mardi 13 mars 2018

EMILE VERHAEREN...Extrait

Si d'autres fleurs décorent la maisonEt la splendeur du paysage,Les étangs purs luisent toujours dans le gazon,Avec les grands yeux d'eau de leur mouvant visage. Dites de quels lointains profonds et inconnusTant de nouveaux oiseaux sont-ils venus,Avec du soleil sur leurs ailes ? Juillet a remplacé Avril dans le jardinEt les tons bleus par les grands tons incarnadins,L'espace est chaud et le vent frêle ;Mille insectes brillent dans l'air, joyeusement, Et l'été passe, en sa robe de diamants Et d'étincelles.   .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 27 février 2016

VERHAEREN

Lassé des mots, lassé des livres,Qui tiédissent la volonté,Je cherche, au fond de ma fierté,L'acte qui sauve et qui délivre.La vie, elle est là-bas, violente et féconde,Qui mord, à galops fous, les grands chemins du monde.Dans le tumulte et la poussière,Les forts se sont pendus à sa crinièreEt, soulevés par elle et par ses bonds,De prodige en prodige,Ils ont gravi, à travers pluie et vent, les montsDes audaces et des vertiges.L'action !J'en sais qui la dressent dans l'airTragiquement, sur ciel d'orage,Avec des bras en sang et des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
dimanche 30 août 2015

L'AUBE, L'OMBRE, LE SOIR, L'ESPACE ET LES ETOILES

L'aube, l'ombre, le soir, l'espace et les étoiles ; Ce que la nuit recèle ou montre entre ses voiles, Se mêle à la ferveur de notre être exalté. Ceux qui vivent d'amour vivent d'éternité. Il n'importe que leur raison adhère ou raille Et leur tende, debout, sur ses hautes murailles, Au long des quais et des havres ses flambeaux clairs ; Eux, sont les voyageurs d'au delà de la mer. Ils regardent le jour luire de plage en plage, Très loin, plus loin que l'océan et ses flots noirs ; La fixe certitude et le tremblant espoir Pour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 14 juin 2015

EMILE VERHAEREN

Au clos de notre amour, l'été se continue :Un paon d'or, là-bas, traverse une avenue ;Des pétales pavoisent- Perles, émeraudes, turquoises -L'uniforme sommeil des gazons vertsNos étangs bleus luisent, couvertsDu baiser blanc des nénuphars de neige ;Aux quinconces, nos groseilliers font des cortèges ;Un insecte de prisme irrite un coeur de fleur ;De merveilleux sous-bois se jaspent de lueurs ;Et, comme des bulles légères, mille abeillesSur des grappes d'argent vibrent au long des treilles.L'air est si beau qu'il paraît chatoyant ;Sous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 19 janvier 2015

LES FLAMMES HAUTES...Extrait

Dites, quel est le pasDes mille pas qui vont et passentSur les grand'routes de l'espace,Dites, quel est le pasQui doucement, un soir, devant ma porte basseS'arrêtera ?Elle est humble, ma porte,Et pauvre, ma maison.Mais ces choses n'importent.Je regarde rentrer chez moi tout l'horizonA chaque heure du jour, en ouvrant ma fenêtre ;Et la lumière et l'ombre et le vent des saisonsSont la joie et la force et l'élan de mon être.Si je n'ai plus en moi cette angoisse de DieuQui fit mourir les saints et les martyrs dans Rome,Mon coeur, qui n'a... [Lire la suite]
mardi 6 janvier 2015

LES VISAGES DE LA VIE ...Extrait

Et qu’importe d’où sont venus ceux qui s’en vont,S’ils entendent toujours un cri profondAu carrefour des doutes !Mon corps est lourd, mon corps est las,Je veux rester, je ne peux pas ;L’âpre univers est un tissu de routesTramé de vent et de lumière ;Mieux vaut partir, sans aboutir,Que de s’asseoir, même vainqueur, le soir,Devant son œuvre coutumière,Avec, en son cœur morne, une vieQui cesse de bondir au-delà de la vie. .   EMILE VERHAEREN   .      
Posté par emmila à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 18 décembre 2008

AU BORD DU QUAI

J'ai parcouru, sous des minuits de verre, Des courants forts qui font le tour de la terre.... La mer ! la mer ! ...La mer tragique et incertaine, Où j'ai traîné toutes mes peines ! Depuis des ans, elle m'est celle, Par qui je vis et je respire, Si bellement, qu'elle ensorcelle Toute mon âme, avec son rire Et sa colère et ses sanglots de flots ; Dites, pourrais-je un jour, En ce port calme, au fond d'un bourg, Quoique dispos et clair, Me passer d'elle ? La mer ! la mer ! ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,