mercredi 3 août 2022

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

Faire survivre à chaque instant Recommencer le temps Une maille endroit, une maille envers Le tricot que l'on trame avec la chaîne de la peau Incessamment nous dévêt Tels les premiers hommes qui n'avaient pas Rêvé à la pomme d'or Nous errons d'un espace à l'autre D'une heure à l'autre Dans l'ignorance de notre nudité Nous sommes nus Nous sommes vus Le méconnaître fait notre arrogance A quel moment l'oignon fait-il oeuvre de dépouillement ? Chaque couche, chaque strate, chaque masque Est le reflet d'un vêtement... [Lire la suite]

dimanche 5 juin 2022

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

Seulement la mémoire Afin d'assembler le puzzle dispersé Où se mêlent d'étranges fragments de moi Des marches d'escalier descendent en forêt Je tombe et me rattrape et me réveille et tout m'échappe Verre brisé Déjà le vent ensevelit les voix Dans l'arbre, le ressac des feuilles Sans cesse rapporte le bois mort Il faut aller au puits Jeter le seau aux sortilèges des réminiscences Recommencer encore la pêche miraculeuse La levée des mirages Refaire le monde, se rassembler, se ressembler Seulement la mémoire Je ne veux... [Lire la suite]
vendredi 4 février 2022

LE JOUR VENU...Extraits

" Ils ne sont plus là pour me protéger de mourir, pour porter sur leurs épaules le fardeau du temps. … Ils ne sont plus là pour me protéger de moi-même.    Il ne s’agit d’abord que d’accepter cela : ne plus jamais être aimé par quelqu’un comme on l’avait été par une mère. Cette sorte d’amour qui fut le premier, le plus nécessaire, n’existe plus ; on ne peut plus l’attendre ; il ne pourra jamais revenir.  ... J’aurai laissé derrière moi des couronnes de coquelicots aux pétales fragiles posées sur des têtes... [Lire la suite]
dimanche 12 septembre 2021

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Des fleurs ont atténué le bruit des gouttes de sang, la rosée qui survit à la brutalité des sols, des chutes douloureuses que des mains cruelles ont bâties comme des couteaux, la plaie qui s'ouvre dans les rêves qu'on a faits un jour de pluie, les rivières qui parlent le même langage quand on sent monter en soi les effluves d'un amour défunt, l'éblouissement portait malgré lui un masque de vie ancienne, fossiles de la plus belle saison de bourgeons, plaisir pourtant de voir naître un soleil inconsolable, son chemin parmi les... [Lire la suite]
vendredi 28 août 2020

VERGERS...Extrait

  C’est qu’il nous faut consentirà toutes les forces extrêmes ;l’audace est notre problèmemalgré le grand repentir. Et puis, il arrive souventque ce qu’on affronte, change :le calme devient ouragan,l’abîme le moule d’un ange. Ne craignons pas le détour.Il faut que les Orgues grondent,pour que la musique abondede toutes les notes de l’amour.     .     RAINER MARIA RILKE     .    
Posté par emmila à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 13 janvier 2019

ZOHRA MRIMI...Extrait

Les anges ont leurs préférences, ils ne sont pas plus liés à l'existence que cette rose, qui fleurit bientôt son absence.Le jour fait l'adieu, sa voix porte le fardeau d'un nouveau-né. C'est une joie violente de consoler, aussi la mort. Elle écrit sur ton front tous les mots de la honte, tous les secrets de cette absolue chance. En réalité, c'est ta paume qui transforme le dôme du matin, dans un silence tu ramasses tes épreuves pour les éloigner sur une page.   .     ZOHRA MRIMI  
Posté par emmila à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 15 avril 2018

RESONNANCES

Il faut revenir exalter la peau mûrie de longues pensées inachevées. Il faut reconstruire la halte dans laquelle on a tout abandonné : l’épreuve et ses ruisseaux de peine, l’échec et ses tourbillons aiguisés comme les bords tranchants d’une falaise. L’innocence ne connaît pas le malaise des jours meurtris. Désarmer, on l’était déjà bien avant l’existence. Une vie entière à écouter en soi les oracles lointains, les troubadours de l’excellence et, si peu de murmures revenus de là-bas. Nulle part l’écho fragile d’un cœur solitaire. Nulle... [Lire la suite]
vendredi 23 février 2018

LE DERNIER JOUR DE MA VIE

Je n’éteindrai jamais l’incendie qui m’habite, ni la chaux vive de mes ailes, ni l’incandescence sur ma peau qui se souvient de caresses anciennes. Je ne désarmerai jamais mes saines colères autour des cercueils d’enfants, ni mon dégoût de toute l’injustice arrogante des hommes. Mes fatigues traverseront ce désert où seul je cherchais l’ombre d’une oasis et l’eau fraîche d’un frère choisi. Non je n’effacerai jamais les mots absents de mon père, leur naïve ferveur sur des pages sans voix. Pour que revienne l’enchantement d’une autre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
jeudi 8 février 2018

POURTANT, UN JOUR...

Quand le ciel est raide, dénué de la générosité qu’il offre au crépuscule pour couvrir le jour quand il décline, quand son bleu se lénifie à devenir le mauve parme que produit la blessure ; quand l’aube peine à étaler sa blancheur véloce à refuser aux sourires l’extase de creuser les fossettes ; quand la nuit s’écrase sur les massifs des nostalgies sans douceur, sans courtoisie ; quand les étoiles sont fuyantes, quand elles s’éteignent subitement après leur apparition augurant de nouvelles surprises dures à porter ; quand les cœurs... [Lire la suite]