lundi 27 août 2018

C'EST MOI-MÊME TERREUR, C'EST MOI-MÊME

  Les rêves échoués desséchés font au ras de la gueule des rivières de formidables tas d'ossements muetsles espoirs trop rapides rampent scrupuleusement en serpents apprivoiséson ne part pas on ne part jamais pour ma part en île je me suis arrêté fidèledebout comme le frère Jehan un peu de biais sur la meret sculpté au niveau du museau des vagues et de la fiente des oiseauxchoses choses c'est à vous que je donnema folle face de violence déchirée dans les profondeurs du tourbillonma face tendre d'anses fragiles où... [Lire la suite]

dimanche 22 octobre 2017

PATRICK CHEMIN...EXTRAIT

Nous sommes laissés à l’abandon par l’espérance déçue et la réalité frontale des pierres. La pluie partage la rumeur du vallon en deux. Et contre la mousse des troncs sont adossées les chimères et les amours parfaites. Ce sont des eaux anciennes qui dictent la mémoire troublée de la source. Ainsi, c’était hier, nous étions heureux d’échanger et d’échanger encore, de changer, d’échanger le mystère de notre différence. Quel est ce nuage porteur des hivers précoces. Qui est celui qui rit dans la coulisse, qui se moque du silence... [Lire la suite]
dimanche 7 mai 2017

LE SOLEIL SE MEURT...Extrait

Qui parle de refaire le monde ? On voudrait simplement le supporter avec une brindille de dignité au coin des lèvres. L'époque est banale moins étonnante que le tarif d'une prostituée Les satrapes s'amusent beaucoup au jeu de la vérité Les déshérités se convertissent en masse à la religion du Loto Les amants se séparent pour un kilo de bananes Le café n'est ni plus ni moins amer L'eau reste sur l'estomac La sécheresse frappe les plus affamés Les séismes se plaisent à compliquer la tâche des sauveteurs La musique se refroidit Le sexe... [Lire la suite]
dimanche 26 mars 2017

ESPERANCE...Extrait

"Persévérer à chercher davantage la saveur que le savoir, le balbutiement que la rhétorique satisfaite. Persévérer en ces temps de fer à faire crédit à ce qui est fragile, à ce qui vacille, à ce qui fait faillite. Persévérer à avoir foi en chaque homme, ... à préférer être déçu dix fois plutôt qu’hostile une seule fois. Persévérer à n’investir que dans le sable qui coule entre les doigts et dans les espérances non cotées en bourse. Persévérer à croire que l’instinct primordial en chaque homme est la vénération et que c’est la... [Lire la suite]
mercredi 9 novembre 2016

MORNE REVEIL

"Morne réveil optimisme noir et petite déroute sur le quai des trains Nous nous sommes trumpés de décades en décades plongés à toute vitesse dans un monde qui se distille en masse taxidermie du genre humain vidé de ses organes vidé de ce qu'on disait que c'était âme. Un maintenant chacun saisit son trou au milieu de son ventre et crie dans un néant rouge et ça résonne et ça tonne je baisse la tête je frissonne Il pleut la carte des USA rouge-bleue nous devenons des monstres."    .   ZELDA BOURQUIN   .... [Lire la suite]
mercredi 27 novembre 2013

TROIS COUPS SOUS LES ARBRES

Il y a la beauté qui est la vérité réussie des choses, leur dimension harmonieuse, et le bonheur qui tombe comme la foudre d'un ciel qu'on croyait sans surprise, cerné de toutes parts par des étoiles, les mêmes qui troublent peut-être l'esprit de ceux qui habitent de l'autre côté de la nuit. Comment agir pour être heureux, toujours davantage, sans trébucher, sans vieillir et sans perdre courage? Sans courir trop vite devant son amour avec la crainte de ne plus l'apercevoir en se retournant? Nous abordons cette envie comme un mur de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 10 novembre 2010

L'INSENSE D'UN TEMPS D'INSENSES....Extrait

La terre, la grande belle aux cheveux dorésQue pendant les mois d’été j’allais voir sommeillerEt dont je caressais chastement pendant l’étéLe tendre et tiède ventre si frémissant de blé,Dans les bras du plus laid des barbons a fauté.(…)Las ! On n’annonce plus que des champs attristésDes clairières blessées et des nuits offensées;(…)Durement, désertiquement  villes et champsN’entendent plus qu’un tictaquement,N’entendent plus qu’un détraquement;Mitrailleuse de la démence agitant mornes dents,Terre tournant sur pivot de fer... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 11 mars 2010

UNE HISTOIRE DE BLEU...Extrait

Horizon d'ardoise et de crassierL'immensité tout à coup se rétracteRictus de la mer, bourrée de vieux meublesDe crânes, de corps en vrac et de linges défraîchisCe qu'il reste de la Genèse et des complots ratés des dieux.Le ciel dans son scaphandre noir dort d'un sommeil de bruteLe large a lâché la meute de ses chiensLa mort court à ses rendez-vous, vivre est une illusion d'optique..JEAN-MICHEL MAULPOIX .
Posté par emmila à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 23 février 2010

LE REVOLVER A CHEVEUX BLANCS...Extrait

On vient de mourir mais je suis vivant et cependant je n’ai plus d’âme. Je n’ai plus qu’un corps transparent à l’intérieur duquel des colombes transparentes se jettent sur un poignard transparent tenu par une main transparente. Je vois l’effort dans toute sa beauté, l’effort réel qui ne se chiffre par rien, peu avant la disparition de la dernière étoile. Le corps que j’habite comme une hutte et à forfait déteste l’âme que j’avais et qui surnage au loin. C’est l’heure d’en finir avec cette fameuse dualité qu’on m’a tant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,