samedi 9 juin 2018

AUX LARMES CITOYENS, RENDEZ-MOI MAI 68 !

“Aux larmes citoyens”, ont-ils dit,savaient-ils que l’heure de courber le dosdoit un jour enfin finir ? “Rangez, pliez, fermez vos utopies”, disaient-ils,Ne savaient-il pas que le temps d’armer nos rêvesétait encore là ? Moi, vieille pierre posée sur la mort des rêvesje me dresse, et déclare :Ouvrez les tombeaux de l’abstinenceLa résignation est l’ennemie des peuples. J’en appelle à l’espoir citoyenJ’en appelle au droit, au travail et au painJe déclare que la spoliation, la confiscation,l’accaparation du bien... [Lire la suite]

mardi 27 septembre 2016

DECLARATION

Pour la Syrie et la Palestine   Je déclare l'état de bonheur permanent Et le droit de chacun à tous les privilèges. Je dis que la souffrance est chose sacrilège Quand il y a pour tous des roses et du pain blanc. Je conteste la légitimité des guerres, La justice qui tue et la mort qui punit, Les consciences qui dorment au fond de leur lit, La civilisation au bras des mercenaires. Je regarde mourir ce siècle vieillissant. Un monde différent renaîtra de ses cendres Mais il ne suffit plus simplement de l'attendre : Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 8 mai 2016

LE TEMPS SCELLE...Extrait

"Pour être libre, il suffit de l'être, sans en demander l'autorisation à personne. Il faut se faire une hypothèse sur son propre destin et s'y tenir, sans se soumettre ni céder aux circonstances. Une telle liberté exige de l'homme de véritables ressources intérieures, un niveau élevé de conscience individuelle, et le sens de la responsabilité devant lui-même et par là devant les autres.La tragédie est hélas que nous ne savons pas être libres. Nous réclamons une liberté qui doit coûter à l'autre mais sans rien lui abandonner en... [Lire la suite]
vendredi 23 mai 2014

CHANT DE L'AMOUR ARME...Extrait II

Le matin avançait dans le vent de l'été, soudain, l'évènement. Mieux vaut ne pas dire qui ce fut ni comment, parce qu'une autre histoire vient, qui, elle, restera. Cela s'est passé aujourd'hui, ici, sur la terre de la patrie, où le vote, secret comme un baiser dans un amour naissant, et universel comme un oiseau qui vole-le vote a toujours été un droit, et un devoir sacré. Soudain il cessa d'être sacré, soudain il cessa d'être un droit, soudain il cessa d'exister, le vote. Il cessa d'être absolument tout. Il cessa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 3 avril 2014

LA TERRE NOUS EST ETROITE...Extrait

Je dis tant de choses sur la différence ténue entre les femmes et les arbres, Sur la magie de la terre, sur un pays dont je n’ai trouvé le tampon sur aucun passeport Et je demande : Mesdames et messieurs aux coeurs bons, la terre des hommes est-elle, comme vous l’affirmez, à tous les hommes ? Où est alors ma masure ? Et où suis-je ? L’assemblée m’applaudit Trois autres minutes. Trois minutes de liberté et de reconnaissance… L’assemblée vient d’approuver Notre droit au retour, comme toutes les poules et tous les chevaux, à un rêve de... [Lire la suite]
vendredi 29 novembre 2013

LES DROITS INHUMAINS

Les hommes naissent grégaires et divisés en classes. L’instinct grégaire doit être encouragé et stimulé pour maintenir l’équilibre de la société. Tous les hommes doivent être encouragés à cultiver l’hystérie et la xénophobie pour maintenir la structure grégaire de la société et la cohésion des classes, des nations et des genres, qui seuls peuvent assurer un développement équilibré de la société humaine. Les hommes ont ainsi le droit d’être: -trompés -frappés -tués -persécutés -empoisonnés -exploités -poussés les uns contre les autres... [Lire la suite]

dimanche 30 décembre 2012

UNE JOURNEE DANS LE DETROIT...Extrait

“Le vent, quand il couche l’herbe dans le vent, quand elle brille sous lui d’un éclat plus terne, l’épouvantail est au milieu du chant. Vertical et creux sur la terre, il garde une part de l’air. Il est cette figure du vent dans la chute italique des vêtements d’emprunt qui tombent en pièces. Il penche au milieu de ce qui se tient debout. Les arbres, un mur. Lui, une idée creuse que traverse la peur.   Il me fut autrefois interdit d’écrire penché. C’est peut-être de là que mon corps s’est incliné au lieu de l’écriture; et de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 7 août 2012

J'AI

Quand je me vois et je me pince moi, Jean Sans Rien encore hier et aujourd’hui Jean Avec Tout, aujourd’hui avec tout, je regarde en arrière, je contemple, je me vois, je me pince et je me demande : mais comment est-ce possible ?  J’ai, voyons un peu, j’ai le plaisir d’aller et venir partout dans mon pays, maître de tout ce qu’il y a, libre de bien regarder de près ce qu’avant jamais je n’ai eu et ne pouvais avoir. Je peux dire zafra, Je peux dire montagne, Je peux dire ville, dire armée, désormais miennes, à jamais, et tiennes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 6 mai 2011

COLLOQUE SUR LES DROITS DES PEUPLES DITS MINORITAIRES AUX "ABATTOIRS DE TOULOUSE"

 Chers notables, À propos du colloque sur les Droits des Peuples dits minoritaires que vous organisez aux "Abattoirs de Toulouse", excusez-moi je n’irai pas, bien qu’à moi seul je sois une ethnie étrangère au monde, bien que je sois l’unique responsable et représentant de ma langue ; excusez-moi, je n’irai pas à Toulouse, je n’ai pas été invité ! Faut dire : à quoi bon parler ! Je ne me comprends pas toujours… et les autres donc ! Les autres m’ignorent ou se foutent de moi. Il en est même qui préféreraient mes silences !... [Lire la suite]
samedi 20 mars 2010

SOUS L'OCCUPATION...Extrait

"...L'idée que les hommes sont égaux en droit a entraîné comme conséquence l'idée qu'ils sont égaux en devoirs; l'idée qu'il existe des patries a fait croire qu'on devait mourir pour elles. L'idéal trop élevé a dégradé la réalité.".JEAN  GRENIER .
Posté par emmila à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,