mardi 4 septembre 2018

UN INSTANT A SAUZET...

La porte s'est ouverte , un rayon de soleil de fin d'hiver caressait les créations douces et artisanales accrochées au mur du petit couloir , une odeur de cannelle promettait une suite gourmande et sucrée . La parenthèse s'annonçait agréable. J'entrais dans la maison qui me donnait envie d'être vêtue d'organdis rose , de soie , de grand châle cachemire, de lin clair et de blanc monogrammé. Les fauteuils ,avides d'accueillir leurs hôtes, tendaient leurs bras pour un repos confortable . Une pivoine, en passant... [Lire la suite]

lundi 27 août 2018

LES LARMES...Extrait

Un jour, des doigts osent, de façon circonspecte, lente, timide, furtive, muette, une seconde, se poser sur l'avant-bras de l'autre corps qui se trouve en face des yeux. Un autre jour, la paume de la main forme comme une coque qui se referme sur le dos de la main qu'elle regarde et la main, sous la main, ne se retire pas. Les corps se font soudain plus proches de façon mystérieuse, d'un coup, sans qu'ils s'approchent en aucune façon. Un jour, ils semblent à jamais proches, sans qu'ils aient besoin de bouger. Puis la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 27 août 2018

C'EST MOI-MÊME TERREUR, C'EST MOI-MÊME

  Les rêves échoués desséchés font au ras de la gueule des rivières de formidables tas d'ossements muetsles espoirs trop rapides rampent scrupuleusement en serpents apprivoiséson ne part pas on ne part jamais pour ma part en île je me suis arrêté fidèledebout comme le frère Jehan un peu de biais sur la meret sculpté au niveau du museau des vagues et de la fiente des oiseauxchoses choses c'est à vous que je donnema folle face de violence déchirée dans les profondeurs du tourbillonma face tendre d'anses fragiles où... [Lire la suite]
lundi 30 juillet 2018

PUISSANCE DE LA DOUCEUR...Extrait

Merci à Elham Bussière   La douceur a fait pacte avec la vérité ; elle est une éthique redoutable.Elle ne peut se trahir, sauf à être falsifiée. La menace de mort même ne peut la contrer. La douceur est politique. Elle ne plie pas, n'accorde aucun délai, aucune excuse. Elle est un verbe : on fait acte de douceur. Elle s'accorde au présent et inquiète toutes les possibilités de l'humain. De l'animalité, elle garde l'instinct, de l'enfance l'énigme, de la prière l'apaisement, de la nature, l'imprévisibilité, de la... [Lire la suite]
mardi 24 juillet 2018

LES FLEURS DU MAL...Extrait

Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses,Et revis mon passé blotti dans tes genoux.Car à quoi bon chercher tes beautés langoureusesAilleurs qu'en ton cher corps et qu'en ton cœur si doux ?Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses   .     CHARLES BAUDELAIRE     . Oeuvre August Macke
Posté par emmila à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 22 juillet 2018

ANDRE HARDELLET...Extrait

Le mystère - c'est la voix étouffée des ramoneurs derrière les murs et le parcours de la Grange- Batelière sous l'Opéra.La peur - c'est un roulement de tombereau, la nuit, dans un bois où ne passe aucune route.La douceur - c'est un vol de chouette, sous le taillis, au crépuscule.Le contentement - c'est l'odeur d'une blonde qui, lente, efface ses bas noirs.L'angoisse - c'est la congestion, comme une émeute violette, sur le bitume où bouge un soleil ahurissant.L'été - c'est l'ombre de la jarre qu'emperle son frais et cette parole qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

lundi 25 juin 2018

ETERNITE

En mémoire de Geoffrey Oryema   . Mes pieds sur ma savane inscriront des cheminsl'Aube douce éclate dans ma gorgeje peins la nuit pour que le jour soit éternité   .   TCHICAYA U'TAMSI   .          
lundi 25 juin 2018

LE VENT M'EMPORTE...

A Geoffrey Oryema   ... Le vent m’emporte avec le sable sans retourmais les lieux absolus où réside à jamaisl’ombre de mon enfance bravent le temps rongeurtant qu’un mur blanc marque d’un signe purla couture insensible qui lie la terre au cielet la ville vivante avec le champ des morts....Nous passons, nous sommes passés, et nos pas sont effacésRestent seuls quelques signes ineffaçablesque je trace en pleurant dans un lieu innommé.   .   JEAN AMROUCHE " Tunisie de la grâce ", extrait     .  
Posté par emmila à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 24 juin 2018

GEOFFREY ORYEMA...LAND OF ANAKA

.  
vendredi 22 juin 2018

GEOFFREY ORYEMA...HOMMAGE

Une des plus grandes voix ougandaise s'est éteinte aujourd'hui Geoffrey Oryema est parti vers le monde des étoiles.Il était un " passeur " de beauté, d'amitié et d'amour, le passeur d'espoir que nous avons vu sur une scène magique ... Un être de lumière .....Nous sommes bouleversés..Geoffrey était une belle âme, apprécié par tant et tant d'hommes et de femmes, pour ce talent exceptionnel qu'il possédait, les mélodies sublimes de douceur qu'il nous a, à tous, offertes; apprécié aussi pour ses combats et son humanité...Nous l'avions... [Lire la suite]