lundi 8 février 2016

ANTOINE DE SAINT-EXUPERY

"Le merveilleux d’une maison n’est point qu’elle vous abrite ou vous réchauffe, ni qu’on en possède les murs. Mais bien qu’elle ait lentement déposé en nous ces provisions de douceur. Qu’elle forme, dans le fond du cœur, ce massif obscur dont naissent, comme des eaux de source, les songes."   .   ANTOINE DE SAINT-EXUPERY   .          
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 2 janvier 2016

PROPHÉTIE DE TA PEAU MERVEILLEUSE

Bien que rien ne soutienne l’espoir que je chante j’additionne ici les syllabes de l’amour que je te porte presque à tâtons et je demande que son feu et sa musique retiennent le rossignol prisonnier dans ta poitrine.Je crois en un jour ensoleillé, mon espoir le sent ou le veut ou le craint ou meurt parce qu’il est proche de la fin simple comme le poing d’un enfant. Je crois au jour lumineux où tu te rendras.Je pourrais alors m’en tenir à ta peau véritable.Tu seras transformé en une matière si douce. Tu prendras forme dans la forme... [Lire la suite]
mercredi 4 novembre 2015

POEME A CRIER...Extrait

Tant de foistu as consolé        écoutétant de fois tu as été le nid qui reposecelle qui offraitla conque de ses mainspour protéger la flamme naissantepour élever la tige trop frêleou redresser l’instable .Tant de fois tu t’es tenduevers le manque        vers le videvers ce qui t’effrayait tanttant de fois tu aurais aimé être bercée. .Voici de ta chairdes fruits humains et tendresà protéger        à caressertoi qui cherches... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 29 octobre 2015

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

... Ce sont des battements d’ailes très douxdans la banalité grise d’un ciel éteinton entend cette voixtapisserie disjointe de la terrelaisse rousse semée d’oiseauxon entend ce murmure déchirantsauvé…provisoire…on ne peut se fier qu’à ces ailes douceson ne peut que bâtir sur l’absenceen son nom d’angecar la piété ce beau nuage basnous conduit vers cette porte de nous-mêmesoù de grands chiens fauves s’endormentsur une herbe scintillantenommant clarté cette dépossession infinie   .   PIERRE-ALBERT JOURDAN   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 27 septembre 2015

LE BAISER

ô vous divine discrète réservée jusqu’à l’extrêmequi osera faire vibrer l’intimeà l’émoi dissimulé si sublimeô vous tourterelle sur sa tigeau seuil du vertigele baiser qui tout à coup se livreperturbe et trouble tout équilibretroubadour de l’espace il soupireaprès cette vérité qui l’inspiretroublante envolée sensiblevers les limites du cessiblesur la margelle du cœurlà il paresse avec douceuril tisse la pensée dans un rêveInattendu en se donnant à EveTenter un baiser est une avancée troublantec’est un peu comme cueillir une étoile... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 13 juin 2015

JOEL GRENIER

Elle dansait sur la scène des fleurs et sa robe faite d'aube charmait les papillons. Elle volait un instant de douceur, sur la pointe des pieds, en écartant les bras. Comme on s'offre au bonheur de la jeunesse, insouciante, aérienne, étoile du jour.Sur le fil d'un rêve qu'elle avait inventé, elle tenait l'équilibre sans même le savoir. Et ses mains ouvertes pour offrir s'appuyaient sur des nuages de son âge. . JOEL GRENIER .  
Posté par emmila à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 4 juin 2015

MELANIE DE BIASIO

Posté par emmila à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 4 mai 2015

MARIA-DOLORES CANO

Le monde le quitte, il s’accroche aux nuages, à la vie, à l’étoile. Il retient la lumière dans sa cage d’opale, le temps ne l’attend pas. Il se souvient le vent, ses cris dans les grands arbres, les fleurs sur le chemin au retour de l’école. La vie lui tient la main. Dans ses yeux tout un monde, les astres en habits neufs, le sourire des enfants et ces perles de rêves qui égayent son cœur. Les oiseaux volent bas, ils embrassent les herbes et tissent leurs demeures. L’air est bleu, il écrit dans les cœurs des mots pleins de douceur.... [Lire la suite]
dimanche 26 avril 2015

MON ENFANCE

Mon enfance laine doucecomme une pomme doucequ'on croque au bout des dentsmon enfance farine de laitcomme une mûre au bout du seinqu'on mâche au bout des lèvresMon enfance cheveux fouscourant les landes et les ravinesau galop de son cheval de boisMon enfance Robinsondans sa forêt d'acajousépiant des peaux-rougesaux grands yeux de hibouxsous des totems d'ogresMon enfance aux doigts de sucrecinq ans à peineet pas plus haute qu'une oreille de sourismais déjà malicieuseun jour elle me ditc'est fini, je m'en vaiset elle s'en allaau petit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,