jeudi 8 février 2018

POURTANT, UN JOUR...

Quand le ciel est raide, dénué de la générosité qu’il offre au crépuscule pour couvrir le jour quand il décline, quand son bleu se lénifie à devenir le mauve parme que produit la blessure ; quand l’aube peine à étaler sa blancheur véloce à refuser aux sourires l’extase de creuser les fossettes ; quand la nuit s’écrase sur les massifs des nostalgies sans douceur, sans courtoisie ; quand les étoiles sont fuyantes, quand elles s’éteignent subitement après leur apparition augurant de nouvelles surprises dures à porter ; quand les cœurs... [Lire la suite]

dimanche 4 février 2018

AFFINITES ELECTIVES

Plus j’avance, immobile, sur le tapis roulant De cette vie brouillonne, partie dans tous les sens,Plus l’on s’entend, les animaux et moi, les plantes et moiLes enfants aussi, sans doute parce que nous ne sommes pasTravestis d’oripeaux, bardés de faire semblant, Qu’on se cause de là où est la vie, ce petit machin rouge palpitant,Peut être aussi que je les rassureComprenant qu’ils n’ont rien à craindre si je suis làJ’appartiens à la meute des VivantsDe ceux et celles Qui parlent aux caillouxA la pluie à la folie et ramènent les... [Lire la suite]
vendredi 2 février 2018

LES MOTS

Les mots vont en silence dans notre cœur Ils ont besoin de nous pour éclore Ils s’alignent derrière une émotion L’émerveillement Le chagrin L’insolite Et ils prennent leur envol d’oiseaux migrateurs Et dessinent au fond d’un autre cœur Un pays d’accueil Une terre d’asile Un banc de sable Jamais une prison Jamais une frontière Parfois une simple fleur qui renverse un mur Il y a chez moi une plante qu’on appelle chance Et qui nous donne la chance de la regarder La chance d’espérer Il y a une feuille qui pousse dans les... [Lire la suite]
jeudi 1 février 2018

LA PETITE FILLE

  C’est moi qui frappe aux portes,Aux portes, l’une après l’autre.Je suis invisible à vos yeux.Les morts sont invisibles. Morte à HiroshimaIl y a plus de dix ans,Je suis une petite fille de sept ans.Les enfants morts ne grandissent pas. Mes cheveux tout d’abord ont pris feu,Mes yeux ont brûlé, se sont calcinés.Soudain je fus réduite en une poignée de cendres,Mes cendres se sont éparpillées au vent. Pour ce qui est de moi,Je ne vous demande rien :Il ne saurait manger, même des bonbons,L’enfant qui comme du papier a brûlé. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 30 janvier 2018

CELLE DES YEUX OUVERTS

la vie joue dans le jardin avec l'être que je ne fus jamaiset je suis làdanse penséesur la corde de mon sourireet tous disent ça s'est passé et se passeça va passerça va passermon cœurouvre la fenêtrevieje suis làma viemon sang seul et transipercute contre le mondemais je veux me savoir vivantemais je ne veux pas parlerde la mortni de ses mains étranges.     .     ALEJANDRA PIZARNIK     .      
samedi 27 janvier 2018

LE RETOUR DE WALLADA...Extrait

J’habite ta demeure moi qui n’ai pas de demeureMoi qui depuis mon départvagabonde dans les ruelles de la mémoireErrant comme une bergèrequi perdit son troupeau Moi qui pour patrie n’ai plusQue les mots et le papierMoi qui pour lit n’ai plusQue le trottoir de l’espoirJe reviens à toiAfin que tu me consoleset me fasses renaîtreaprès l’immense chagrin ...   .   MARAM AM MASRI   .   Oeuvre Zuhair Hassib, Syrie
Posté par emmila à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 19 janvier 2018

VLADIMIR MAÏAKOVSKI ...Extrait

Mais peut-êtreNe reste-t-ilAu temps caméléonPlus de couleurs ?Encore un sursautEt il retombera,Sans souffle et rigide.Peut–être,Enivrée de fumées et de combats,La terre ne relèvera-t-elle jamais la tête ?Peut-être,Un jour ou l’autre,Le marais des pensées se fera cristalUn jour ou l’autre,La terre verra le pourpre qui jaillit des corps,Au-dessus des cheveux cabrés d’épouvanteElle tordra ses bras, gémissante Peut-être… Écoutez !Puisqu’on allume les étoiles,c’est qu’elles sont àquelqu’un nécessaires ?C’est que quelqu’un désirequ’elles... [Lire la suite]
lundi 15 janvier 2018

RANDRIANARIVELO RUFIN...Extrait

Tous mes rêves si fragilesFinissent par tomber par terreMais une partie de mes songesToute se trouve tomberDans le lac bordé d'espoir Car...Ses ailes n'arrivent plus à se battreSon corps demeure inerte pareil à l'ancreMais comme un éclair filantL'oiseau a pu se filer dans son coin....L'espace bleu demeure son piste de volLes écueils de nuagesIl les a passes à guéSon bec long et pointu s'est briséSiffle et entonne sa force stridente...Une guerre affaméeUn incendie-cycloneTonnerre dévastateurEt ses ailes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 22 décembre 2017

J'AI TANT RÊVE

J'ai tant rêvé De pouvoir voler bien au delà du soleil D'être toujours comme un enfant qui s'émerveille Oh oui! J'ai tant rêvé J'ai tant cherché À remonter jusqu'à la source du bonheur À comprendre pourquoi soudain battait mon cœur Oh oui! J'ai tant cherché J'ai tant voulu connaîtreLe pourquoi, le comment J'ai voulu retrouver tous mes rêves d'enfant Je n'ai jamais compris Pourquoi il fautGrimper si hautPour voir sa vie J'ai tant connu Tous ces matins Qui n'ont ni rime ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 20 décembre 2017

SUR LES CLAVIERS

Sur les claviers, dans la désespérance des utopies,je sculpte des mots d'espoir et de larmes sur des avenirs d’enfants.Sur des papiers aphones, je griffonne ce terminal de l'âgeoù la raison se perd dans l'effacement des chemins. Assis sur les certitudes d'un vieux mondequi renie ses crimes, vend ses pesticides,rejette son carbone et marchande la misère,je calligraphie des cris de sang. Je sonne le tocsin quand l'élite vomit son indifférence triomphantealors que dans nos rues et ailleurs, le froid, la faim et le non-droitlaissent des... [Lire la suite]