jeudi 24 novembre 2016

NE PAS TE NOMMER

Ne pas te nommerToi qui esDe toute arithmétiqueL’unique dissidence Tu dansesDans l’enfilade bleueDe ma mémoireÉmargeant de tes voeuxL’échelle de la joie À la fenêtre offerteLa digue se balanceEt le môle en riantÉperonne la mer Vois comme tout s'achemineAu large de l’hiverSous l’archet sémillantDe la prime espérance L’amour est insensé ONe pas te nommerToi qui esDe toute certitudeL’unique arborescenceL’infini retrouvéLe verbeLa fragranceL’embrasement secretDes lignes méridiennes ONe pas te nommerIl suffit... [Lire la suite]

vendredi 18 novembre 2016

A MA TERRE MEURTRIE

À ma terre meurtrie de sang et de souffrances  Berceau d’Humanité, berceau de mon enfance  Pour que cesse l’horreur des combats et des armes    Je dédie mes mots, ma révolte, mes larmes….  D’avoir ployé longtemps sous le poids du silence,  D’avoir courbé le dos sous le joug des violences,  D’avoir tremblé longtemps dans l’effroi, la terreur   Nous avons tous grandi à l’ombre de la peur…   Pour avoir réprimé dans la honte notre orgueil,  Ravalé l’amour-propre, de nos droits... [Lire la suite]
mardi 15 novembre 2016

ESPOIR QUI DEPASSE LA DOULEUR

Bombes d’épouvante qui tombent,Euphémismes ravageurs,Horreurs d’un conflit long, long, si longVictimes innocentesDe grands malheursEt de pertes cruelles.Le sang n’ a pas fini de couler,Les cadavres s’entassent,Des montagnes de cadavresDans une Palestine martyrisée,Effroyablement torturée,Accablée de meurtres et de blessures,Une Palestine épuisée et démunie,Dans son ghetto.Massacres et violences perpétrées à l’infiniPar une idéologie sanguinaire,Contre une population soumise à une politique de terreur,En toute impunité,Par une... [Lire la suite]
jeudi 3 novembre 2016

REVE POUR L'ETE

La roselièreLa santolineLe quartz éolien de l'enfanceLa note bleue qui s'illumineEntre l’azur et l’espéranceL’allée couverte de NohantLe guéridon sous la verrièreSur la villa des ÉglantiersLa chrysalide de l'hiver Le front fiévreux de la DuranceMézièresLa SorgueEt la PuisayeLa timonerie de la chanceL'aigrette enlunée des étais La luxuriance des flanellesSous les lanternes de la nuitLe RhinLa LoireEt la MoselleLes clématites d’organdiEt les nacelles qui se penchentAux toits des quatre PérigordLe vinLa joieL’arborescenceLe... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 24 octobre 2016

GERALD BLONCOURT...Extrait

L’heure est venue De dire La tempête des cœurs Il est temps de lever L’impôt de la misère De payer l’amende des injustices De crever le décors Des jours suspendus L’heure est venue De monter au sommet Des gloires branlantes D’agiter les drapeaux De l’oubli Rien n’est plus sûr Que tes secrets étranges Rien ne vaut Cette cascade d’ennuis Qui chute dans l’espérance De tes mots éblouis La vie est un mélange De saveurs incertaines Te dire qu’un temps viendra Où nous reverrons l’autre Parti à l’horizon Des mornes dénudés La colère est en... [Lire la suite]
mercredi 12 octobre 2016

LE RIEN

J’ai traversé le Rien Aux jours de mon enfance Déchiffrant la mort En nos corps d’argile Et de brièveté J’ai récusé l’orgueil Disloqué les triomphes Dévoilé notre escale Et sa précarité Cependant j’y ai cru A nos petites existences A ses saveurs d’orage Aux foudres du bonheur A ses éveils ses percées Ses troubles ou ses silences A ses fougues du présent A ses forces d’espérance Au contenu des heures J’y ai cru tellement cru Aux couleurs éphémères Aux bienfaits de l’aube Aux largesses des nuits Oubliant que plus loin Vers les... [Lire la suite]

vendredi 30 septembre 2016

ZIAD MEDOUKH...Extrait

Ô soldats occupants, Ô colons agresseurs, Ô sanguinaires apatrides, Vous qui vous avez occupé notre pays, Volé notre terre Et humilié notre peuple Par des orgies de punitions collectives, Par des agressions et des crimes quotidiens Partez ! Vous qui êtes élevés dans la haine et la violence, Vous tuez de sang froid nos gosses lanceurs de cailloux, Vous brûlez sans foi ni loi nos bébés dans leurs lits, Vous attaquez brutalement nos lieux saints, Vous encerclez nos villages et nos champs, Vous détruisez nos maisons et vous arrachez nos... [Lire la suite]
jeudi 8 septembre 2016

LE PREMIER ARBRE

C'était lors de mon premier arbre,J'avais beau le sentir en moiIl me surprit par tant de branches,Il était arbre mille fois.Moi qui suis tout ce que je formeJe ne me savais pas feuillu,Voilà que je donnais de l'ombreEt j'avais des oiseaux dessus.Je cachais ma sève divineDans ce fût qui montant au cielMais j'étais pris par la racineComme à un piège naturel.C'était lors de mon premier arbre,L'homme s'assit sous le feuillageSi tendre d'être si nouveau.Etait-ce un chêne ou bien un ormeC'est loin et je ne sais pas tropMais je sais bien... [Lire la suite]
lundi 15 août 2016

LES PAS

Tes pas, enfants de mon silence, Saintement, lentement placés, Vers le lit de ma vigilance Procèdent muets et glacés. Personne pure, ombre divine, Qu'ils sont doux, tes pas retenus ! Dieux !... tous les dons que je devine Viennent à moi sur ces pieds nus ! Si, de tes lèvres avancées, Tu prépares pour l'apaiser, A l'habitant de mes pensées La nourriture d'un baiser, Ne hâte pas cet acte tendre, Douceur d'être et de n'être pas, Car j'ai vécu de vous attendre, Et mon coeur n'était que vos pas.   .   PAUL VALERY  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 6 août 2016

JEAN-MARC LA FRENIERE...Extrait

Il n’y a que l’homme pour faire une potence d’un arbre le plus beau, en chasser les oiseaux pour en faire une croix. La joie se heurte aux hommes. La haine a le champ libre. Ils se battent pour elle. Longeant le précipice du monde, je me raccroche à la ténacité des plantes. Je lance des mots à tout hasard pour sonder l’infini. On les entend cogner contre un mur invisible. La beauté n’a pas besoin qu’on la regarde. Elle nous prend par la main. Le geste le plus banal devient une caresse. Les bras du quotidien soulèvent l’espérance. Il... [Lire la suite]