samedi 2 novembre 2019

ALEXO XENIDIS ...Extrait

Le ciel s’offre un défilé de tout petits soldats pressésDes nuages dodus en sarouels gris soutachés de rose poudreVous osezMe demander où est ma jeunesseJe vous réponds qu’elle est partie chercherDes cigarettes et n’est jamais revenueJe n’ai pas son adresse, mes mains regardezSont si lourdes et nouéesEt mon visage si je souris, vous donneLe dessin de soleils enfantinsAlors vous hochez la tête avec commisérationVous ne voyez pas que je me moqueQue ma jeunesse est cachée sous la capeOù je risComme une évadée dans sa planqueElle se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 17 février 2018

L'EXODE....Extrait

" Poème ! Quelle dérision ! Et cependant il y a plus dans l'humble expérience de la poésie liée au quotidien (et le mot implique ici regard, action, Évangile) que dans cent mille ordinateurs. Allons, vous aussi, « maîtres » de la foi, comme David buvez au torrent et redressez la tête, au lieu de vous laisser entraîner dans la dérive de ce temps, acharnés à vos disputes. En ce sens la poésie est conversion. Enfin voir de son propre regard, entendre, parler sa parole pleine. Conversion à l'amour sans domination. A l'humanité des... [Lire la suite]
vendredi 4 août 2017

LE CLOWN SE MEURT

Je nais chaque fois que je monte sur scène  Un gros nez rouge sur mon visage blême  Je suis l’enfant dont je me souviens bien  Un homme d’esprit, un poète du rien    J’attrape le ridicule et le fait tournoyer          Avec l’élégance des désespérés  Je suis le fou qui transforme les blessures  Des âmes fêlées de mille et une brisures      Je jongle avec mon ballon pathétique  Entre tristesse et vérités cyniques  Mes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 27 juin 2017

JONAS

Jeu dérisoire de celui - d'une espèce oubliée sans doute - qui d'un chaos de lettres continue à faire des mondes qui désire écrire limpide comme vient un simple bonjour comme tinte un matin toscan & qui dans les ténèbres du grand poisson biblique fait clignoter son morse obstinément - pour qui? - Pour quelques enfants que fascinent d'étranges robots occupés à pulvériser des planètes Ou pour le dieu omniscient qui a tout conçu de travers & qui cherche à tâtons dans son fouillis céleste ses lunettes qu'il a une fois de plus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 12 mars 2017

HÔTEL DES VOYAGEURS

Hôtel des voyageurs La fenêtre ouvre sur le ciel Bleu soleil, renversant On y lit le vertige, et la fascination des blancs bateaux glissant dans la lumière Dedans est l’espace du cœur, l’intime centre de la vie, peut-être le bonheur Nous habitons cette chambre furtive, lieu d’étreintes sans lendemains Dehors est l’inconnu L’amour est dérisoire, face à la mer, souveraine et brutale avec tous ses pillards Elle entre en toi, te déchiquette La mer, pourvoyeuse de désespoir La chambre rétrécit L’espace du recueillement s’étiole Jusqu’au... [Lire la suite]
mercredi 31 décembre 2014

EXORCISMES...Extrait

... J'ai vu l'homme.Je n'ai pas vu l'homme comme la mouette, vague au ventre, qui file rapide sur la mer indéfinie.J'ai vu l'homme à la torche faible, ployé, et qui cherchait...... Je n'ai pas entendu le chant de l'homme, le chant de la contemplation des mondes, le chant de la sphère, le chant de l'immensité, le chant de l'éternelle attente.Mais j'ai entendu son chant comme une dérision, comme un spasme.   HENRI MICHAUX     Oeuvre Odilon Redon      
Posté par emmila à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 5 juin 2014

RAPPELLE-TOI

Cette neige de nuit avec mes cheveux gris Les chiens qui s'ébrouaient des flocons de tes yeux Ce rempart d'herbe triste et de moutons anxieux Cette Alpe camarade accoudée à ton lit Rappelle-toi Le sourire de Dieu qu'on touchait de la tête La montée à la paille avec le vent debout Et tout debout là-haut la tendresse à genoux Qui nous rafraîchissait le dos avec nos bêtes Rappelle-toi Ces fleurs de la vertu hautaine et leur fumet Qui ressemble au fumet de tes fleurs de la lune Et que j'allais chercher comme on cherche fortune Au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 6 octobre 2013

LA MORSURE DES MOTS SÛRS...Extrait

Il y a des mots qui font plus mal qu’une claque. Des mots qui claquent dans la malle de la mémoire. À la consigne de l’oubli, j’ai planqué ma mémoire. Elle est revenue puisqu’elle m’est recommandée, paraît-il. « Am’nez-y, am’nezy, elle est à lui ! » hurlait une voix. Léguer mon cerveau à la science. À quoi bon, puisqu’il est vide. Je léguerai mon cerveau à un antiquaire pour qu’il en fasse, allez ne mégotons pas, un cendrier. Comme ça je sentirai rouler en moi les cendres des vivants. Je serai l’unique lecteur du courrier des lèvres.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 18 juin 2013

VIVRESSE

« ... et ce n’est que le désir de l’éternité  impossible qui obsède et gâte les joies  éphémères des amants. »  Alfred Jarry – " Le Surmâle "   .      Prendre l’amour à bras le cœur  ne pas se méfier du bonheur  plus que du chat qui dort  sous peine de mort  vivre   précipiter les geôliers dans les précipices  et leurs clés dans les oubliettes  douter du meilleur qui nous fait languir  vivre à rebrousse-indifférence  les yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 25 juillet 2010

PROFESSION ?

   Le Capitaine Caporal à boutons d'or     Le Général des Trois Galaxies     et leurs sbires Casseurs de Lune casseurs de pieds     ont     débusqué le lapin policier qui garde mon jardin     brusqué les portes bleues de mon antre     cassé l'ascenseur de mes rêves     débarqué dans mon univers     ôté mon chapeau de clown     brisé ma pendule mauve         Tous ensemble     comme un seul... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,