jeudi 4 novembre 2010

POESIE...

Toute poésie est avant tout une voix, et celle-ci plus particulièrement.Elle est un appel qui retentit longuement dans la nuit,et qui entraîne peu à peu l’esprit vers une source cachée, en ce point du désert de l’âme où,ayant tout perdu, du même coup on a tout retrouvé.Poésie intérieure, qui tend au silence, mais silence peuplé de mille voix sans timbre,les voix des devenirs qui s'achèvent dans l'être vivant que nous sommes, en l'instant précis où nous nous éprouvons comme un être unique et prédestiné dans la chaine des êtres.Mais... [Lire la suite]

mardi 2 novembre 2010

3OOO ème ....!

Je remercie toutes celles et tous ceux qui par leur présence et leur fidélité soutiennent la poésie.....(...) Horde des nuages déchiquetés par les grains et l'orage du large s'est embrasé. Comme une meute, les dragons ont envahi le ponant. Les rais puissants et aveuglant du soleil les pulvérisaient dans une lutte titanesque, entre îlots célestes, ils soutenaient ainsi que des haubans la mâture du ciel, ralentissant dans sa chute la fuite du temps et le grand voyage . L'horizon, étendu sur la mer, semblait fondre, se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 30 octobre 2010

DESIR NOMADE

Tu n'as besoin de rien pour partir,une page blanche, une lampe, c'est toutLa page blanche te servira d'espace et de miroirAllège-toi des apparences,Ne garde que le trésor qu'on t'a donnéLa patience est un fil de soie,D'une rive à l'autre tout se tientEt tout arrive à notre amourComme un enfant sur la routeLa force qui s'ouvre en toiVa naître de ton désirTu es à l'origine des jours et des nuitsIl faut te perdre dans la lumièreAs-tu pensé à la page blanche, à la lampeAu bonheur de chercher sans savoir ?Pour ton visage il y a le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 6 octobre 2010

CHANT DU FEU...Extrait

Feu que les hommes regardent dans la nuit, dans la nuit profonde, Feu qui brûles et ne chauffes pas, qui brilles et ne brûles pas, Feu qui voles sans corps, sans cœur, qui ne connais case ni foyer, Feu transparent des palmes, un homme sans peur t’invoque. Feu des sorciers, ton père est où ? Ta mère est où ? Qui t’a nourri ? Tu es ton père, tu es ta mère, tu passes et ne laisses traces. Le bois sec ne t’engendre, tu n’as pas les cendres pour filles, tu meurs et ne meurs pas. L’âme errante se transforme en toi, et nul ne le sait. Feu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 23 septembre 2010

L'EVANGILE DU GITAN....Extrait

«On croit que les étoiles sont dans le ciel mais elles sont sous nos pas. On les écrase. Ce qu'on voit briller dans la nuit, ce sont leurs cris.»(...)"Je n'écrirai plus. Je réapprendrai à ne pas savoir écrire. Cette vie d'écriture ne fait pas partie de ma condition de nomade. Je ne suis pas fait pour la littérature. Je suis de la race des arbres, je crie avec le tonnerre quand il s'annonce. Je ne suis qu'un vagabond, un chiffonnier des mots qui ramasse des pensées enguenillées au bord du chemin de son âme. C'étaient les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 3 août 2010

MEMORIAL DE MEKNES

Je m’en vais vers mes profondeurs, Dans la noblesse de ma ville Hélée aux heures saintes par les voix muezzines Vers l’ablution et le salut ; Les visages striés de lumière  Égrainent la louange Aux chapelets couleur de miel et d’oasis ; Et j’écoute vibrer dans l’ombre coranique Une abeille géante : la mosquée-cathédrale : «  Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Dis : Allâh est l’Unique, Allâh l’Impénétrable ! Il n’a pas engendré ; engendré il ne fut. Nul, à Lui, n’est égal  ». J’écoute les Craintifs,... [Lire la suite]

mardi 8 juin 2010

LIVRE DU SOUFI...Extrait

Car je serai tout près de toi, Plus proche qu'aujourd'hui d'être invisible. Je t'envelopperai de mon absence, Mon souffle sera dans le tien. Sois attentive, tu me sentiras Dans chaque goutte d'eau, Dans le moindre rai de lumière, Dans le vent qui caressera Ton front, sois attentive, Je serai là, toujours, tu le sauras (...)   Même si tout s'arrêtait là, Au dernier souffle, à la fosse, à la cendre, Même s'il me fallait descendre Ces escaliers qui ne conduisent nulle part, Cela valait la peine d'être né, D'avoir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 13 mai 2010

OCTAVIO PAZ

Là où s’effacent les chemins, où s’achève le silence, j’invente le désespoir, l’esprit qui me conçoit, la main qui me dessine, l’œil qui me découvre. J’invente l’ami qui m’invente, mon semblable ; et la femme, mon contraire, tour que je couronne d’oriflammes, muraille que mon écume assaille, ville dévastée qui renaît lentement sous la domination des yeux.                                     Contre le silence et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 mai 2010

SANGS BRUTS

Si cette mer immense De rythmes agités, a corrodé ton âme, Si le jaunissement des plages au couchant Vient éclaire ton front qui pense ... Si cet éther immense, Si le ciel caressant comme une main de femme Imprègne, en sa douceur, l'alarme de ton chant, Laisse, ébattre l'esprit qui danse ... Quand cette ville immense Derrière toi essaie son sortilège humain, Quand bruissent ses reflets, et que ses longs cris, brament Gardes-toi, de pleine puissance. Car cette joie immense Qui meurtrit ton esprit aux forces du penser T'a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 22 janvier 2010

LETTRES A UN JEUNE POETE...Extrait

" La volupté de la chair est une des choses de la vie des sens au même titre que le regard pur, que la pure saveur d'un beau fruit sur notre langue, elle est une expérience sans limites qui nous est donnée, une connaissance de tout l'univers, la connaissance même dans sa plénitude et sa splendeur. Le mal n'est pas dans cette expérience, mais en ceci que le plus grand nombre en mésusent, proprement la galvaudent. Elle n'est pour eux qu'un excitant, une distraction dans les moments fatigués de la vie, et non une concentration de leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,