lundi 16 novembre 2015

ERRANTS ELDORADOS...Extrait

Nous avancerons dans le brouillard des jours avec entêtement Car il faut avancer, vers ces pays promis, toujours en fuite, avancer sans répit, sans repères, riches de nos défaites et de notre espérance   Ce qui n'a pas lieu sera ce qui pourrit, meurtrit, noircit s'épanouira comme fleur au soleil   L'espace envahira nos paroles étroites, nos rêves étriqués Un souffle nous traversera, la grande respiration du monde, balayant les ressentiments et ce sera comme un retour à l'origine Oh bercement des songes ! ... [Lire la suite]

vendredi 22 mai 2015

LE CHANT DE SAMA N'DEYE ...Extrait

Avant que ne scintille ta face à ma vue, et que mes regards ne vacillent…   Avant que ne résonne d’émoi ton nom et que la peur ne détonne en moi, te redoutant en même temps que t’épiant, je cherchais à ne rien perdre de l’heure de cette rencontre…   Ecoute le chant de N’déye, écoute mon chant.   Dans la nuit glaciale du désert de l’absence, du silence que blesse le fil frêle d’un vain espoir, un murmure sourd, semblable à ta voix, en sortant de ma bouche. - Au cœur de ma solitude tu habites, et dans... [Lire la suite]
dimanche 22 février 2015

PAR DELA LE BIEN ET LE MAL - Prélude d’une philosophie de l’avenir.

"Le génie du coeur tel que le possède ce grand Mystérieux, ce dieu tentateur, ce charmeur de rats des consciences (Dionysos), dont la voix sait envahir jusqu'aux souterrains des âmes, qui ne dit pas un mot, ne lance pas un regard où la séduction ne se tapisse, et qui a l'art - c'est un de ses grands tours de savoir paraître non tel qu'il est mais tel qu'il faut être pour lier davantage à ses pas ceux qui le suivent et les obliger à se presser plus étroitement à ses cotés pour l'escorter d'une façon toujours plus fervente et... [Lire la suite]
samedi 7 février 2015

JUSTE RETOUR D'ABIME

L’heure est dite d’abois dans les arrière-cours Et de guenilles en sanglots sur les cordes du jour Par le travers des lampes nues dans l’ombre noire Ô reflet malingre d’un vieil été mémoire D’un soleil en cendres sous les mains dans la nuit Passé l’orgue de Barbarie où le temps bruit Le malaise d’un chien la valise d’une âme Emplie d’herbe lointaine et de cheveux de femme Accoudé sur la table le ciel venu m’aider À compter recompter feuilles mortes accoudé Sur la table tremblante au fond d’auberges vides Avec autour de moi pas mal de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 26 août 2014

JE SUIS PALESTINIEN ET J'AI UN RÊVE

Je suis la dignité d’un peuple colonisé, opprimé, spolié, assassiné en silence, et j’ai un rêveJe suis la terre volée, déchirée, vampirisée, et j’ai un rêveJe suis la voix de la résistance et de la clairvoyance, et j’ai un rêveJe suis la mémoire et les paroles vives de la Palestine, et j’ai un rêveJe suis les droits inaliénables d’un peuple occupé, et j’ai un rêveJ’habite un peuple digne et débout, et j’ai un rêveJe suis l’amour de la terre et la lutte pour la survie, et j’ai un rêveJe suis le pouvoir des mots qui dépasse... [Lire la suite]
dimanche 20 juillet 2014

GAZA SOUS LES BOMBES , JUSQU'OU LA PATIENCE....

En avril 2002, avec d'autres écrivains du Parlement international des écrivains, nous avions traversé la Palestine de Ramallah à Gaza. A mon retour j'avais écrit ce témoignage sur cette guerre qui n'en finit pas: une guerre menée avec des tanks et des bombes mais aussi avec des buldozzers. Une entreprise de démolition. Un effort sans précédent dans l'histoire de re-territorialisation. Une guerre agoraphobique... Le texte s'intitulait "Sabreen ou la patience". Plus de dix ans après, j'ajoute: Jusqu'où la patience?  . A l'époque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 19 juillet 2014

J'AVOUE QUE J'AI VECU...Extrait

« Je veux vivre dans un monde où il n'y ait pas d'excommuniés. Je veux vivre dans un monde où les êtres soient seulement humains, sans autres titres que celui-ci, sans être obsédés par une règle, par un mot, par une étiquette. Je veux qu'on puisse entrer dans toutes les églises, dans toutes les imprimeries. Je veux qu'on n'attende plus jamais personne à la porte d'un hôtel de ville pour l'arrêter, pour l'expulser. Je veux que tous entrent et sortent en souriant de la mairie. Je veux que l'immense majorité, la seule majorité : tout le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 26 avril 2014

DE TERRE ET DE BLEU...Extrait

 Entre les mouvements croisés des voix, celle qui ne ressemblait à personne et à qui on a dû donner un nom… à l'inconnue de Cochem ce poème à deux voix.   .  Le regard est présentimmensémentpassage infimevers un infini troublantdénudéun lacis de penséesalourdies   engluées   une lecture prudentede tant de jours sans appuisun partage silencieuxet irrésistible. Appel profondhumainqui cherche échoen nous, l'Étranger. On reconnaît alorsen sa respirationune espérance chargée de sèveune pointe... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 21 septembre 2013

L'AVANT-SAISON...Extrait

Peut-on traverser la paroi des chansons murées vivesj'entends pourtant le bruissement profondcomme des palmes sous le ventet tout le petit cliquetis d'eau courantene cesse jamais de vibrer sinonm'envahit un parfum de mortil est des jours où se suffitcette pulsation familièreaccordant la vie et le rêveparfois sans crier gare à l'improvistele cri voudrait transgresser ses barrageset me fuir métamorphosésans cesse il me revient docilesachant que son heure et la miennene sont pas encore écoulées   .   PIERRE ETIENNE   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 4 septembre 2013

CE QUI RESTE APRES L'OUBLI

Rien moins que rien c’est ce qui reste après l’oubli L’écume de la vie et la couleur des roses pourquoi Tout a passé si vite sur mes lèvres sur ton sommeil L’oiseau qui paraphe le ciel cassé ne nous apprend Plus rien et nos pas égarés dans la lumière glissent Vers des questions interminables où sommes-nous Avec nous-mêmes J’ai vendu la clé de mes songes Il me reste le bleu de l’aube et le coquelicot de mai Après la saison violente quand le vent a soufflé sur La branche de mon amour quand mes mains gâtées Plus loin que tes épaules de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,