mercredi 15 juillet 2020

JE VOUS ECRIS D'UNE CLAIRIERE...

Émouvante et délicate lettre de Marion Muller-Colard à chacun de nous adressée, dans La Croix du 11 juillet 2020   .     Je vous écris d’une clairière. Une clairière d’espace et de temps. Je reprends la parole après que le virus m’a coupé les mots dans la gorge. Je reprends une parole convalescente et je ne sais pas même à quelle adresse l’envoyer. Êtes-vous là où j’aurais pu, avant, vous imaginer ? Comment savoir ce que cette folle parenthèse du confinement vous a pris ou vous a donné ? Comment m’adresser... [Lire la suite]

vendredi 27 janvier 2017

TANT DE CORPS ET TANT D'ÂME...Extrait

Destination : arbre Parcourir l'ArbreSe lier aux jardinsSe mêler aux forêtsPlonger au fond des terresPour renaître de l'argile Peu à peu S'affranchir des sols et des racinesGravir lentement le fûtEnvahir la charpenteSe greffer aux branchages Puis dans un éclat de feuillesEmbrasser l'espaceRésister aux oragesDéchiffrer les soleilsAffronter jour et nuit [...] Cheminer d'arbre en arbreExplorant l'éphémèreAller d'arbre en arbreDépistant la durée.   .     ANDREE CHEDID     .  
Posté par emmila à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 1 juillet 2016

L'ORIGINE DE LA PAROLE...Extrait

Il aurait dit sans doute que la radio était allumée depuis longtemps mais il n'y prêtait guère attention dans les allées et venues, les appels, les conversations d'un étage à l'autre qui préparaient le départ. Mais soudain ! Quelle musique tout autre! Deux voix de femmes qui se répondent avec une majesté et une simplicité qu'il n'eût jamais supposées possibles. Un dialogue, mais qui serait tout autant un jeu d'échos, de reflets tant la seconde voix paraît retracer, du point où elle l'écoute, la forme de la première, bien que non sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
samedi 9 février 2013

FERNANDO PESSOA

Avant nous à travers les mêmes arbres Le vent soufflait, quand il faisait du vent, Et les feuilles ne bougeaient pas D’une autre façon qu’aujourd’hui. Nous passons, nous nous agitons, en pure perte. Nous ne faisons pas plus de bruit dans tout ce qui existe Que les feuilles des arbres Et le souffle des vents. Lors par délaissement assidu essayons De confier tous nos efforts à la Nature Et de ne pas vouloir vivre plus fort Que ne vivent les arbres verts. Inutiles, les grands airs que nous nous donnons. À part nous-mêmes, rien de par... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 11 novembre 2009

POEME A LA DUREE...Extrait

Non, la durée était un sentimentle plus fugitif de tous,plus rapide souvent qu'un instantimprévisible, ingouvernable, insaisissable, immensurable. [...]La durée est en rapport avec les annéesavec les décennies, avec le temps de notre vie ;la durée est sentiment de vie.[...] Or, la durée, c'est l'aventure de l'année qui passe,l'aventure du fait quotidienmais elle n'est pas une aventure de l'oisiveténi l'aventure d'un temps libre (si actif soit-il). [...] Le poème de la durée est un poème d’amour.Il parle d’un amour au premier... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,