mercredi 30 mars 2011

PSAUME DE L'EQUINOXE

Ta lumière éclatait alors O terre de sangLes automnes luisaient comme des armures Ruisselaient d'or parmi les sables Et les panoplies du sommeil Irradiaient des braises de soie Je cherchais mes amis Dans des rêves de solitude Ma nuit ardente enfantait des aurores de feu Quand pourrai-je revêtir La parure des oiseaux de fête Reculer les limites des cieux Laisser couler des fleuves d'albâtre Dans la pureté de mes mains lucides Anéantir les échos de la soif Et grandir dans l'ombre démesuréeNous marcherons haletait le cantique inspiré A... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 28 mars 2011

NE QUEMANDE RIEN

Ne quémande rien. N’attends jamais   D’être payé de retour. Le pur souffle   Que tu propages doit faire le long tour,   Par-delà tes jours. Te reviendra   En orties, ou en pierres, peu importe.   Il t’accompagnera dans ta marche      Plus loin que toi le long de la Voie. . FRANCOIS CHENG . Photographie Magdalena Wasiczek    
Posté par emmila à 04:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 27 mars 2011

MESNEVI...Extrait

L’œil de la mer est une chose, l’écume en est une autre ; délaisse l’écume et regarde avec l’œil de la mer. Jour et nuit, provenant de la mer, se meuvent les flocons d’écume ; tu vois l’écume, non la mer. Que c’est étrange ! Nous nous heurtons les uns contre les autres comme des barques; nos yeux sont aveuglés ; l’eau est pourtant claire. Oh, toi qui t’es endormi dans le bateau du corps, tu as vu l’eau ; contemple l’Eau de l’eau. L’eau a une Eau qui la pousse, l’esprit un Esprit qui l’appelle.” . JALÂL AL DIN RÛMI . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 17 mars 2011

CECI EST MON CORPS...Extraits

Le cœur serait-il, déjà, cette eau étale, cebleu dans les paupières ? Tu n’iras pas ; non.Nul ne t’accompagne ; la lumière est unpoulpe aveugle.      Puis-je vivre en dehors des mains d’unefemme ? Tu n’as rien dit. C’est vrai *     Que nul ne renonce à faire, marchant, ledétour du sentier, puisque je suis ce détour :cela qui va s’éloignant, te rapprochant de tonhabitation.      Vois, la lumière scintillait, j’écrivais ! *      Ouvrir l’intérieur – si invisible sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 10 mars 2011

LES DISCIPLES A SAÏS...Extrait

 Pour comprendre la Nature, on doit la laisser, intérieurement, se former selon sa propre logique, se développer en toute son intégrité. On doit, dans cette entreprise, ne se laisser déterminer que par le grand désir, la divine aspiration vers ces êtres qui nous ressemblent, et par les conditions qui nous sont nécessaires pour les entendre ; car la Nature toute entière ne se peut concevoir et comprendre que comme instrument d’accord et moyen d’intelligence, entre eux, pour des êtres doués de raison. L’homme, en pensant, retourne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 10 février 2011

L'ETERNITE, BELLE COMME LE VISAGE DES ENFANTS...Extrait

La première transcendance est celle du ruisseau qui abandonne un peu de lui-même pour devenir ciel. Le ciel qui s’introduit dans le ruisseau, fait un léger bruit dont jusqu'à présent aucun savant ne s’est préoccupé. Parfois, le ruisseau s’arrête pour laisser le mouvement à ses galets et surtout pour planer sur sa transparence. La transparence du ruisseau est une représentation supérieure, une spiritualité, car elle s’approprie le ciel. Par la transparence, le ciel ne supprime-t-il pas le ruisseau, et vice-versa ? Et comment ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 6 février 2011

LE LIVRE DES RESSEMBLANCES ...Extrait

  Aucune clôture n'a de sens dans le désert, dans le vide ; aucune pensée, aucun livre qui est clôture de toute pensée   Parler du livre du désert est aussi ridicule que de parler du livre du rien.   Et pourtant, c'est sur ce rien que j'ai édifié mes livres.   Du sable, du sable, du sable à l'infini.   S'il y a un livre de la mort, il ne peut s'agir que de la mort - comme on met à sac, ô deux fois sacrifiée - du livre.   C'est à ces limites infixées de l'esprit, à cette frontière dévastée, mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 4 février 2011

VERS L'INCONNAISSABLE

pour Marguerite-Taos Amrouche, ma sœur berbère de Kabylie   Je suis les âmes au pays de l’inaccompli. — Elles sont loin, enfouies là-bas, dans l’ombre enfuies ou dans la lumière. — Je marche le jour et la nuit pour les retrouver, les chères âmes, les bien-aimées. .   Je vole parmi les oiseaux, je chemine avec les étoiles, diamants que je touche du bout du doigt. O comme elles s’éclairent dans l’inaccompli voyage, dans le vent soufflant — l’obscurité du néant. . Je te suis Taos, —... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 11 janvier 2011

JEUX D'ENCRE...

Que de lait entoure l'astre mort !  Que de blancheur épandue dans le ciel !  En bas la rencontre a eu lieu.  Les bras faits pour se prendre se sontpris.  Aujourd'hui,  sans limite aujourd'hui, éternel  s'accomplit,  s'allongeant jusqu'au bout du monde.  Plus  de distance.  Il n'y a pas d'au-delà des âmes entourées du cordon rouge.  L'espace est silence.  Silence comme le frais abondant tombant lentement dans une eau calme.  Ce silence est noir.  En effet,  il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 janvier 2011

PENSER CLAIREMENT

De toute évidence, vous ne pouvez penser de manière lucide que lorsque votre esprit n’est pas ligoté à une croyance comme un singe qu’on aurait attaché à un poteau. Vous ne pouvez penser clairement que lorsque vous n’êtes pas en   quête d’un résultat et que vous n’avez aucun préjugé,   ce qui signifie, en fait, que vous ne pouvez penser de manière claire,   simple et directe que lorsque votre esprit n’est plus en quête   d’aucune forme de sécurité et qu’il est, par conséquent,   libéré de la peur.   Si... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,