mercredi 19 avril 2017

ETAT DES LIEUX

Maintenant Je laisse ma vie fuir son cours Les heures filer dans mes doigts le sable s’entasser sous mes dents le vent Vide façonner mes dunes y bâtir des escaliers à dévaler revenir Aux sources du mal en avaler les boues Dosant habilement les vins aux goût de bois Les drogues licites des pharmacies leurs bulles opiacées leurs benzos Car je sens qu’il ne vaut mieux pas que je reprenne conscience Tout à fait Ni que la colère flambe ni qu’elle prenne une perfection de symphonie Giclant d’un seul envol de violons et de bois Ni que je... [Lire la suite]

lundi 18 juillet 2016

LETTRE OUVERTE A FRANCOIS HOLLANDE D'UNE INFIRMIERE NICOISE

Cher Monsieur le Président de la République Française,   Je suis une jeune femme née à Nice en 1988 et je vis dans cette magnifique région depuis lors. C'est une jolie ville Nice, nos loyers sont indécents, nos salaires pas bien gros mais qu'est-ce qu'on vit bien ici. On a la mer et la montagne, la pissaladière, la socca, les apéros qui commencent à 11h le matin. On sait vivre à Nice, on est heureux. Je suis infirmière de profession mais aujourd'hui je ne suis plus heureuse, je suis atterrée. En fait, aujourd'hui, je suis... [Lire la suite]
mercredi 29 octobre 2014

ANDRE LAUDE...Extrait

Sommes-nous vivantsSommes-nous faits de fer et sangSommes- nous fait d’eau et ventsSommes-nous clones du néantoù est le feu de nos membresMes doigts de nicotine bougent encoreMa rage intacte brise les serruresUne longue maladie dévore mon corpsMon âme est un moine en robe de bureSommes-nous vivants.J’entends le doux rire de l’ami Cioranrue de l’Odéon crépuscule de nombreLa chute dans le tempset la tonique écriture. .   ANDRE LAUDE   .   Oeuvre Nicolas Rozier http://roziernicolas.blogspot.com    
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,