dimanche 20 novembre 2022

L'OCRE DES HOMMES... Extrait

Je pars du chaos de mes émotions Les mots en moi prennent La couleur de mes montagnes De mes mers et déserts Où sont mes trésors Qui m’enchantent et m’inspirent Cette part en moi Inaccessible Éclaire mon chemin S’offre en transparence Cette enfance présente Dans mes pas maladroits Force de ma fragilité Je sais Si proche Si lointaine... . . . . . ©AHMED EL FAZAZI en collaboration avec la faculté des sciences de Fès. Université Sidi Mohamed Ben Abdellah. Fès. 2022 . . . . . ... [Lire la suite]

lundi 6 juin 2022

POTEAUX D'ANGLE...Extrait

N'apprends qu'avec réserve. Toute une vie ne suffit pas pour désapprendre, ce que naïf, soumis, tu t'es laissé mettre dans la tête – innocent - sans songer aux conséquences. Dans une époque d'agités, garde ton andante. En toi-même redis-toi toujours : « Davantage, davantage d’andante », tâchant de t'amener où il faut que tu arrives. Sinon, précipité, tout devient superficiel. Les indignés du moment n'y échappent guère. Avec tes défauts pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais-tu mettre à la place ? Ne laisse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 7 février 2019

ERNEST PEPIN...Extrait

Je vis soudé à mon poèmeBuvard qui absorbe mes émotionsQuand elles débordent du litDe la vieEt dans les pages que j’écrisJe capte toutes les lucioles du mondeBaisers de feuSur les lèvres intranquilles du réelEt l’univers m’accueilleComme un enfant nouveau-néCouvert de motsDe peur De colèreMais aussi d’un collier d’amourQue je porte toujours au couPour conjurer ma vieJe suis mon propre poème qui vaComme un torrentInvente sa merComme un éclairVomit sa lumièreA pas d’homme désarméVers l’innocence de son paysCe drapeau d’humanitéQue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 3 septembre 2017

BERNARD PERROY...Extrait

Il nous faut nous satisfaire des chemins écartés, des souvenirs d'enfance, arpenter le jour, au jour le jour, avec le coeur insoumis qui se projette en dehors du sentier de nos propres habitudes, et prendre sur soi, infiniment, pour dépasser toute tristesse, fixer la plus profonde des émotions, que retiennent les ans, celle de ne rien encore comprendre de la vie, et c'est tant mieux...   .   BERNARD PERROY   .   Photographie Litsa Roussou      
Posté par emmila à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 4 mai 2017

LE SEL DE LA VIE ...Extrait

" L'événement s'envole, mais reste l'essentiel, inscrit dans le corps, qui resurgit au charme furtif d'une évocation, au frisson d'une sensation, à la force étonnamment vive et parfois incompréhensible d'une émotion. À quoi cela tient-il sinon à cette voix intérieure brûlante, cette dynamo vitale dont nous ne savons même pas que nous l'avons élaborée au fil du temps. Le souvenir n'est plus mais la mémoire sensuelle du corps parle toujours. Nous sommes un tissu muni de capteurs qui enregistrent des empreintes tenaces lesquelles nous... [Lire la suite]
jeudi 23 mars 2017

CONFESSION D'UN FOU A SON PSY...Extrait

En hommage à Vincent Van Gogh . Pour une fois, je vais prendre la parole sans considérer cette faculté naturelle comme une automutilation que je m’inflige pour rajouter du mordant à l’intensité des émotions générées par mon combat psychique quasiment quotidien. Laissez-moi parler, docteur, il y a un conflit ondulatoire qui s’éternise dans mon être sans cesse envahi par des ondes antagonistes qui cherchent à s’y évincer réciproquement. Je regorge d’impertinences et deviens hutin et pugnace devant celui qui se permettrait l’audace de... [Lire la suite]
lundi 10 octobre 2016

LE SOLEIL NOUS A BLESSES

L’écorchure a atteint le papier vierge. J’entends battre ton cœur sur le quai de la gare où tu m’attends. Tu flottes comme un chagrin à la recherche d’un câlin réconfortant. Les trains se succèdent dans la pénombre haletante, des bras et des jambes, un corps, un vertige, une matière assemblée et agile. Je ne peux te toucher.Les mots font trop de bruit. Trop de fracas de feuilles dans l’écriture. Je peins le vacarme aux couleurs de mon souffle. Mille étages de couleurs s’effondrent en avançant.Et si nous allions voir la lame qui... [Lire la suite]