mardi 10 avril 2018

LE CHANT DE LA FOLIE SAUVAGE

Nos mains rejointes rassemblées devant le soleil d’ombre du cœur  étroit devant l’aurore obscure d’insomnie ô belle éveillée vive de la muette mort poursuivrons-nous enfin l’élan du psaume ailé de joie le chant de la folie sauvage ! A mi-chemin du lac ensommeillé de noire ivresse et de la grande neige d’esprit clair est-il resté là-bas qui tremble de pluviers et d’anémones dans son rêve ainsi qu’une lisière âgées de vieux sapins sur le suspens d’abîme et de silence ! Et ce seront d’abord les branches les plus lourdes et parées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

vendredi 21 juillet 2017

L'HEURE PRESENTE...Extrait

Tu regardes vivre le soir. Le ciel, la terreNus, allongés sur leur couche commune.Et lui, rien que nuées,Il se penche sur elle, prend dans ses mainsSa face respectée.Dieu ? Non, mieux que cela. La voixQui se porte, essoufflée, au-devant d'une autreEt riante désire son désir,Anxieuse de donner plus que de prendre.Ne vas-tu pas penser, ce soir encore,Que puissent devenir un même souffleLa matière, l'esprit ? Que de leur étreinteApaisée, desserrée,De la couleur, de l'or retomberait,Quelque débris de verre, taché de boue,Mais à briller,... [Lire la suite]
mardi 9 mai 2017

JOEL GRENIER...Extrait

Tu verras, tous les deux, on ira à la mer peut être pour fermer les yeux, comme quand on était jeune et qu'on s'aimait moins fort. Je tiendrai par la taille un frisson de jeunesse que tu auras gardé pour te blottir encore dans nos silences complices. Je te dirai la vague, tu me diras l'élan, on entendra le vent nous bercer d'éternité. Et l'on sera heureux comme si c'était hier, comme si c'était le temps des marées à l'étale. Et le soir venant, nous aurons de l'écume sur nos rires comme si nous avions joui une nouvelle fois.   .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 21 février 2017

LE VISAGE NUPTIAL

À présent disparais, mon escorte, debout dans la distance; La douceur du nombre vient de se détruire. Congé à vous, mes alliés, mes violents, mes indices. Tout vous entraîne, tristesse obséquieuse. J’aime. L’eau est lourde à un jour de la source. La parcelle vermeille franchit ses lentes branches à ton front, dimension rassurée. Et moi semblable à toi, Avec la paille en fleur au bord du ciel criant ton nom, J’abats les vestiges, Atteint, sain de clarté. Tu rends fraîche la servitude qui se dévore le dos; Risée de la nuit, arrête... [Lire la suite]
samedi 26 novembre 2016

ODE

Toi et moi           les bras tendus           à hauteur de l’azur                       avec la folle envie d’accoter nos regards                       au royaume des étoiles.Nos oreilles collées au... [Lire la suite]
lundi 19 septembre 2016

LE COEUR JAUNE ...Extrait

... Près de toi c’est près de moi Et loin de tout est ton absence Et la lune est couleur d’argile Dans la nuit du tremblement Quand dans la terreur de la terre S’assemblent les racines Et l’on entend tinter le silence Avec le son de l’épouvante. La peur est aussi un chemin. Et entre ses pierres effrayantes La tendresse peut marcher à quatre pieds et quatre lèvres. Car sans s’éloigner du présent Qui est une bague délicate Nous touchons le sable d’hier Et dans la mer l’amour évoque Une fureur incessante.   .   PABLO... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 29 décembre 2014

PAUL LES OISEAUX...Extrait

... Peut-être pas toi mais quelque chose de nous qui tisse l'épissure peut-être poème ou enlacement proie contre proie Peut-être l'aile tombée nue de cet éphémère céleste dans le cerveau ayant vu une durée infinie       ERWANN ROUGE      
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 6 juin 2014

EN FILIGRANE, L'ARDENNE...Extrait

Dans la grisaille nos îles, collines aux courbes masquées.   Qu'aurions-nous été sans orages ?   Nous rêvions de départs brusques de rires calcinés par le temps d'arbres trempés de pluie serrés comme des bateaux   Nous rêvions d'une épaule qui nous toucherait l'épaule du rejet de nos masques trop étroits ajustés    sur nos âmes nues à les broyer.   .   AGNES SCHNELL   .              
Posté par emmila à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 25 décembre 2012

NOËL DES RÊVEURS PAUVRES

j'ai peu de choses je le sais mais j'ai des noix des mandarines une lumière dans le coeur   je craque une noix dépose les cerneaux en rosace sur ta langue avec le dévouement d'un prêtre incarnant le sacré dans son hostie   dans un baiser j'ai mangé la noix           MARTINE CROS          
Posté par emmila à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 30 mai 2011

ECRIRE ÊTRE AU MONDE...Extrait

Nous avancions dans l’épaisseur du monde et ce monde nous tenait dans sa chaleur et son désir Nul ne songeait à s’enfuir et nous étions pourtant dans l’ombre comme plombés dans les mêmes doutes Nous étions soudés liés pour écouter les cendres Parfois partait du cœur un vol d’oiseaux au fort ramage . MICHEL COSEM .
Posté par emmila à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,