitrine lasse de combats Que la distance soit une salve d’ambroisies   De nouveau Paris sera mon peuple, ma patrie et Mon utérus, la houle où je me découvre J’ouvrirai mes yeux gros de poèmes Avec des chérubins je briserai les fers Et, au galop du soleil sur mes os Enfin Je me rendrai compte.  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 18 avril 2010

LA PALABRA

La palabra— ese silencio extraviado Esa hilera de hormigas que hoja a hoja Modela el follaje corpóreo de la voz La palabra— ese bálsamo promisorio Esas manos ofrecidas a la ausencia Ese tiempo transversal al llanto Esa costura desatada, esa confianza Ese pan, esa sedición del alfabeto Esa cópula del verbo, esa memoria Ese gentío fusionado en un son Esa pupila abierta a todo albor La palabra— esa metralla de lirios Ese erotismo de Dios..CRISTINA  CASTELLO . Obra Odilon  Redon
Posté par emmila à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 18 avril 2010

LA PAROLE

La parole — ce silence égaré Cette colonne de fourmis qui feuille à feuille Modèle le feuillage corporel de la voix La parole — ce baume prometteur Ces mains offertes à l’absence Ce temps transversal aux pleurs Cette couture défaite, cette confiance Ce pain, cette sédition de l’alphabet Ce verbe qui copule, cette mémoire Cette foule fusionnée en un son Cette pupille ouverte à toute blancheur La parole — cette mitraille de lys Cet érotisme de Dieu..CRISTINA  CASTELLO . Oeuvre Odilon  Redon
Posté par emmila à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,