jeudi 8 novembre 2018

VOCATION BELLIQUEUSE

Laissez-moi, je vous prie, mes armes blanchesBlanches de tous les dieux, de toutes les églises, de tout dogmeDicté par des hommes, fut-il Créon, fut-il Néron,Ou ces modernes conversibles en devisesAllez… Dans ma tribu, on circulait à l'aise entre trois religions,Maronite, orthodoxe, catholique, et pour bousculerLe jeu de quilles j'ai annoncé à la troupe réunie au repas de PâquesQue j'étais en train de me convertir au judaïsme (Rien que pour le haut le corps de Festen cela valait une messe)Plus tard parce que j’apprenais l'arabe,... [Lire la suite]

lundi 5 février 2018

LE CHANT DES INVISIBLES...Extrait

Béni sois-tu, autre, tout autre,Inattendu, imprévisible,Proche et lointain,Étranger sur ma route,Mon différent, mon frère,Mon sel, mon sable, ma tempête.Nous sommes, toi et moi, cristaux fragiles,Petits morceaux d'éternité sur terre.   .   JACQUELINE HELD     . Oeuvre Aïcha Sebah
Posté par emmila à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 30 octobre 2017

MA VIE GRAPILLE DE CI DE LA

Au bout de l’heure tragique, j’ai perdu le contrôle de ma vitesse intérieure. Je me suis abandonné à l’hégémonie du souffle et il m’a percuté de sa lame tranchante.  La différence n’est pas toujours là où on le croit. Etonnant ce corps qui vieilli et dont on conserve la sensation d’avoir toujours vingt ans. Sans doute, pour tous ceux qui ont connu l’handicap dès la première heure, la notion de différence n’égale pas celle de la comparaison. Le déchirement de nos pensées et de l’estime que l’on se porte peut nous être fatal.... [Lire la suite]
dimanche 22 octobre 2017

PATRICK CHEMIN...EXTRAIT

Nous sommes laissés à l’abandon par l’espérance déçue et la réalité frontale des pierres. La pluie partage la rumeur du vallon en deux. Et contre la mousse des troncs sont adossées les chimères et les amours parfaites. Ce sont des eaux anciennes qui dictent la mémoire troublée de la source. Ainsi, c’était hier, nous étions heureux d’échanger et d’échanger encore, de changer, d’échanger le mystère de notre différence. Quel est ce nuage porteur des hivers précoces. Qui est celui qui rit dans la coulisse, qui se moque du silence... [Lire la suite]
mercredi 9 novembre 2016

UNE CHAMBRE A SOI....Extrait

Pourquoi les hommes boivent-ils du vin et les femmes de l’eau ? Pourquoi un sexe est-il si prospère et l’autre si pauvre ? Quel est l’effet de la pauvreté sur le roman ? Quelles sont les conditions nécessaires à la création des œuvres d’art ? Mille questions me venaient à l’esprit. Mais il me fallait des réponses et non des questions, et une réponse, je ne pouvais l’avoir qu’en consultant les doctes, les esprits non prévenus, ceux qui, s’étant mis au-dessus des polémiques et de l’agitation des corps, ont livré le résultat de leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 23 octobre 2016

DERRIERE L'EPAULE...Extrait

J’ai toujours pensé qu’il y avait des familles sur la terre et que, en plus de ceux qui partagent votre sang et votre enfance, il y a aussi les familles du hasard, ceux que l’on reconnaît confusément comme étant son parent, son pair, son ami, son amant, comme ayant été injustement séparé de vous pendant des siècles que vous avez peut-être partagés sans vous connaître. Ça n’est pas ce qu’on appelle la famille de l’esprit ni celle des corps, c’est une parenté faite de silences, de regards, de gestes, de rires et de colères retenus, ceux... [Lire la suite]

vendredi 27 mai 2016

EN MEMOIRE D'IZET SARALJIC

En mémoire d’Izet Sarajlic « C'est quand la vie entre dans un poème que la poésie se révèle et devient poésie. Une poésie doit trouver son auteur, pas l'inverse », Izet Sarajlic.   .   Je ne connais pas Sarajevo, j'aurais voulu être des tiens quand tes bras étaient enfouis sous la neige rouge. J'ai beau dire que cette ville est une bouteille jetée à la mer, mais je ne l'ai jamais touchée et je ne peux qu'imaginer ton cimetière. Là : Les sépultures sont cachées derrière les murs de plus en plus hauts. Toutes les... [Lire la suite]
lundi 2 mai 2016

DES ANNEES-LUMIERE....

L'amour nous va trop bien désormaispour que nous allions bien sans luiNous aurons encore pour nousje le sais je le sensdes heures de plein soleilet des journées-lumièreEt nous prendrons encorele grand large des tempêteset à nouveautu briseras mes amarresJe veilleraiJ'attendraiJ'espéreraiet le jour où refaire le mondesera enfin possibleje serai là sans pour autantavoir peuplé l'attented'autres amours et d'autres désirsEt tu me retrouverasfatiguée sans douted'avoir eu mal à creusertant de patienceL'amour nous va trop bien désormaispour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 8 juin 2015

INTIMITE

Les yeuxle sourirela voixles caressesvous sentir suspendueau plaisirhaletanteperdueéperduevous sentir dépasséepar le désirattendreatteindrele seuil de la féminitéj’aime ce que précisémentje ne suis pascette différencevous êtes femme .   JACQUES BASSE « Pêle-mêle, ces choses de l’âmeà qui veut du cœurentendre la flamme »   .    
Posté par emmila à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 31 août 2014

L'UNIVERS DE PERSONNE

  .   Ils n’ont toujours pas compris qui je suis… une femme certes… mais une femme guerrière… un sujet surréel et non un objet sensuel. Qui fait et se fait chaque jour la guerre sur le plan virtuel… parce que c’est là que tout se sème et tout se récolte… sur le champ des possibles… celui de notre pouvoir être. Et plus on me cherche et moins on me trouve… comme je l’ai déjà dit, je suis toujours ailleurs, jamais là où je suis… comme vous, je me cherche… comme vous, je m’y perds. C’est comme ça que je me fais aussi la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,