jeudi 17 décembre 2020

KAREL LOGIST ... Extrait

Je parle pour ceux qui pleurent qui écorchent une langue que d'autres font chanter Je parle de ceux qui veillent et renoncent par pudeur à habiller leurs rêves Je parle au nom de ceux qui savent leur destin mais se trompent de route Je parle avec mes mots du silence où les a enfermés notre histoire Je parle dans vos yeux de ces êtres meurtris que nos valeurs ravalent Je parle sous la dictée d'une voix unanime au bout de sa patience Je parle d'où je suis complice d'une classe qui étouffe les faibles et je lis sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 1 août 2020

VOYAGE GRAND-TOURNESOL...Extrait

à Colette Gibelin et Luc Vidal   .   Brûler trop étreintl’aire intérieure des astresétrangers Il nous fautenfouir l’excèsrespirer l’airAccueillir chaque matinchaque maintendus fragilesUne feuille un destinune brindille un seul êtresingulierle mondeentier Écouter battre sous l’écorcela sève intranquilleAccorderdans l’herbe folle des bourrasquesl’orageles peaux qui se crispentle tambour des larmesles visages à venirl’éclaircie des souriresDes paysages fertilessemantlevantle chant pacifique des paroles  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 1 juillet 2020

CE MAL ANDALOU

Ce mal andalouAussi tenace , aussi fouQu une entaille qui nous videA force de nous complaire dans une solitudeQui nous habite et nous guideNotre âme devenant un oasis réduitAux lambeaux de sang et d amour qui nous détruitDes lieux qui renaissent en nousCes maux qui rapiècent nos corps désunisQue de lourds silences ont sacrifié , ont tuméfiéPour en faire des lots éprisDu jeu des mains qui sauvent puis s enfuientCe chant andalou aussi tenaceQue la lumière en cascade ,Que les tresses dans leur embuscadeQue la démarche d une femme... [Lire la suite]
dimanche 19 janvier 2020

FABIENNE VERDIER...Extrait

Savez vous qu’il m’arrive parfois de vivre dans un état secondoù je ne perçois plus de différence entre le moile genévrier sauvagele petit caillou ballotté par les maréesle scarabée rhinocérosou la feuille de choux rongée par les chenilles…Pourquoi vouloir toujours nommer l’innommable,l’éphémère je le suisincandescente de nature.Où se situer si ce n’estau cœur de l’ouraganau bord d’une faille rocheuseà la lisière du vide et de la matièrepercevant furtivementdans le miroir de ma pierre à encrede multiples métamorphoses ?Je ne suis rien... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 12 avril 2019

LE CENACLE DES SOLITUDES...Extrait

  Je ne sais pas mon âge, aujourd'hui moins que jamais, regarde mon visage, illisible, à présent, mes traits, égarés sous les travers du temps qui ne trouve même plus place dans ma chair évidée, tourne, ne sait plus où se frayer chemin, balbutie maintenant les promesses fourchues d'un destin qui halète dans mon souffle dans mon sein, agonise sur mon corps, cherche à tromper sa fin espère séduire la mort en creusant d'autres lits mais je sens que je flanche, que je vais lui céder tant je suis vieille, vois, tant la course des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 10 avril 2019

PROMENADE

  Il est des lieux limpides où dorment les lumières, Filtrant l'intimité comme un secret d'église,Ces endroits qui invitent à se mettre en prière,Délivré du vulgaire à la mine trop grise. Cette grâce qui vient gercer les plaies impures,De nos fronts fatigués des pensées qui déroutent Et fait la seule ride d'un horizon si sûr, Vers des lèvres qui lèvent le voile de nos doutes. Il est des lieux profonds qui parlent comme la mer,Quand notre âme a repris sa lenteur à aimer, Et les pas d'un rêveur tranquille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

mercredi 7 novembre 2018

LA FÊTE DE L'EAU

  L’on chante une rivière mal chantée car trop chantéecomme un mantra qui de tout l’affirmerait victorieuse,car ce n’est plus par réflexe qu’il faut nous y pencher : plutôt rompre la mécanique des automatismes,penser son cours comme notre propre réseau sanguin irriguant les tissus les plus essentiels de notre être ; autour les sources sont sèches, l’aridité ruisselleen un pays d’illusions comme de réalitéoù le mistral abrite les foulques et l’éphémère ; l’on chante la rivière aux factionnaires disparusdans un... [Lire la suite]
mercredi 24 octobre 2018

C'ETAIT UN PETIT CHEMIN DE TERRE

C'était un petit chemin de terre. Il serpentait à travers la plaine, à l’écart des grandes villes. Des talus broussailleux, des peupliers et des bouleaux, des rochers le bordaient. À l’un de ses méandres il frôlait une croix de pierre au socle tout moussu. Puis il partait se perdre quelque part dans la plaine, parmi les ronces et la poussière. Exténué par tant d’immensité il finissait par se dissoudre sous l’herbe rase et les cailloux ainsi que s’effacent les morts invités par la nuit de la terre au grand mystère de la disparition. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 19 août 2018

VRAIE LUMIERE NEE DE VRAIE NUIT

Âme soeurEntends-tu ce quiVient de l’heure, ce quiVient du coeur,à l’heureDe l’abandon, à l’heureDu crève-coeur,Ce battementdepuisLa naissanceLes entrailles maternelles,Déchirantl’écorceTerrestre, ce battementQui cherche à se dire,Qui chercheà se faireEntendre, entends-tuÂme sœurCe cri d’avant- vie, pleinD’une étrangère nostalgieDe ce qui avait étéRêvé et comme àjamaisVécu, matin de brumeD’un fleuve, nuageSe découvrantfeuillage,Midi de feu d’un pré, pierreSe dévoilant pivoine, touteLa terre embrasée, toutLe ciel incandescentEn une... [Lire la suite]
dimanche 1 juillet 2018

NE PAS FAIRE DE BRUIT...

Et puis, dans la perte et le désenchantement, la récupération de l’étonnement primordial. À «mieux» regarder, tout était déjà là dès le départ, bien avant les questionnements métaphysiques, les maîtres, les voyages, les livres. Que la Présence, sans mobilier. Dans la candeur consciente des ténèbres, la toute-puissance du mystère, la joie sans prétextes. De l’ivresse du jeu, du healing, où chaque endroit est espace, au petit siège du manège. Tous, mains et pieds attachés, le numéro est assigné… prends garde de ne pas faire de bruit… ... [Lire la suite]