vendredi 6 avril 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Le livre que j’ouvre à présent Est celui de l’arbre et du vent,Des saisons et du ciel infini,Des moissons du silenceDont toutes mes racines ont soif. Si je marche en claudiquant Sans me hâter vers la ligne des grèvesCe n’est pas pour comprendreMais pour laisser aller : Creuser mon ignoranceNe m’est plus nécessaire. Portées par l’aile de l’instant Des pages détachées volent dans ma mémoire ;Je me fie à leur errance.Aucun traité ne me donnera plus le goûtDe ces paraboles incendiées. Des visages me... [Lire la suite]

dimanche 19 novembre 2017

CAROLE DAWSON

J'écris sur une peau de brume Pour effleurer l'instant Comme on apprivoise le vent Un soupir Me glisse entre les doigts Et me ravit un peu de moi J'erre sur le chemin Où silence est roi Sans bruit, je me dessine un destin Mais je marcherai toujours avec espoir Jusqu'aux froissements des petits matins Pour déposer des bouquets d'aurores Dans la paume de tes mains Et ainsi entrevoir Ta lumière Cousue de bleu et d'or Avant que ne s'effacent les mémoires De ces jours éphémères   .     © CAROLE  DAWSON   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 3 novembre 2017

TRACES/HUELLAS...Extrait

Une république de roulottesde frontièresdisparues à l’aubefrontières qu’avec l’angede son silencela nuit a imposéesLa marche est l’alliance de ceuxqui ont tout perduDe ceux qui rêvent la plainede l’autre côté de la meret au pied d’une montagneattendent que le soleil se couche . Myriam MONTOYATraces / HuellasL’Oreille du Loup, 2009 . Photographie Jeannette Gregori www.jeannettegregori.com
dimanche 9 juillet 2017

DEMETER

Jouissance, en étroit contact    l'argile fraîche et ma peau.    Chemins ouverts    sources bavardes    résineux    et térébinthes    désordre d'herbes,    c'était jouissance...    Un stylet    a pris place en mon âme.    Maintenant sans mâture    tout a goût de cendres    tout m'est étranger    indifférent.    Jambes fantômes... [Lire la suite]
vendredi 5 mai 2017

L'EROSION DE L'ÂGE

Je m’enfonce à nu dans le précipice sous ce ciel réfractaire mon souffle vagabonde j’interroge l'épitaphe de l'obscure absence en exil je cueille l'érosion de l'âge j'espère l'indulgence de l'éloignement une armée de cris s'est tue dans ma prairie seul je brave l'incendie de l’étrange songe mon ombre enchaînée à son brasier se consume dépourvue de compassion je jure sur le parvis de cette danse avec l’abîme que la valve de mon cœur ne pliera pas devant le sentier paradoxal de la cruauté je vous ai laissé les ossements de ma... [Lire la suite]
vendredi 20 janvier 2017

LA CARCASSE

L’eau elle aussi quitte le portun reflet attend en lignespour partiret là je suisce petit ce petit enfantenfin seul avec l’énorme navireElle doit porter le nom de silencecette baleine de ferendormie sur le flancdans le port retenant son souffleun nom rouillé sortid’une langue inconnueinconnueEt personne ne viendrame donner à moi un nomle bout des cordages semble d’eaules parois sont couchées sur le doscorps saupoudrés de lumièreje peux voguer si nous voguonsje peux errer pour toujoursà travers les couloirs qui rouillentavec ma peur... [Lire la suite]

mardi 17 janvier 2017

NE PARLE PAS AUX SOLEILS GRIS

Ne parle pas d’amour aux oiseaux des murs Tiens-toi tranquille ne dérange pas l’horizon du silence Sois secret comme l’île peuplée de totems et de lances Retiens ce qu’il reste de nuit sous tes paupières En cas de détresse danse danse danse Jusqu’à ce que Mère Terre écoute ta blessure Danse jusqu’à ce que tes dents blanches rient Mais ne parle pas d’avenir infini aux soleils gris aux lunes de tristesse et d’errance.   .   ANDRE LAUDE   .   Oeuvre Qin Tianzhu
vendredi 23 décembre 2016

QUE LA VIE ME PARDONNE

La vie est une orange mûre et bigarrée Un présent que l’on ne finit pas d’ouvrir Une mémoire d’autres vies Une enfance qui  tourbillonne vers sa lumière J’ai habité un nuage Et j’ai tellement voyagé que j’ai avalé le noyau du monde Je n’avais que mon cœur pour monture J’ai pansé le soleil Rendu hommage aux femmes nues La vie m’a toujours tout donné Des pépites d’amour Des cimetières de rêves Des sanglots Des naufrages Et des torrents de rires Ainsi soit-elle Ma parole a usé les miracles Elle a aussi recyclé les... [Lire la suite]
samedi 17 décembre 2016

UNE ONDÉE DE MOTS

Il pleut de leurs yeuxdes aversessur le sol piétinépar tant d'erranceque même les fleursse prosternentau passage des pas usésoubliant la faim la soifet la boueleur espoir s'entraînepour la course européenneet même américainejusqu'au fil d'arrivéedevant les barbelésil pleut aussi d'une île à l'autredans le regard des enfants usésne leur reste que les fleurset la boue pour s'amuser   HUGUETTE BERTRAND  
Posté par emmila à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 1 décembre 2016

PRIZREN

L’enfance, les herbes, le lac le jadis du monde je pense comme le granit Des temps immémoriaux bien des fantômes reviennent dans la forteresse des mots Des lieux, des gens s’entrecroisent la nuit, le temps les oliviers et les oiseaux le temps semble fait de lumière pas d’obscur sur les places il fait beau. Des tziganes cheminent Et jouent le long de la rivière L’air entraine la danse il y a dans l’air des prières païennes des appels magiques et des pans silencieux d’histoire des prairies entrevues remplies de mémoire des... [Lire la suite]