vendredi 26 août 2016

DU FOND D'UN PAYS DE SILENCE...Extrait

Les rêves échoués desséchés font au ras de la gueule des rivières de formidables tas d’ossements muets les espoirs trop rapides rampent scrupuleusement en serpents apprivoisés on ne part pas on ne part jamais pour ma part en île je me suis arrêté fidèle debout comme le prêtre Jehan un peu de biais sur la mer et sculpté au niveau du museau des vagues et de la fiente des oiseaux choses choses c’est à vous que je donne ma folle face de violence déchirée dans les profondeurs du tourbillon ma face tendre d’anses fragiles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

dimanche 24 juillet 2016

ANDRE HARDELLET...Extrait

Le mystère - c'est la voix étouffée des ramoneurs derrière les murs et le parcours de la Grange- Batelière sous l'Opéra.La peur - c'est un roulement de tombereau, la nuit, dans un bois où ne passe aucune route.La douceur - c'est un vol de chouette, sous le taillis, au crépuscule.Le contentement - c'est l'odeur d'une blonde qui, lente, efface ses bas noirs.L'angoisse - c'est la congestion, comme une émeute violette, sur le bitume où bouge un soleil ahurissant.L'été - c'est l'ombre de la jarre qu'emperle son frais et cette parole qui... [Lire la suite]
vendredi 1 juillet 2016

L'ORIGINE DE LA PAROLE...Extrait

Il aurait dit sans doute que la radio était allumée depuis longtemps mais il n'y prêtait guère attention dans les allées et venues, les appels, les conversations d'un étage à l'autre qui préparaient le départ. Mais soudain ! Quelle musique tout autre! Deux voix de femmes qui se répondent avec une majesté et une simplicité qu'il n'eût jamais supposées possibles. Un dialogue, mais qui serait tout autant un jeu d'échos, de reflets tant la seconde voix paraît retracer, du point où elle l'écoute, la forme de la première, bien que non sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
mercredi 29 juin 2016

ARMENIE, VOYAGE EN ARMENIE & POEMES...Extrait

.... Emmaillote ta main dans un foulard Et sans craindre les épines de celluloïd Dans le diadème des roses sauvages Plonge-le jusqu’au craquement sec. Point de ciseaux pour l’églantine ! Prends garde cependant, un rien la défeuille – Copeaux de rose – mousseline – pétales de Salomon, Sauvageonne impropre au sorbet, sans essence, sans parfum ...   Azur et argile, argile et azur, Que te faut-il de plus ? Pareil au shah myope Qui scrute sa bague turquoise, plisse plutôt les yeux Pour mieux voir le livre des argiles... [Lire la suite]
lundi 27 juin 2016

TERRE A BONHEUR...Extrait

Je dis : douceur. Je dis : douceur des mots Quand tu rentres le soir du travail harassant Et que des mots t'accueillent Qui te donnent du temps. Car on tue dans le monde Et tout massacre nous vieillit. Je dis : douceur, Pensant aussi À des feuilles en voie de sortir du bourgeon, À des cieux, à de l'eau dans les journées d'été, À des poignées de main. Je dis : douceur, pensant aux heures d'amitié, À des moments qui disent Le temps de la douceur venant pour tout de bon, Cet air tout neuf, Qui pour durer s'installera.   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 11 juin 2016

LETTRE A LA FEMME AIMEE AU SUJET DE LA MORT

Je veux te dire cette sorte de secretqu’on ne lit qu’en soi loinderrière les paupières ferméeslongtemps après que sur le cercueilse sont reformés les liens du jour   tes morts ne sont qu’à toitoi seule sais leur nom véritablecelui qu’on n’écrit pas aux registresparce qu’il n’est signe dans nulle langue humaineet qu’il n’est pas d’oreilles pour la voix qui le dittoi seule les vois tes mortshors leur visage de cendreset les vois sans faillir dans l’absence mêmetoi seule l’ombre plus claire dans l’ombreoù leur regard paraîtet... [Lire la suite]

samedi 14 mai 2016

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

Merci à Sylvie ...  Toujours les choses se dérobent et laissent le regard errer sur cette nappe de clarté  dont la douceur n’est que l’approche de la pierre pour de violentes noces imparfaites.  Et l’entaille demain à la mesure du corps entier,  de quel cri s’éveillera le chemin ? Sous les paupières d’amande glisse le fruit des larmes évaporées, dur sommeil, long soleil de la besace des pauvres. ...    La parole chargée de guérir a dressé cette ruine  de quelques chardons... [Lire la suite]
lundi 11 avril 2016

MISTRAL GAGNANT

A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toiEt regarder les gens tant qu'y en aTe parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendraEn serrant dans ma main tes p'tits doigtsPuis donner à bouffer à des pigeons idiotsLeur filer des coups d'pied pour de fauxEt entendre ton rire qui lézarde les mursQui sait surtout guérir mes blessuresTe raconter un peu comment j'étais, minoLes bombecs fabuleux qu'on piquait chez l'marchandCar-en-sac et Mintho caramels à un francEt les Mistral gagnantsA marcher sous la pluie cinq minutes avec toiEt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 12 mars 2016

PESANTE DOUCEUR

La douceur est dans le creux de nos mains, quand la paume consent à la forme étrangère. La douceur est dans le ciel et sa voûte nocturne, quand le lointain à la terre s’accommode. La douceur est dans ta main et la mienne, quand la proximité brusquement nous enferme. La mélancolie est dans ton regard et le mien, quand la pesanteur nous accorde l’un à l’autre.   .   HANNAH ARENDT Heureux celui qui n’a pas de patrie. Poèmes de pensée (trad. F. Mathieu, éd. K. Biro), Payot, 2015.   .   Photographie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 16 février 2016

PLEINE LUNE

Pleine lune dans un ciel vide que rien n’habite hors l’effroi pas même le cri des grands oiseaux précipités dans le puits de la nuit pleine lune car si n’était un peu de sang pour farder l’aube qui rosirait le sourire contraint du matin pleine lune et sa douceur pour éclairer les choses tout ce qu’il nous reste chemins de traverse pour mieux tricher soleils factices enfouis dans le sommeil cherché en vain pleine lune et sa lumière rousse pour allumer nos yeux encore quand nous nous souviendrons de l’amour pleine lune juste un peu que... [Lire la suite]