vendredi 4 septembre 2015

JOSE EMILIO PACHECO

Sous le plus petit empire que l'été a rongé s'écroulent les jours, la foi, les prévisions. Dans la dernière vallée la destruction s'assouvit dans des villes vaincues que la cendre affronte. La pluie éteint la forêt illuminée par l'éclair. La nuit laisse son venin. Les mots se brisent contre l'air. Rien ne se restitue, Rien n'accorde La verdeur aux champs calcinés. Ni l'eau dans son exil Ne retournera à la fontaine Ni les os de l'aigle Ne retourneront à ses ailes.   .     JOSE EMILIO PACHECO   ... [Lire la suite]

jeudi 6 août 2015

DESESPERANCE

L’abattement règne et désespèreon se demande s’il resteà l’humanité quelques repèrespour nous faire un gestecomme cette lune si belle trop bellel’homme l’a piétinée qu’il soit discretelle pourrait finir par s’écrouler rebellesans que nous puissions en faire le secretoh comme tout est calmecruel et calmecomme est sensible le lézardqui darde son regardsur un puceron hagardavez-vous vu ce chêne jadis si solidequi de son dernier bras validefait un geste de désespoiren signe d’au-revoiril perd son feuillage vert pâlele ruisseau à ses pieds... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 14 juin 2015

L'ENORME BEAUTE QUI VA SURVENIR

"Les grandes orgues de la destruction, les orages et les vagues de la mer éternellement jeune, voilà l’entrée triomphale de la justice déferlant sur vos châteaux en Espagne bâtis sur le vent, sur la chair et le sang sacré des êtres créés et non créés.La vermine est au sommet de la tour, les reliques du son et de la lumière ont été jetées au fond de l'abîme ; elles gisent dans la boue du marécage parmi les crapauds mutilés. Ces choses immondes justifient notre présence. Elles ont combattu, horriblement combattu, chacune dans sa noire,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 15 juin 2012

ATELIER D'ARCHITECTURE...Extrait

 Assumez au moins vos contradictions.Ce jeu de construire et de défaire d'élever des empires pour ensuite les détruire et d'en édifier d'autres plus puissants qui à leur tour ne seront que ruines un jour est pour les hommes histoire et instinct.   Mais le curieux animal qui agit de cette inexorable façon perfectionne ses techniques oublie vite les larmes et le feu il évolue et se transforme accomplit ses différents cycles avec diligence.   Dans le mythe de Sisyphe certains aspects n'ont pas été précisés : ... [Lire la suite]
mercredi 15 juin 2011

LA SEMAISON ...Extrait

 Beauté : perdue comme une graine, livrée aux vents, aux orages, ne faisant nul bruit, souvent perdue, toujours détruite ; mais elle persiste à fleurir, au hasard, ici, là, nourrie par l'ombre, par la terre funèbre, accueillie par la profondeur. Légère, frêle, presque invisible, apparemment sans force, exposée, abandonnée, livrée, obéissante — elle se lie à la chose lourde, immobile ; et une fleur s'ouvre au versant des montagnes. Cela est. Cela persiste contre le bruit, la sottise, tenace parmi le sang et la malédiction, dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 19 novembre 2010

LETTRE A LEO

Cher Léo,  Il y a dix ans que tu n’écris plus de musique.  Il y a dix ans déjà que tu vis là-haut avec la musique des anges – ou de Lucifer (oui, je préfère…)  Il y a dix ans, au moins, que moi, je n’écris plus de poésie (mais cela n’intéresse personne…)  « À la galerie j’farfouille, dans les rayons d’la mort », disais-tu…  Là, pour le coup tu y es !  Cher Léo,  Sous le pont Mirabeau coulent toujours les cadavres de verre de Paul Celan et Ghérasim Luca ; De là-haut, qu’est-ce que tu vois... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 2 octobre 2009

LE VIEIL HOMME ET LA MER

" Un homme ça peut être détruit mais pas vaincu " ERNEST HEMINGWAY .
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 9 octobre 2008

PEU

Ils ne chantent pas, libres et légers, de la source à la mer. Ne laissent pas leurs angles s'arrondir. Ne font pas de chlorophylle. N'ont aucun geste d'aile au bout de leurs moignons. Ils choisissent le gris, expulsent l'arc-en-ciel, alignent des règles et des murs, nivellent le regard. Ils refusent leur terre à la graine qui passe. Ne fertilisent que leurs désirs. Ne font ni fleur ni miel gratuitement. Ne donnent rien à respirer. Mais pensent. Avec cela ils vendent des armes et leurs frères. Achètent leurs conduites avec des papiers... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,