dimanche 13 mai 2018

LA FRAÎCHE EVIDENCE...Extrait

Tu dis « n'écris jamais une phrase dans sa fatigue, sache te taire quand cela commence, aime ta maladresse, laisse-la t'accomplir. Les pages de soleil aveuglent, brûlent les lèvres. Endors-toi, confie ta vigilance, les mots connaissent le chemin sous le ciel. Par le trou de ta mort, une langue ouvre les paupières. Écoute la fin de tout, la mesure dérobée. L'espace de nouveau s'unit à la salive. Le livre n'a plus besoin de mots. »   Tu dis « apprends-moi » et je ne peux t'apprendre qu'à franchir, à... [Lire la suite]

mercredi 18 novembre 2015

HERITAGE DE LA STUPEUR ...Extrait

Il faut quelqu'un pour mourir. Et quelqu'un pour regarder mourir. Une fleur, un vase. Un baiser, une bouche. Un regard pour celui qui part, un regard pour celui qui veille. Ce don des larmes retenues, ce mouvement secret des sources au centre des pupilles, inachevé jusqu'à la mort et longtemps après, tissé du premier au dernier souffle entre la mère et l'enfant, laisse fléchir le monde doucement dans sa sagesse. Il s'agenouille devant le dieu de celui qui part. De celui qui s'éloigne sans se retourner. Sans revenir sur ses pas. Même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 14 mars 2013

ABSENCE

Tu es arrivée dans ma famine, tu as poséton corps dans le chant de mes mains,couverte d'une ombre que j'ai saisie à flanclà, où depuis des années j'attendais.Mon apparence se dénouait,c'était un jour comme les autres,mais la lumière était plus pure.Le livre que tu as ouvert n'est pas encore écrit.Dans la chambre, ton dos a laisséune empreinte que je n'efface jamais.Je ne fais plus le lit, son désordre me reçoit,à découvert, comme une bête craintivedans l'inachevé de ton dieu clair.   .   DOMINIQUE SAMPIERO   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 21 janvier 2013

DOMINIQUE SAMPIERO

La main est le berger de l'ombre.L'ombre des mots.L'ombre de rien.Elle rassemble.Une île entre le  visible et l'invisible.C'est par là qu'elle touche les mots, qu'elle les caresse et leur parle.Ils posent leur front glacé entre nos doigts.C'est la mémoire des outils; des courbatures.Des gestes vers la terre.Et l'on se surprend à tracer dans l'air des arabesques de semailles, à abattre des arbres de verres.A détourner des rivières muettes.La main sait tout.Le mouvement du pain.Les poutres sur l'épaule.Conduire les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 28 novembre 2012

PAROLE D'OISEAU

Parfois on me reproche mon air absent. Je pourrais répondre que je suis ailleurs. On me demanderait où ? Les gens qui nous aiment ne lâchent pas le morceau jusqu’à ce qu’ils obtiennent une réponse. Est-ce qu’ils écoutent vraiment cette réponse ou juste le bruit qu’elle fait dans leur oreille. Ils veulent le bruit d’une réponse pour nous savoir encore en vie. Je me souviens d’un homme qui travaillait sous terre le jour et parlait à ses oiseaux, soir et matin. Au crépuscule et à l’aube. Au mourir et au lever du jour. Il leur parlait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 14 janvier 2012

UNE FLEUR

Une fleur ingénuement rendra l’espace fragile et impossible, aux lèvres d’une douleur de pétale et de tige, étranglera le mur, usera la réconciliation jusqu’à la présence, renversera la fatigue sous les lampes comme une femme offerte à la proie des flammes, et refera le chemin froissé de l’éclair sous la pierre qui rêve d’une patience de rose, d’une douceur de pluie arrondissant l’orage, volonté soudaine et indomptable. . . . DOMINIQUE  SAMPIERO . . .  
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 23 février 2009

DOMINIQUE SAMPIERO

« Je retrouve mes larmes comme mes propres enfants, le plus fragile de moi-même ne m'effraie plus, au contraire, je me laisse envahir, et la pluie, au-dedans comme au-dehors, lave ce que je ne sais ni de moi ni du monde, et qui me brûlait le coeur. » . .. . .DOMINIQUE  SAMPIERO . . . . .
Posté par emmila à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 10 décembre 2008

CELUI QUI DIT LES MOTS AVEC SA BOUCHE..Extrait

"La poésie chuchote le lieu. Mais l'arbre aussi. L'insecte. Le caillou. Le nuage. L'eau. Le feu. L'abeille et le pollen. Tous chuchotent les uns dans les autres et continuent de pleurer, de se croire seuls, séparés, abandonnés, jusqu'au moment où le lieu à nouveau les traverse, puis se traverse lui-même. Genèse et apocalypse se sourient. Dehors les chiens, les sorciers, les impurs, les assassins, les idolâtres et celui qui s'est plu, un jour, à créer le Ciel et la Terre! Dehors celui qui dedans se tait puis tout à coup s'exclame et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 10 décembre 2008

L'IDIOT DU VOYAGE...Extrait

Il suffit de poser le oui bien à plat devant soi, sur la tableou la page, peu importe, un oui en forme de fruit, depas-grand-chose, bouquet de fleurs, d'éteules, miettes denuages sur un buisson, grain de blé, brin d'herbe, un ouiqui ne se voit pas, qui ne croit en rien d'autre que lui- même,décision simple, geste intérieur, comme aller au-devant,ouvrir grand les portes, les fenêtres, la phrase ensuite s'occupe du reste.Je cultive ce oui depuis mon enfance. On a tenté de me l'arracher De le recouvrir et de l'enfouir Y renoncer, alors... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,