samedi 29 décembre 2012

LA NUIT ERRANTE...Extrait

"  Enfant, je n'ai reçu aucun don sauf celui des flâneries, de la lenteur et de l’observation. Tous trois allant d'ailleurs de concert. Je n'ai reçu rien d'autre que ces trois flèches dans le coeur. Trois flèches pour mon arc, trois flèches pour sa corde d'amour. Qui vibre de temps à autre. Puis a surgi une immense catastrophe qui m'a projeté dans le sombre et le clair, la transparence absolue et l’obscurité totale. Très jeune, l'on m'a arraché le coeur et on ne me l'a jamais rendu, ou bien sous une autre forme, inconnue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 29 décembre 2012

FERNANDO PESSOA

Penser au sens intime des choses, C’est comme de penser à la santé Ou d’apporter un verre à l’eau des fontaines. L’unique sens intime des choses Est qu’elles n’ont pas de sens intime du tout. Je ne crois pas en Dieu car je ne l’ai jamais vu. S’il voulait que je croie en lui, Sans nul doute il viendrait me parler Et entrerait chez moi par la porte En me disant, Me voici! Mais si Dieu est ceci: les fleurs et les arbres Et les monts et le soleil et le clair de lune, Alors je crois en lui, Alors je crois en lui à toute heure, Et ma vie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 22 décembre 2012

BIBLIQUE DES DERNIERS GESTES...Extrait

 (...) inventez-vous des dieux qui vous laissent libres, des rêves qui vous élèvent, des peurs qui enseignent l'exigence, des peuples et des amis qui vous donnent l'exemple et le courage, parlez aux fleurs, aux rivières et aux vents comme si c'était vous-mêmes, regardez les hommes comme de petits soleils, ayez des émotions et des admirations, laissez-vous emporter par la bonté et le désir d'offrir, aimez ce qui est vivant qui rit, qui pleure, qui chante et chantez avec eux, ne soyez pas tendre avec votre corps, soyez... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 15 décembre 2012

DANS LA GUEULE DU LOUP

à Cristina . J'écris un poème et j'y laisse des lambeaux de ma peau un poème tu aimes ? Peut-être te souviendras des nuits blanches sous les arcanes d'une lune de toute beauté ou regretteras-tu les chansons d'amour où s'exprimaient toute la félicité du monde j'écris un poème avec un passereau dedans et un arbre pour qu'il y fasse son nid j'écris un poème avec des brindilles des cheveux de la terre et de la salive et toi qui passeras par là tu entendras son chant avant que ne tombe la nuit tu comprendras pourquoi la vie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 13 décembre 2012

AGNES SCHNELL

Nous illettrés de l’âme forts de nos évidences encroûtés d’habitudes nous sommes toujours au seuil d’une histoire dans le rugueux sans issue. Mourir ce n’est peut-être qu’une mue un abandon des boues une altération de la lumière et des mots… pour d’autres. . . AGNES SCHNELL   .    
Posté par emmila à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 6 décembre 2012

MON DERNIER CORPS...Extrait

C'est à toi, Soudain, que je m'adresse.   À toi, Soudain, nourri de rêve, beau gosse, d'une bravoure folle, enfant bâtard de causes inconnues, qui préserves du Rare la rareté, montrant une granitique indifférence pour la passion lascive, douloureuse, que nourrit pour toi la Fréquence. Étincelle du frottement têtu d'une attente contre un renoncement, que tu abreuves de carafes et de soifs sans recours aux sources, aux fontaines. Temps venu de Dieu, petit corps qui accumules ta force monstrueuse en accumulant des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 5 décembre 2012

LA SOURATE DE LA VISION

Je prête serment sur la vision Et sur le commencement du verbe Et sur l’envol du pigeon quittant l’esprit Un vocable existe dans la cage. Mes paroles ressemblaient à un coin de prairie ensoleillé. Je me suis adonné à eux: Le soleil touche le seuil de votre demeure Une fois la porte ouverte, il éclaire votre comportement. Je leur ai encore suggéré: Que la pierre n’embellit pas la montagne Aussi bien que le métal n’est pas une parure pour la pioche. Sur la paume de la terre se trouve un bijou invisible Dont la clarté avait ébloui... [Lire la suite]
samedi 17 novembre 2012

UNE FEMME INNOMBRABLE, le roman de marie-madeleine...Extrait

« Mon bien-aimé élève la voix : Il me dit : lève-toi, ma bien-aimée ma belle, viens, va vers toi-même : L’hiver est passé, les pluies ont séché. Sur notre terre les fleurs se montrent. La saison vient des gais refrains, le figuier forme ses premiers fruits, et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, ma bien-aimée, ma belle, viens, va vers toi-même… » Te voir Te regarder, mon amour, Quand se dénoue ta chevelure, Et se voilent tes seins, Et ta main blanche Sur cet océan noir. Te regarder, à en perdre les yeux, Jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 28 septembre 2012

LE DEPART...

à Nicolas Dieterlé, i.m.,   Toi qui trembles de n’être qu’un arbre établi pour sourire au soleil, à la lune, quand ils se baignent dans le lait ardoisé de la nuée…   Toi qui te tends, si frêle, du sol au ciel, revêtu parfois du seul manteau de ton désir…   Tes feuilles se balancent, aiment le vent et l’automne où tout se désagrège pour que la terre puisse porter la promesse de nouvelles moissons…   Arbre, mon frère, tu sembles parfois si seul et si fragile, et pourtant des racines jusqu’aux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 28 septembre 2012

L'AILE POURPRE...Extrait

« Hier dans la nuit, je me suis couché dans l’herbe avec, à mes côtés, une petite bougie à la flamme vacillante qui faisait autour d’elle comme un cercle de bonté si petite si fragile et si communicante, petit être creusant dans l’opacité environnante pour en révéler les trésors cachés Grâce à elle, la nuit se révélait habitée et parlante Au-dessus de moi, la glycine, jusqu’alors muette, délivrait de grands discours dorés et gracieux, souples lévriers de joie Je ne l’avais jamais vue ainsi, même en plein jour, si féconde et si... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,