samedi 30 juillet 2016

DEMAIN JE CROIS

Malgré le peu d'argent qu'on aMalgré notre gueule en tirelireEt le goût des chemins de croixDe la mitraille et du délireMalgré ces gens qui march’ au pasQui se réchauffent d'être ensembleMalgré trois cents gueules de boisEt des milliers de mains qui tremblentDemain je croisMalgré les chemins de l'amourEt cette peur que j'ai des femmesQui m'ont laissé le souffle courtAu petit jour au bord du drameMalgré mes cheveux qui s'en vontEt ma voix de plus en plus fausseDans les ornières de mes chansonsMalgré mes dents qui se déchaussentDemain... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 25 juillet 2016

UN MURMURE DE LUMIERE

Il a plu ce matin et l’eau venue du ciel adoucit de rosée les ronces de la nuit. Chaque rire d’oiseau est une vague de plume sur l’océan des feuilles. Dans la maison du temps l’espace est une porte que l’on ouvre sans main. Malgré tous les faux pas j’ajoute l’espérance à la grandeur des mots. J’ai mis sur l’absence une passerelle de phrases mais l’attraction du fleuve emporte vers la mer jusqu’à l’encre des pas. Tu as laissé en moi un murmure de lumière que même la distance ne pourra pas éteindre. Derrière... [Lire la suite]
jeudi 21 juillet 2016

ETOILE D’ÉMERAUDE ET DE REVOLTE POUR LE CAMARADE

A Joël Rufino dos Santos   Je ne veux pas faire un poème.Ce que je veux c’est allumer une étoilepour alimenter l’espérancede Joël, un camaradeprisonnier parce qu’il aimaitpenser et parler,raconter une histoire nouvelle,celle dont le crime insupportableest d’être simplement l’Histoire.C’est une étoile faite d’amour.Même si se multiplient ses rayonsqui déchaînent la révolte,en son centre coulent des fleuvesde tendresse et de joie.Mais qui aurait dit, Joël,qu’un jour l’amour de cette patrieaurait un goût de fiel.Que cette étoile... [Lire la suite]
mardi 24 mai 2016

AMINA SAÏD...Extrait

Ils ont tant marché hommes femmes enfants à l'étroit dans le temps   personne ne peut dire quelle route s'ouvre   infinie aux voyageurs ... voyageurs sans retour  il nous faut une trêve   (dans le doute  la vérité se fait jour)   voyageurs sans retour  sur les routes profondes  de la parole   il nous suffit d'une seconde d'inattention  pour les funambules que nous sommes   nos ailes disent l'élan  l'envol est une espérance de... [Lire la suite]
dimanche 8 mai 2016

JE T'ATTENDAIS AINSI...

Je t’attendais ainsi qu’on attend les naviresDans les années de sécheresse quand le bléNe monte pas plus haut qu’une oreille dans l’herbeQui écoute apeurée la grande voix du tempsJe t’attendais et tous les quais toutes les routesOnt retenti du pas brûlant qui s’en allaitVers toi que je portais déjà sur mes épaulesComme une douce pluie qui ne sèche jamaisTu ne remuais encore que par quelques paupièresQuelques pattes d’oiseaux dans les vitres geléesJe ne voyais en toi que cette solitudeQui posait ses deux mains de feuille sur mon couEt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 29 avril 2016

HORS SAISON ( à paraître )...Extrait

L'indifférence, la méchanceté, la débacle, l'agitation, les petitesses, sont affaires d'hommes. Leurs ego bétonnent, leurs monnaies enterrent, leurs croyances mentent, leurs pouvoirs détruisent. Loin de ces jeux morbides, un seul lilas sauvage, un pan de mur éboulé, le trait roux d'un renard, un geste de moineau, un ru sur la poussière, des pépites de rires, donnent inlassablement la clé, le sens du vivant. L'écriture brûle comme un fagot bien sec. Ses cendres iront nourrir le vent et les graines qui ne demandent rien. Loin des... [Lire la suite]

samedi 19 décembre 2015

POSSIBLES FUTURS...Extrait

Je veux entrerMais je ne saisNi où ni dans quoiIl semblerait que ce soit làOù je me confondraisAvec la source de ceDont j’ai toujours eu besoinMon royaume de silenceA la forme d’une sphèreJe n’y suis pas au centreMais quelque part en hautLà où je me tiensTout me revient, tout m’arriveJ’ausculteUn présent sans frontièreQue viens-tu faire poèmeDans le royaumeJe viens pour approfondirLe silence,Pour t’emmener au plus pur de luiLà où il te fait vivreL’espérance que le mondeA de son avenir, làOù il trouveCe que tu attends de lui et de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 16 décembre 2015

POEME A CRIER...Extrait VI

... Les voix se mêlentinsoumises        taiseuses des voix se mêlent à la tiennetu n’es plus seuletu ne portes plus       seuleles mots arides et brefsque tu rugis quand tu aimes.Entre les lignesentre les motstu ne sais plus où est toi où est l’autre.Des mains s’offrentet vers les tiennesse tendent et t’invitentà t’apaiser.D’autres derrièrene sont que griffesprêtes à lacérer.Il est des soirsoù tu alignes tes penséestu sais que cela est vainmais l’espérance te raviveet... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 16 décembre 2015

LE MUR MURMURE

La chaise en pierre Toute nue Face au mur Pendue Entre ciel et terre Dévisage Les pierres Crépues de crasse Lancinantes Je me situe Face à la brèche Qui donne sur le cœur De la mémoire murale Est- ce que le vieux mur Se rappelle en lui Des premières mains Posées sur la dureté De son écorce vierge Des premières araignées Tissant la toile Dans les fissures naissantes Des premières silhouettes Adossées sur Les premières chaleurs Je m’assois Sur la chaise A remonter le temps Figé je suis Face au fragment D’empreintes Se profilant Sur le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 18 novembre 2015

SYMPHONIE DES DROITS DE L'HOMME

Oh ! Mon bel enfant, libre et prisonnier, Prisonnier des contraintes que s'imposent les hommes Et libre de les transcender. N'aie jamais peur du vide, Car c'est le vide qui t'a enfanté. Accroche-toi aux parois lisses et dures de la vie, Accroche tes ongles aux moindres interstices, A la moindre anfractuosité du roc. Ouvre large tes oreilles à l'appel du vent, A la musique du silence, Ouvre tes narines aux odeurs fortes et subtiles des parfums de la terre, De la sueur, de la peau, de tout ce qui vit, Qui exhale, qui respire. Pour que... [Lire la suite]