mercredi 28 juillet 2021

JE SAIS LE SEL

Je sais le sel… Je sais le sel de ta peau sèche depuis que l’été s’est fait hiver de la chair au repos dans la sueur nocturne. Je sais le sel du lait que nous avons bu quand de nos bouches les lèvres se resserraient et que notre cœur battait dans notre sexe. Je sais le sel de tes cheveux noirs ou blonds ou gris qui s’enroulent dans ce sommeil aux reflets bleutés. Je sais le sel qui reste dans mes mains comme sur les plages reste le parfum quand la marée descendue se retire. Je sais le sel de ta... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 16 décembre 2020

SOUS LE SEIN D'UNE MERE....

En pensée avec ma fille Vincia . . Une rose croît, se multiplie sans fin Sous le sein d'une mère Frêle cocon d'ouate Couleur d'amande amère et de corail Qui sent bon le bonbon Qui sous la langue fond Et vous monte à la bouche Comme par inadvertance Au détour d'un chagrin A cause d'une absence D'un mot tracé sur la buée d'un carreau S'écoulant en longues larmes d'eau . Lorsque la main divine en deux ouvre la mère Il en pleure toujours une fontaine claire A la claire fontaine Il y a longtemps Bien avant la... [Lire la suite]
mercredi 30 septembre 2020

COMME LES LOUPS VONT AU DESIR...Extrait

 Merci à André Chenet . Dire ce qu’on dit chaque jourles yeux fermés les yeux ouvertsDire l’écharpe nouée dans l’airla patience enfin mariéeenfin couverte d’agrafesSon ombre changée en roséesa blessure dans tous les cœurscomme un repas en plein azurUne fleur terrasse le ventVoici les murs rendus au plaisirla lune ouverte à tout venantle sable coulant des doigtsjusqu’au nadir L’âme blonde du tempsdans sa cage du temps des galèresla tresser doucement sous l’eau Je sais un êtreune corne d’éléganceaux habitudes de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 20 septembre 2020

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

La lune éclaire le chemin sourcier ;entre les ombres jaillissent des fontaines -- mascarons grêlés -- Le temps.Une histoire sans fin se détisse :derrière l'ultime masque, ton visage manquant. Il était une fois cette vie qui meurt,usée d'absence et de promesses de fleurs,de fruits bruissant aux brises messagères,le murmure de la source,la caresse d'une main au front fiévreux,une berceuse à traverser l'enfance,un poème à traverser l'orage, la rue, les nuits[ blanches,le souvenir d'un regard,l'anonymat frère,la vibration enveloppante... [Lire la suite]
samedi 30 mai 2020

LA POESIE ECLOT SOUS LA PEAU DIAPHANE DES MOTS

... Il n’y a d’ailleurs que dans le bruissement de l’eau qui court entre les pierres, le feulement du vent sur la plaine, l’alarme, le frémissement soudain des arbres, le fouet de l’été qui cingle le maquis ébloui à la verticale d’un cri… et plus tard au couchant, un murmure : la lumière radieuse, douce et franche qui redessine l’horizon et semble abolir à jamais la peur ancestrale des abîmes. ... Midi : le chant des cigales enflamme les collines, l’énigme du monde s’époumone. ... Ecriture tremblée, approche... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
samedi 9 mai 2020

RÉCIPROQUE

Enfin abandonnant après toi les jetées,La grouillance du port où rouillent les attachesLien rougeâtre des chaînes ombilicalesEt les marins rieurs -vois encore dans leurs yeux ces alcools qui dansent-Tu partirasDroit devant, vers cette ligne qui s'inclineOurlée de roses cuivres et de lumières grisesVa vers l'aube ! Cherche quelque musique, cueille-la sur la vague et file,Toutes voiles tendues le vent soulevant ta poitrineInspire, expire, avance, trace ce chemin d'eau,Découvre sur tes flancs la caresse que laisse, amer et... [Lire la suite]

jeudi 30 avril 2020

LE SENS DU MIROIR

Une âme, si elle veut se connaître,c'est dans une âme qu'elle doit se regarder.Platon       .   Pénétré de silencel'espace ouvertd'une mémoire tourmentée. Mes mots y habitentun peu à l'étroitparmi les questions. Ils sont dans l'œil rondde l'oiseau enivré de son chantdans le miroir mouvantdu fleuvedans la fragilitédu présent. Moiteurdes images calcinéesmoiteur d'un temps écheveléde genoux salisd'élans sauvages . Dans l'argileune empreinte figéel'évidence d'une présence.Parfois des bruits de pasqui s'en... [Lire la suite]
mercredi 18 décembre 2019

EVASIONS DE RETOURS

Au grand poète Lorand Gaspar   Poète enfant des vertiges premiersAux confins des rêveuses racinesD’orient et d’occidentT’engendre l’encre du ventAu-delà de la mortA chaque port de plumesAux battements frissonnantsD’ailes et d’îles de nouvelles sèvesSculptant le tempsEn disparition de mursEn apparition de vasquesPour effacer les distances des cerbèresGardées par leurs obscurs casquesEt ouvrir leurs cagesEmprisonnant tes étoiles et chantsLibérant la véritéDans ses multiples visages Poète tu es l’éternel enfantDans le... [Lire la suite]
dimanche 8 décembre 2019

JULES SUPERVIELLE...Extrait

J'aurai rêvé ma vie à l'instar des rivières...vivant en même temps la source et l'océan...sans pouvoir me fixer même un mince moment...entre le mont, la plaine et les plages dernières...Suis-je ici? Suis-je là bas? Mes rives coutumières changent de part et d'autre et me laissent errant...Suis-je l'eau qui s'en va, le nageur derrière ? Ou serai-je plutôt sans même le savoir celui qui dans la nuit n'a plus que la ressource de chercher l'océan du côté de la source puisqu'est derrière lui le meilleur de l'espoir ???     ... [Lire la suite]
lundi 18 novembre 2019

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Enfance mille-feuillesaux pollens dorésaux rêves extrêmes.On suivait du doigtnos sauvagerieson labourait l'air et l'eauon semait l'infini...Nos chants rythmaientau fond de nos gorgesun tourbillon de guêpes vibrantes. ...   .     AGNES SCHNELL     . Oeuvre Gustave Caillebotte
Posté par emmila à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,