jeudi 8 novembre 2018

A L'ECHAPPEE

L’heure est ouverte. Toujours. La seconde offerte à la vie, la durée la zappe et ne s’en souvient que si elle subjugue. Sur la table, proche du mur où repose l’horloge, un vase et un bouquet de fleurs. Au fond de l’écuelle, un peu d’eau pour maintenir la vie et la couleur. Une gorgée de lumière dans le sillon qui traverse la pièce. Tout est calme et silencieux lorsque le temps sonne la cadence. Le rythme régulier du tic-tac ressemble à celui des vagues uniformes venues mourir sur la plage. Il est midi, il est minuit. C’est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 8 août 2018

LES VENTS ABSENTS

  L'écho râle des vents absentsS'en retourne des monts pétrésOù se perdent in-conscientsLe poème vagabond de l'âmeHasardeuse la destinée Au souffle pèlerin Qui m'eût porté vers toiJe te ressens comme tu m'écoutes Et de nous ce cantique oséD'une frange dévêtue d'éternité   .   CRISTIAN-GEORGES CAMPAGNAC   . Oeuvre Max Gasparini
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 26 juillet 2018

ILS SE TIENNENT PAR LA MAIN

  Ils se tiennent par la mainFragiles​D’avoir traversé le tempsSur des échasses de sableEt des marées d’amour Ils vont dans leur lueurComme un soleil couchantChavire un bord de mer Les feuilles d’érable ont rougi leurs paupièresEt quand souffle le ventLeurs yeux s’envolentTourbillonnentComme les plumes du tempsOù l’oiseau saluait leur printempsD’un chant de sentinelleGardienne de leurs minuits Etonnés du voyageIls se tiennent par la mainLeurs pas fidèles racontentUn chemin sans retourUn chemin quotidienBordé de... [Lire la suite]
mardi 10 avril 2018

LE CHANT DE LA FOLIE SAUVAGE

Nos mains rejointes rassemblées devant le soleil d’ombre du cœur  étroit devant l’aurore obscure d’insomnie ô belle éveillée vive de la muette mort poursuivrons-nous enfin l’élan du psaume ailé de joie le chant de la folie sauvage ! A mi-chemin du lac ensommeillé de noire ivresse et de la grande neige d’esprit clair est-il resté là-bas qui tremble de pluviers et d’anémones dans son rêve ainsi qu’une lisière âgées de vieux sapins sur le suspens d’abîme et de silence ! Et ce seront d’abord les branches les plus lourdes et parées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
vendredi 21 juillet 2017

L'HEURE PRESENTE...Extrait

Tu regardes vivre le soir. Le ciel, la terreNus, allongés sur leur couche commune.Et lui, rien que nuées,Il se penche sur elle, prend dans ses mainsSa face respectée.Dieu ? Non, mieux que cela. La voixQui se porte, essoufflée, au-devant d'une autreEt riante désire son désir,Anxieuse de donner plus que de prendre.Ne vas-tu pas penser, ce soir encore,Que puissent devenir un même souffleLa matière, l'esprit ? Que de leur étreinteApaisée, desserrée,De la couleur, de l'or retomberait,Quelque débris de verre, taché de boue,Mais à briller,... [Lire la suite]
mardi 9 mai 2017

JOEL GRENIER...Extrait

Tu verras, tous les deux, on ira à la mer peut être pour fermer les yeux, comme quand on était jeune et qu'on s'aimait moins fort. Je tiendrai par la taille un frisson de jeunesse que tu auras gardé pour te blottir encore dans nos silences complices. Je te dirai la vague, tu me diras l'élan, on entendra le vent nous bercer d'éternité. Et l'on sera heureux comme si c'était hier, comme si c'était le temps des marées à l'étale. Et le soir venant, nous aurons de l'écume sur nos rires comme si nous avions joui une nouvelle fois.   .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

mardi 21 février 2017

LE VISAGE NUPTIAL

À présent disparais, mon escorte, debout dans la distance; La douceur du nombre vient de se détruire. Congé à vous, mes alliés, mes violents, mes indices. Tout vous entraîne, tristesse obséquieuse. J’aime. L’eau est lourde à un jour de la source. La parcelle vermeille franchit ses lentes branches à ton front, dimension rassurée. Et moi semblable à toi, Avec la paille en fleur au bord du ciel criant ton nom, J’abats les vestiges, Atteint, sain de clarté. Tu rends fraîche la servitude qui se dévore le dos; Risée de la nuit, arrête... [Lire la suite]
samedi 26 novembre 2016

ODE

Toi et moi           les bras tendus           à hauteur de l’azur                       avec la folle envie d’accoter nos regards                       au royaume des étoiles.Nos oreilles collées au... [Lire la suite]
lundi 19 septembre 2016

LE COEUR JAUNE ...Extrait

... Près de toi c’est près de moi Et loin de tout est ton absence Et la lune est couleur d’argile Dans la nuit du tremblement Quand dans la terreur de la terre S’assemblent les racines Et l’on entend tinter le silence Avec le son de l’épouvante. La peur est aussi un chemin. Et entre ses pierres effrayantes La tendresse peut marcher à quatre pieds et quatre lèvres. Car sans s’éloigner du présent Qui est une bague délicate Nous touchons le sable d’hier Et dans la mer l’amour évoque Une fureur incessante.   .   PABLO... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 29 décembre 2014

PAUL LES OISEAUX...Extrait

... Peut-être pas toi mais quelque chose de nous qui tisse l'épissure peut-être poème ou enlacement proie contre proie Peut-être l'aile tombée nue de cet éphémère céleste dans le cerveau ayant vu une durée infinie       ERWANN ROUGE      
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,