dimanche 11 novembre 2018

ON M'APPELAIT ANTONIU.....

11 di nuvembre, So`falate e castagne...Salut mes frères... Je me souviens de vous…Dans les tranchées, les traces de vos pas se mélangeaient aux miennes. Nous étions blancs de froid, nous étions noirs de peur et nous cherchions courage au bout de nos sourires pour réchauffer nos cœurs.Moi, je suis tombé ici. Ici juste à vos pieds, à pieds entremêlés, dans la boue de la Somme, au bout d'un jour de mai, le mai de mon enfance, le mai des transhumances.Je venais de Niolu. Le Niolu lointain.Il ne reste de moi qu'une petite... [Lire la suite]

lundi 2 juillet 2018

TANT ET TANT

Tant et tant          Tant et tant que la guerre          tient la Paix prisonnière          penser est un affront          et rêver un juron.          Tant et tant que les bombes          portent la Paix en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 3 novembre 2017

PALESTINE II

C’est un jeu d’enfer que ce jetde pierreset de grenadesmais j’auraisaimé te lancer mon cœurdans un jeu d’enfant . ALI EL HADJI TAHARin Terres d’Afrique anthologieNDZÉ, 2011 .  
samedi 8 juillet 2017

ALBERT AYGUESPARSE...Extrait

La lumière de midi fait éclater les fronts.Elle peint de résine les masques insensésQue les puissants ont pris pour traverser la villeOù les bûchers croulants grillent le ciel géant.Elle bouge avec l’ombre décapitée des mursEt recouvre de chaux les cris des premiers morts.Ses doigts d’encre ont tracé les couloirs de la peur,Ne me demande pas ce que font ces fantômes.Ils arrachent le coeur des colombes blesséesEt vendent des colliers d’amulettes sonoresPour conjurer la foudre et sauver les damnés,Mais l’enfer n’entend pas ce doux bruit... [Lire la suite]
dimanche 11 juin 2017

SI LA MUSIQUE DOIT MOURIR

 Si la musique doit mourir Si l’amour est l’œuvre de Satan Si ton corps est ta prison Si le fouet est ce que tu sais donner Si ton cœur est ta barbe Si ta vérité est un voile Si ton refrain est une balle   Comment peux-tu aimer le soleil dans ta tanière ?     Si ta terre est un champ de mine Si ton mûrier est une potence Si ta porte est un barrage Si ton lit est une tranchée Si ta maison est un cercueil Si ton fleuve coule de sang Si ta neige est un cimetière   Comment peux-tu aimer... [Lire la suite]
jeudi 8 juin 2017

J'OUBLIE

J'oublie Gaza la Tchétchénie Guantanamo. J'oublie les écoles incendiées et les enfants brûlés vifs les parents aux yeux éteints - d'où toute lumière a soudain disparu. J'oublie les enfants bourrés de résidus chimiques ceux qui à chaque instant frappent à la frontière d'une vie inconnue. Mais personne ne leur ouvre. J'oublie le fanatisme des matches de football l'éternelle bousculade les braillements des spectateurs qui veulent leur mamelle. J'oublie ceux qui luttent pour davantage de vacances davantage de temps sans les... [Lire la suite]

dimanche 15 janvier 2017

POEME INEDIT ADONIS

Un dieu sumérien m'écoutaiten se lavant les piedsdans les vagues qui relientle Tigre à l'Euphrate.O Dieu ami, est-ce vrai que tu asune fois chuchoté à ton épouse :«dans ce monde, il m'estdifficile d'être Dieu ».Soudain une foule d'angess'abat sur nous et se metà lapider la langue :Si la parole était de feule silence ne seraitqu'un début d'enfer.En vérité, c'est au ciel que poussentles racines de la catastrophe.En vérité, à Bagdad, les pierrespourraient se fendre de honte.À Paris, dans une triste chambre,j'ai voulu asseoir mon payssur... [Lire la suite]
samedi 14 janvier 2017

PROPHETIE

Le jour est proche où la matière aura à ce point écrasé l'Esprit qu'il n'en restera rien. Pas même un parchemin maculé de sang pour en commémorer le souvenir. Les fils ne reconnaitront plus les pères ni les mères, devenus des étrangers au sein de leur propre foyer. Les filles seront troquées contre quelque avantage pécunier. A la place des oliviers, des glaives sortiront de terre que l'on s'empressera aussitôt de déterrer puis d'affûter, afin de détruire tout ce qui rappellerait encore de près ou de loin, l'amour que les hommes des... [Lire la suite]
lundi 19 octobre 2015

VIVRE A LA HACHE XCVI

En dernier lieu en dernière instance quand les bouchers rigolards égorgent à 100 contre un et foutent le tout à la broyeuse une vieille, très vieille histoire de visages et de crânes refait surface Une histoire brève et même un tantinet brutale dont la concision donne vraiment pour une fois À RÊVER Au hachoir industriel à l’abattoir consacré du loup parmi les hommes, à une certaine profondeur plus basse que les nécropoles putains un morceau dur enraye les tranchoirs Subitement, ça ne passe plus Il y a "un os" comme on dit Mais on a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 16 juin 2015

AU CAFE DES FAITS DIVERS...Extrait

Le monde brûle…Mon père, à ma nuque, comme une peau de mouton… me laboure les flancs et ma mère dans ma chair qui tremble encore son dernier souffle…Dors, père…Les femmes ont cessé de pleurer leurs enfants… ou leurs corps et la terre sous nos pieds vaste… charnier… de couleuvres, et de cendres…Asphyxie…Les flammes montent vers le ciel, expirent dans les nues un dernier souffle blanc… Je sais que ma mère est l’une de ces flammes qui montent vers le Bon Dieu…Le Paradis…Asphyxie…Le Paradis et ses fleuves de miel et ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,