lundi 4 mai 2020

SAIT-ON JAMAIS

  Si tu es, comme il m’arrive de l’espérer encore,capable d’apercevoir le même azur que mes yeuxet de reconnaître les routes où je m’aventuredepuis l’alvéole où parfois je ne peux t’enfermerpar refus de laisser m’anéantir la lassitude,(ou d’abdiquer sans remède la recherche d’un sens),alors peut-être, en échappant aux faits de sciencees-tu là, telle que je peux encore t’espérer. Si tu regardes, tu sais que je ne trahis jamaisla parole que nous nous sommes donnée sans réserveet qu’après toi sans faille je m’efforce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

lundi 13 avril 2020

GUERIR

Un formidable poème de Kathleen O ' Meara ( 1869 ), née le 1839 à Dublin, Irlande, et décédée le 10 novembre 1888, Paris, France   .   Et les gens se confinèrent chez euxEt ils lurent des livres et ils écoutèrentEt ils se reposèrent et ils firent des exercicesEt ils firent de l’art et ils jouèrentEt ils ont appris de nouvelles façons d'être.Et ils s’arrêtèrent Et ils écoutèrent plus en profondeurCertains méditaientCertains priaientCertains dansaientCertains rencontraient leur ombreEt les gens ont commencé à penser... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 13 avril 2020

JEAN LAVOUE...Extrait

Il n’y a plus de feu pour forger nos matins,Plus de lois, de serments où nous serions tenus,Tous les noms sont perdus, les cartes, les indices,Nous sommes sans racines comme des rois déchus. Nous n’avons plus de cap, agir est sans boussole,Nous ruons à tout-va enserrés dans la nasse,Ceux qui croient voir l’issue nous précipitent à perteCeux qui pensaient mieux faire nous ligotent un peu plus. Notre legs ne sera qu’écriture du ventCar nous brisons les sceaux qui nous réunissaient,Les clés sont inutiles, les serrures oubliées,Et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 29 décembre 2019

ERNEST PEPIN...Extrait

Le jour m’a prêté ses lèvresSes paroles d’araignée au fil lentIl m’a dit de chanterJusqu’à remonter le courant de l’an neufIl m’a ditDe convier les pierres au jeu de l’oraclePour te souhaiter une belle et bonne annéeEt mon chant bêche l’espaceRemue toute la bonté du monde. ... Si nous existonsC’est que le possible existeBruissant de nous-mêmesFurieux de nos défaites passéesBattant inlassable le tambourin du bonheurEt l’année qui s’en vient remplie de tous mes voeuxT’appelle à fleurir la branche du soleilA deviner la voyance du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 13 septembre 2019

MAHMOUD DARWICH...Extrait

... Sors donc de ton moi vers un autre toi, de tes visions vers tes pas, et élève ton pont … Vis, que la vie t’entraine à la vie.     .     MAHMOUD DARWICH     .   Calligraphie Hassan Massoudy  
Posté par emmila à 17:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 17 janvier 2019

LA CONDITION SUFFISANTE

  Il suffira d'un seul sourirepour être l'ami du soleil& la nuit nous chuchoteraà l'oreille tous ses secrets. La mort ne viendra pas ce soir,elle a d'autres yeux à fermer,tant de soupirs à oublier,de larmes et de "plus jamais",tant de désespoirs à bercerque ne put apaiser "enfin". Il suffira d'un seul sourirepour voir tous les "non" hésiterpuis mourir au bord du silence,pour voir le silence s'écrired'abeilles que l'avril affole,& libre de tous les "pourquoi",pouvoir caresser l'évidence. Il suffira d'un seul... [Lire la suite]

vendredi 14 décembre 2018

A L'ECOUTE DU MATIN

Une Pierre, Une Rivière, Un Arbre,Hôtes d'espèces qui nous ont depuis longtemps quittés,Signalent le mastodonte,Le dinosaure, qui ont laissé ces souvenirs desséchésDe leur passage iciSur le sol de notre planète,Tous les signes bruyants annonçant leur chute qui se hâtaitAujourd'hui perdus dans l'obscurité de la poussière et des âges.Mais aujourd'hui, la Pierre crie vers nous, clairement, avec force,Venez, vous pouvez vous tenir sur monDos et envisager votre destinée distante,Mais ne cherchez nul abri en mon ombre.Je ne vous donnerai... [Lire la suite]
mardi 13 novembre 2018

RIEN N'OBSCURCIRA LA BEAUTE

  Nulle défaite ne m’a été épargnée. J’ai connule goût amer de la séparation. Et l’oubli de l’amiet les veilles auprès du mourant. Et le retourvide, du cimetière. Et le terrible regard de l’épouseabandonnée. Et l’âme enténébrée de l’étranger,mais rien n’obscurcira la beauté de ce monde. Ah ! On voulait me mettre à l’épreuve, détournermes yeux d’ici-bas. On se demandait : « Résistera-t-il ? »Ce qui m’était cher m’était arraché. Et des voilessombres, recouvraient les jardins à mon approchela femme aimée tournait de loin sa face... [Lire la suite]
dimanche 11 novembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI ... Extrait

È porta lu quissu missaghju Per tutti quelli chì sò d’avveneÈ di l’anticu ai primuraÈ di l’avvene ùn ai paura Campesino, Esse Et porte leur ce messagePour tous ceux qui sont l'avenirDu passé prends soinDe l'avenir n'aie crainte     .   ANNA MARIA CARULINA CELLI     .   Oeuvre Vlad Safronow
Posté par emmila à 21:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 11 octobre 2018

SECONDES...Extrait

Aujourd’hui encore, parfois,tu peux avec la clef d’un simple trèfleouvrir le monde... . .   . YANNIS RITSOS  1909 - 1990 . .   .