lundi 9 mai 2011

LE LIVRE DES RESSEMBLANCES ...Extrait

Aucune clôture n'a de sens dans le désert, dans le vide aucune pensée, aucun livre qui est clôture de toute pensée. Parler du livre du désert est aussi ridicule que de parler du livre du rien. Et pourtant, c'est sur ce rien que j'ai édifié mes livres. Du sable, du sable, du sable à l'infini. S'il y a un livre de la mort, il ne peut s'agir que de la mort mise en mots - comme on met à sac, ô deux fois sacrifiée du livre. C'est à ces limites infixées de l'esprit, à cette frontière dévastée, mais infranchissable, que la ressemblance... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 11 mars 2011

JE BÂTIS MA DEMEURE...Extrait

Claire eau qui se livre au prix d'elle-même, il me faut, jusqu'aupoème, passer par toutes ses phases, en respecter les métamorphoseset d'abord la plus mystérieuse, celle qui consiste pour elleà ne pas être l'eau.J'irai la saluer au ciel, là où elle prendindifféremment les noms de nuage et de pluie selon qu'elle dortou qu'elle aime.Je la réclamerai au désir, dans les pleurs des planteset à la terre à chaque pas.Je l'arracherai à la joie,à l'homme dans sa plénitude, au couple pour qui elle se veut un fleuve,à la solitudepour qui elle se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 28 février 2011

SIEMPRE ESTA IMAGEN...

Siempre esta imagen de la mano y la frente,del escrito rendido al pensamiento.Como el pájaro en el nido, mi cabeza está en mi mano.Quedaría por celebrar al árbol,si el desierto no lo fuera todo.Inmortales para la muerte. La arena es nuestra insensataparte de la herencia.Que pudiera esta manodonde el espíritu se ha acurrucadoestar llena de semillas.Mañana es otro término.¿Sabías que nuestras uñas fueron antaño lágrimas?Rascamos los muros con nuestro llanto endurecido como nuestros corazones-niños.No puede haber salvamentocuando la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 28 février 2011

TOUJOURS CETTE IMAGE...

Toujours cette image de la main et du front,de l'écrit rendu à la pensée.Tel l'oiseau dans le nid, ma tête est dans ma main.L'arbre resterait à célébrer, si le désert n'était partout.Immortels pour la mort. Le sable est notre part insensée d'héritage.Puisse cette main où l'esprit s'est blotti, être pleine de semences.Demain est un autre terme.Saviez-vous que nos ongles autrefois furent des larmes?Nous grattons les murs avec nos pleurs durcis comme nos cours-enfants.Il ne peut y avoir de sauvetagequand le sang a noyé le monde. Nous ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 22 février 2011

ANGOISSE D'UNE SEULE FIN...Extrait

Être encore où l'on n'est plusque cet "encore" à vivre. Les mots de l'amitié précèdent,toujours, l'amitié comme sicelle-ci, pour se manifester,attendait d'être annoncée.   Nous ne pouvons avoir une imagede nous-mêmes.En avons-nous une d'autrui?Sans doute, mais nous ne savons, jamais, hélas, si elle est la bonne. Voir, comme on dirait "au revoir" à unétranger, en le regardant partir.Ce qui passe éclaire le passage.Ce qui demeure, l'annule.  Ouvre mon nom.Ouvre le livre.    Le bonheur que l'on éprouve à aimer... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 6 février 2011

LE LIVRE DES RESSEMBLANCES ...Extrait

  Aucune clôture n'a de sens dans le désert, dans le vide ; aucune pensée, aucun livre qui est clôture de toute pensée   Parler du livre du désert est aussi ridicule que de parler du livre du rien.   Et pourtant, c'est sur ce rien que j'ai édifié mes livres.   Du sable, du sable, du sable à l'infini.   S'il y a un livre de la mort, il ne peut s'agir que de la mort - comme on met à sac, ô deux fois sacrifiée - du livre.   C'est à ces limites infixées de l'esprit, à cette frontière dévastée, mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 10 janvier 2010

JABES

"Ce qui fait -j'aimerais le souligner- le prix d'une parole n'est pas la certitude qu'en s'imposant, elle marque mais bien au contraire le manque, le gouffre, l'incertitude contre lesquelles elle se débat."  .   EDMOND  JABES   .  
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 13 novembre 2008

CA SUIT SON COURS...Extrait

"Nous partons toujours du texte écrit pour revenir au texte à écrire, de la mer à la mer, du feuillet au feuillet. Le navire, c'est peut-être aussi le vocable obsessionnel pris dans les raies de nos lumières, entrevu, suivi, puis disparu et qui continue de nous hanter, comme il hante le rectangle de papier ou cette partie d'océan blanchie par son passage ; l'écume étant bave de blessure.Faisceau de feu ! J'ai, toujours dans mon esprit, rapproché de l'image du gardien du phare, celle du sapeur-pompier au bout de son échelle : l'un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 12 novembre 2008

LE LIVRE DU PARTAGE...Extrait

"Si tu savais combien vulnérables sont nos demeures, combien tu l'es toi-même, tu en tremblerais.Faiblesse où la force s'apprécie au nombre de ses exploits. Résistance de toute faiblesse. Capitulation de toute force.L'homme est aussi exposé que le livre. L'un par la médiation du corps et de l'esprit ; l'autre, par le truchement des mots qui le minent." .   EDMOND  JABES .  
Posté par emmila à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 31 juillet 2008

L'EAU

            Avant, il y a l'eau.        Après, il y a l'eau;        durant, toujours durant.        - L'eau du lac?        - L'eau de la rivière?        - L'eau de la mer?        Jamais l'eau sur l'eau.        Jamais l'eau pour l'eau;        mais l'eau où il n'y a plus d'eau;    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,