jeudi 27 octobre 2016

LA CONSTRUCTION DU POEME

La construction du poème c’est la construction du monde. Ni des symboles, ni des images, de simples créatures de l’air, des évidences obscures, des énigmes lumineuses, les formes du vent, les silences du sommeil. Les mots sont les battements d’un corps enseveli. Une source de joie dans le vide sensuel et concret qui se dessine dans la brume lente. Lettre à lettre, nous défibrons le cœur du soleil. Nous voyons dans une tour de vent un arbre ballant. Nous vivons dans l’inaction de l’ombre maternante. Peut-être que le poème est un... [Lire la suite]

dimanche 10 juillet 2016

L'INSTINCT DE CIEL ....Extrait

"L'amour étreint à la même chair cette précarité que le poème crispe en paroles. Là où nous voulons aller boire et tentons de puiser un peu de transparence, n'est-ce pas au puits sans fond autour duquel s'est construite notre vie? De quelle espèce est-il? D'aucune qui ait un nom. De celle plutôt, indéchiffrable, d'où tous les noms proviennent. Puits à langage, puits du désir, puits de la finitude et de son énigme infinie..."   .   JEAN-MICHEL MAULPOIX   .   Vivienne Mok Photography ... [Lire la suite]
jeudi 16 juin 2016

VIVANTE PIERRE...Extrait

Frémissements de galets lavés par la marée Fissure en marche vers l’aurore Quel vent des origines anime la matière insuffle la vie à la roche blessée ?   Alluvions, sédiments, éboulis, effritements Le temps gerce la chair minérale, s’infiltre dans l’énigme O mémoire du monde close comme un fruit mûr avant la chute. Cœur de granit et regard transparent du cristal accrochant la lumière pour ne pas renoncer Turquoises, saphirs, opales Ultimes flamboiements des grandes forces telluriques Stries, strates, rayures vitales,... [Lire la suite]
lundi 16 mai 2016

MICHEL CAMUS

Merci Adélita mia...   S’ouvrir et attendre que s’écrive, non pas un poème, mais ce qui traverse et dépasse « l’homme troué » qui n’est pas quelqu’un, mais une goutte de lumière, un grain de silence, un noyau fermé sur soi de transpoésie inconnue : quelque chose d’infiniment ouvert seulement vers l’intérieur, quelque chose d’abyssal à quoi grâce à sa lumineuse ignorance il se sent verticalement relié. On vit sans savoir ce qu’est la vie. On aime sans savoir ce qu’est l’amour. On crée sans savoir ce qu’est l’inspiration. On... [Lire la suite]
mercredi 18 novembre 2015

HERITAGE DE LA STUPEUR ...Extrait

Il faut quelqu'un pour mourir. Et quelqu'un pour regarder mourir. Une fleur, un vase. Un baiser, une bouche. Un regard pour celui qui part, un regard pour celui qui veille. Ce don des larmes retenues, ce mouvement secret des sources au centre des pupilles, inachevé jusqu'à la mort et longtemps après, tissé du premier au dernier souffle entre la mère et l'enfant, laisse fléchir le monde doucement dans sa sagesse. Il s'agenouille devant le dieu de celui qui part. De celui qui s'éloigne sans se retourner. Sans revenir sur ses pas. Même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 5 novembre 2015

ALTAZOR - CHANT I

Ne vois-tu pas que tu tombes déjà?Lave ta tête des préjugés et de la moraleEt si voulant t’élever tu n’as rien atteintLaisse-toi tomber sans freiner ta chute sans peur au fond de l’ombreSans peur au fond de ta propre énigmeTu trouveras peut-être une lumière sans nuitPerdue dans les crevasses des précipices.TombeTombe éternellementTombe au fond de l’infiniTombe au fond du tempsTombe au fond de toi-mêmeTombe aussi bas qu’on peut tomberTombe sans vertigeA travers tous les espaces et tous les âgesA travers toutes les âmes tous les désirs... [Lire la suite]

mardi 18 août 2015

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

«Gisement de ténèbres et d’éclairsd’immobilité et de mouvementGisement d’air qui vibre et de languesau fond du silence tenace.Ici un mot, là un geste, une absenceque nous montre, nous épelle l’érosion.Dénudés sur les routes du SudNous portons plus loin nos gîtes d’énigmes,Nos quêtes d’aurore dans la nuit—Entre deux margelles de clartéUn pléistocène grouillant et obscur.L’accord ici est hors clavier.Dans l’écartèlement –bonheur, détresse-nous accouchons parfois d’une vie vraiedans l’espace habitable—»   .   LORAND GASPAR ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 26 octobre 2014

LE LABYRINTHE DES DESIRS RETROUVES...Extrait

" - Il importe vraiment, dit-il, que tous et chacun nous conservions notre secret, car que subsisterait-il de nous si notre secret était livré, divulgué, dévoilé, perdu, percé, extorqué, arraché ? Ce serait la perte de notre propre densité, de notre identité profonde, de la différence qui nous fonde. L'aveu libère, dit-on, l'âme de son angoisse, mais ensuite c'est un désenchantement, sans remèdes et infertiles, celle-là, que d'être réduit à rien, de ne plus avoir d'énigme personnelle au regard des autres, et d'abord à nos propres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 26 avril 2014

L'AVANT-SAISON...Extrait

Les dieux ont déserté la terreils ont laissé l’ocre et le bleules cimes violettes la sourcele mercure ardent de la mertel un peintre terrifiéabandonne sa palettetels des courtisans chassésoublient leurs boites de fardsvoici les couleurs minéralesparmi les hommes stupéfaitset leurs doigts inaccoutumésà ces mystérieuses merveilleseffleurent de minces substancesrepliées sur leurs secretsoffertes selon l’apparencechiffrés comme des énigmesun matin de grise attenteà l’heure de l’aube platesur la mer j’ai vu la beautéériger ses hautes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 17 novembre 2013

L'ORDRE ANIMAL DES CHOSES...Extrait

Le cri rauque de la mouette, [...] ou la prosodie lancinante et aiguë de la chouette, ou la respiration bruissante du hibou, ou la mélodie ronde, hyperlittéraire du rossignol, ou le sifflement du merle, ou le babil de la grive, ou le gazouillis du rouge-gorge ont un rapport avec tout le corps de l’oiseau, non seulement avec les organes vocaux mais aussi avec la forme et la taille des ailes, la couleur du plumage, la position adoptée au moment du chant, la hauteur de cette position et peut-être même la nature de l’arbre et la forme de... [Lire la suite]