vendredi 29 juillet 2022

GABRIEL GARCIA MARQUEZ... Extrait

- Alors qu'est-ce qu'on fait ? — L'amour. - T'es sûr ? - Ouais. - Bon, je me déshabille. - Et pourquoi tu te déshabilles ? - Eh bien, pour le faire. —Qui t'a dit qu'il fallait se déshabiller pour FAIRE L'AMOUR ? - Eh bien, à ma connaissance, c'est comme ça qu'on fait. — Non, ce n'est pas la seule façon de faire l'amour. - Et comment alors ? — Il suffit de garder vos vêtements et de discuter jusqu'à ce qu'on en ait marre, rions pour rien et pour tout, regardons-nous lentement jusqu'à essayer de nous déchiffrer. Avec moi tu... [Lire la suite]

dimanche 5 juin 2022

L'ETE...Extrait, LES AMANDIERS

  Quand j'habitais Alger, je patientais toujours dans l'hiver parce que je savais qu'en une nuit, une seule nuit froide et pure de février, les amandiers de la vallée des Consuls se couvri­raient de fleurs blanches. Je m'émerveillais de voir ensuite cette neige fragile résister à toutes les pluies et au vent de la mer. Chaque année, pourtant, elle persistait, juste ce qu'il fallait pour préparer le fruit. Ce n'est pas là un symbole. Nous ne gagne­rons pas notre bonheur avec des symboles. Il y faut plus de sérieux. Je veux dire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 2 juin 2022

CE QUE JE SAIS - 697

Que savons-nous des larmes de l’arbreDe la couleur du sang de la pierreLes âmes des corps célestes sont-elles éternelles.Que savons-nous du désir des trous noirsDe l’épuisement de la terre à la tâche perpétuelleLes mystères sont-ils des entités.Que savons nous vraiment de nousDe notre présence les uns auprès des autresY a‑t-il une ligne qui relie toutes nos existences ...??? . Moi je sais les pleurs des animauxLa sensibilité extrême des végétauxLa souffrance des montagnes à émerger.Je sais que le papillon ignore qu’il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 1 juin 2022

QUAND MICHEL SERRES NOUS PARLE DE L'AMOUR - 14 Février 2010 -

  « Oui au désir, mais avec respect. Oui à la force, mais avec douceur. Oui au corps, mais avec esprit. Oui à la prise, mais avec l’offrande, avec le partage. Oui à l’altérité, mais il faut un accord. Oui à la différence, mais il faut l’harmonie. Autrement, c’est raté. Il faut donc avoir de la patience, accepter la longueur du travail que suppose l’approche de l’autre, qui est toujours très différent ou très différente. Être honnête, avoir de la probité, ne pas tricher, ne pas mentir. Être très attentif à l’autre. Se livrer au... [Lire la suite]
vendredi 16 juillet 2021

LETTRE AU GENERAL X ...ST EXUPERY

Ah ! Général, il n’y a qu’un problème, un seul de par le monde. Rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles, faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien. On ne peut vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous ! On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour. Rien qu’à entendre un chant villageois du XVe siècle, on mesure la pente descendue. Il ne reste rien que la voix du robot de la propagande... . … . .Mais où vont les... [Lire la suite]
jeudi 1 avril 2021

ERNEST PEPIN...Extrait

"En amour il ne suffit pas d'aimer Il faut savoir éclore Trouver le son Inventer l'autre pour l'enfanter Mourir Renaître Plonger dans la souffrance des torrents Vivre pour deux comme une femme enceinte Atteindre l'autre rivage Le beau pays de l'autre Oublier le chemin pour dessiner sa route Accueillir le temps Etre le septième jour Devenir l'araignée qui tisse la lumière En amour il ne suffit pas d'aimer Il faut aimer à travers Savoir que le corps n'a rien à donner Sinon un coeur qui bat Sinon un coeur qui bat ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 6 septembre 2020

A TOUS LES ENFANTS DE LA GUERRE...

Conflit en Palestine 2014   .     J'écris avec le sang de vos corps torturés, des mots qui ne veulent plus rien dire cynisme des bourreaux sur l'épouvante des enfants, - la mort dressée par la perte spirituelle - innocence bafouée sur l'autel du mépris Mort et renaissance - dans les pas de l'absence - nous crierons la mémoire et le chant de ceux qui subissent l'enfer et appellent le paradis - l'oiseau chante sur leurs épaules, dans le parfum primitif des roses - et au delà de nos écrins d'insomnie ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 21 juin 2020

LE DERVICHE DES MOTS...Extrait II

J’ouvre sur celui qui est né de lui-même dans l’eau du papillon double cri des abricots   j’ouvre sur la gazelle rouge et la main du calligraphe dansant autour du noun pour la lune sacrifiée   j’ouvre sur le sourire de la défunte chant de rosée humaine qui engendre la nuit de magiques syllabes   j’ouvre sur le chemin nimbé de paroles ailées sur le croissant improbable et l’étoile gémellaire tatouée sur le front d’un nouveau-né   j’ouvre sur la main qui pense le... [Lire la suite]
mardi 26 mai 2020

RESURRECTION

Tahar Djaout ,journaliste, écrivain et poète, tombé sous les balles des tueurs du " FIS " ( de deux balles tirées à bout portant en pleine tête ) le 26 Mai 1993, et décédé le 2 Juin 1993...   « Je suis le déterreur de l'histoire insoumise et de ses squelettes irascibles enfouis dans vos temples dévastateurs. Je ne cautionnerais jamais vos cieux incléments et rétrécis ou l'anathème tient lieu de credo. Je ne cautionnerais jamais la peur mitonnée par vos prêtres-bandits des grands chemins qui ont usurpé les auréoles d'anges. Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 8 mars 2020

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

« Ainsi immobile et les yeux clos, elle habite chaque pelouse, chaque arbre, chaque fleur – elle se penche à la fois, fantôme bleu comme l’air, à toutes les fenêtres de sa maison chevelue de vigne… Son esprit court, comme un sang subtil, le long des veines de toutes les feuilles, se caresse au velours des géraniums, à la cerise vernie, et s’enroule à la couleuvre poudrée de poussière, au creux du sentier jaune… C’est pourquoi tu la vois si sage et les yeux clos, car ses mains pendantes, qui semblent vides, possèdent et égrènent tous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,