mercredi 30 mai 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

J'ai arpenté une fois encore les couloirs infinisDe cet immense vaisseau adossé au grand large.J'ai soupesé un à un tous les sacs de douleur,La plainte silencieuse des marins en partance.J'ai porté sur chacun un regard de confiance,Et nous avons dit oui,Et nous nous sommes compris.Je connaissais le moindre bruit,Et les signes têtus et les gestes d’amourEt l'odeur des varechs, la courbe de la rade,Le sillage ébahi des navires en partance. J'ai laissé nos voies de mer aux mouettes et aux vagues,Abandonné au ciel le fil de nos... [Lire la suite]

dimanche 25 mars 2018

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Perdre notion de la douceur de l'amande écale éclatée Perdre notion de ce lexique où se prirent tous mes oiseaux quand faseillaient les feuilles quand chaque arbre était singulier dans sa façon de ciseler l'espace & sasser la lumière Oh les mots de ma préhistoire Oh cette cécité loin du livre initial J'ai laissé tous mes gestes dans la conscience d'hommes maigres & secs de pauvres traversant le plus clair des jours pour échanger des grains des mots ou pour prendre le thé le temps de ne rien dire écouter... [Lire la suite]
samedi 8 juillet 2017

AGNES SCHNELL...Extrait

Elle rêvait souvent, alors...Elle multipliait les rêves comme si la vie, menacée dans son terme, avait besoin d’être doublée, prolongée par l’illusion du songe.Son inconscient créait des lieux infinis. Elle passait de l’un à l’autre avec aisance, traversait le temps, les âges, les contrées sans s’étonner. Elle nouait le presque réel à l’absurde sans se réveiller. Il lui arrivait d’en rire dans son sommeil, d’en sourire encore se réveillant......Ses rêves germaient le jour et s’épanouissaient la nuit. Mais, de temps à autre, ils... [Lire la suite]
mardi 20 septembre 2016

BONJOUR

A celui qui a dansé la formeBonjourA celui qui a laissé dans les bras refermésDe l’amourLa place pour penser ensembleBonjourA celui qui rend perceptible le mondeAux aveugles définitifsBonjourEt pour la caresse au ventre durDe la vénus enfin trouvéeBonjourA sa ligne vivante courbéeAu dessin infini de l’homme torturéA son corps qui résisteA ses yeux trop fragilesBonjourAu sourd décidé de chasser les horreursArtiste assassiné par les incompétencesA ses contradictions, ses amours, ses errancesA ses heures du soir où il se sentait bienA... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 19 août 2016

LE POEME DE PAPIER

Le poète distribuait des poèmes de papier avec des mots d'encre dessus et de la joie, et de la peine dedans les mots du désespoir, des espoirs des questions, de la colère jamais de réponse mais des doutes Il y avait du passé dedans et des errances et du vivant Il voulait que ses mots ouvrent des chemins que ses poèmes soient des clefs dans la serrure des cerveaux en faire des grenades de soleil Dégoupiller le soleil et BOUM sur les frontières Mais c'est un poème de papier qu'un passant a jeté par terre après avoir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 30 juin 2016

PATRICK ASPE

La revanche est amère aux pas du condamné retour sans larmes éloge d'une mélopée la réalité c'est prendre possession des proximites retourner sur soi la flamme des brasiers la rose sur le chemin secourue porte frappée aux errances apparues la source le socle d'une charrue la seule page qui va au cahiers des vertiges vertu maladive maladresse tes lèvres comme tes cuisses avancent à mes lèvres reflets incertains toujours nos corps virages brefs   .   PATRICK ASPE   . Photographie Andréa Kiss ... [Lire la suite]
jeudi 16 juin 2016

CE QUI SE MEURT PARLE PLUS FORT

" L’abandon se cambre de lui-même. Il nous offre sa face tactile et nous sommes rongés d’une corrida de gestes immobiles. Tout ce qui rompt avec la possession et le sentiment d’appartenance nous dépite. C’est la grande cascade de la mort qui ne se voit pas. L’engagement se débride et nous sommes contraints de nous en retourner seuls tout au fond de nos âmes. L’estocade trempe sa lame dans la nuit d’encre et t’écrire devient un râle, un entre-deux dans le creux de la fracture que je remplis de mots. Tu vois, il nous faut remplir, puis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
samedi 1 août 2015

AGNES SCHNELL...Extrait

Mémoirede ronces encombréede fleuves prisonnière.Mémoire de poussièresde terre marneused'enfance excessiveégarée parfois. Mémoire bleu profondoù le regard de l'autrecomme un espace à conquérirse révèle.  Levée de l'odeur dominanted’altéré et de moisi opiniâtres.Des images s'opposenttu choisis l'étroitela plus brèvetu t'y accroches.  De vieux villagesbâtis de suie,aux fenêtres avaresdes femmes uséeset d'autres crucifiéespar l'habitude.  Mémoire insistanteagressiveballe traçantedans la conscience.Un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 6 mars 2014

HISTOIRES DE SOIFS...Extrait

Espaces forain espace d'épines où vagabondent les yeux nomades.   L'ailleurs remue toutes nos errances.   L'ailleurs unique toujours recommencé, loin devant nous.   C'est là que se prépare la vie entre l'ouvert et le fermé.   .   EMILE HEMMEN   .  
Posté par emmila à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,