lundi 27 août 2018

OUI, NOUS PARLONS

Nous parlons la démesurenous parlons l’appartenance à un sourire et le dédale de ses secretsnous parlons l’attente tournée vers l’horizonsans possession dissimulée dans la voixsans usage d’un lieu de la parole nous parlons entre le réel inquiet et le mystère de son appelnous parlons depuis les veilles rauques des délaissésnous parlons la mélancolie de l’étendue portant d’escale en demeure l’épreuve de chacunnous parlons l’éclair élucidé du dire vraiquand n’apparaît plus que l’attention de l’horizon au jour nous ouvrons la volière... [Lire la suite]

mardi 28 mars 2017

A LA LUMIERE DES LARMES

L'ange de l'épreuve brûle d'abord nos yeux avant d'ouvrir un chemin inconnu devant nous. Oseras-tu avancer? Monte! Egare-toi! Si les mots ont trahi si l 'anneau est brisé si tes larmes sont noyées dans l'eau perdue de la pierre tu peux encore avancer. Monte! Egare-toi! Tous nos cris ont des ailes tous les coeurs trouvent un chemin. . . . ALAIN SUIED . . .      
Posté par emmila à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 23 juin 2014

JE SUIS UN BUVARD POUR LE CAFE DU JOUR

Être un homme et ne pas le savoir ; être vivant et toujours en douter ; être mort et encore dans le couloir de la lumière. Je décèle au-delà de mon souffle, la rossée qui déroute mes envies. Je m’éteins devant le miroir chaotique d’une balance mécanique sans jamais avoir le goût de rompre. La nuit tombée, je redécouvre l’esprit bancal qui flotte dans un noyau de plumes. Mon radeau enchaîne les cascades qui torpillent le calme apparent. Le plaisir des sens est tantôt une ivresse, tantôt une frustration de pardons réflexifs et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 16 décembre 2013

ISSUE DE RETOUR...Extrait

On naît étrangement à la poésie.     On contemple des couchers de soleil, le bord des roses, la venue des formes aimées.    On fait ce que doit faire un poète : se placer devant le monde, chercher, dans les livres et les poèmes des autres, des petits signes, un endroit pour l’affût.     On essaye de bouger, de vivre comme ses aînés, de mettre ses pieds dans leurs chaussures, d’habiter les vêtements qu’ils nous ont laissés ; de copier leurs postures.    On se dit qu’avec tout cela, on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 10 mars 2013

LE BONHEUR

Court moment qui ignore le temps qui passe.Souffle de calme après une tempête de violence.Oubli de l’humiliation et du rejet.Flash de silence dans le « cahot » des cris,des larmes et des injures.Paix intense, tout au fond du ventre,qui remonte jusqu’au bord des yeux.Instant suspendu au fil du sursis,accordé à nos peines.Regard posé sur l’infinie beauté du monde :Une branche de pommierD’où ruissellent de légers pétales,Des gouttes de rosée qui parlent au soleil,Un nuage bas qui nous ouate le regard,Une pluie d’aigrettes s’éparpillant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 10 octobre 2012

FEMMES DE MES JOURS

Nous sommes en deçà du miroir dans un monde aux légendes éteintes A chaque seconde,  il faut inventer l'amour à nouveau sa morsure le désir   Nous sommes nées dans les villes dures La misère nous mène en guerre loin de l'arrondi du cœur et nous versons le sang des peines sur les cohortes des rêves   Femmes de mes jours des heures amères Dans notre héritage, tant de larmes et de bûchers ! Des cendres tombent sur nos traces et quand il pleut l'odeur rouillée du sang monte du terril des souffrances  ... [Lire la suite]
vendredi 20 juillet 2012

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Attester plus longtemps le temps de peupliers pliés par violence de vents ne pas rendre aux abeilles leur dérive à travers vergers vers le territoire total de notre tilleul ? Accepter encore le recours végétal du lierre pour lier les pierres déjointes du départ des hommes ces murs déjà gagnés par incohérence de ronces et séneçons ? Oh l'infection méthodique du temps se défaire des gestes répétés et remettre le soir ses plaies au lendemain pour épeler encore nos peines capitales en cœur et poser notre livre au paisible du temps après... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 26 octobre 2009

L'ÂME ERRANTE...Extrait

Dire qu’on a vécu l’invivable Donnerait à penser que la vie S’accommode de ce qui la nie. Disons qu’elle se maintient Vaille que vailleSous les ratures, les injures, Les coups.Oui déchirée piétinée avilieLa vie assiste la vie. . .. . GASTON  PUEL . . . Oeuvre Gaspar David Friedrich  
Posté par emmila à 18:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,