vendredi 16 juin 2017

HYMNE A LA NUIT...Extrait

"Un jour que je laissais couler des larmes amères, que mon espérance, décomposée, s’anéantissait en douleur et que je me tenais solitaire près du tertre aride qui dérobait en son étroite et sombre dimension la Figure de ma vie - solitaire comme nul solitaire encore ne le fut, étreint par une angoisse indicible - sans force, n’étant plus qu’une pensée de détresse. - Comme je cherchais une aide des yeux, que je ne pouvais ni avancer ni reculer, et que je m’agrippais avec un regret infini à la vie fuyante qui s’éteignait : - alors... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

dimanche 28 mai 2017

LES ESPACES DU SOMMEIL

Dans la nuit il y a naturellement les sept merveillesdu monde et la grandeur et le tragique et le charme.Les forêts s’y heurtent confusément avec des créatures de légendecachées dans les fourrés.Il y a toi.Dans la nuit il y a le pas du promeneur et celui de l’assassinet celui du sergent de ville et la lumière du réverbèreet celle de la lanterne du chiffonnier.Il y a toi.Dans la nuit passent les trains et les bateaux et le mirage des paysoù il fait jour. Les derniers souffles du crépusculeet les premiers frissons de l’aube.Il y a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 6 mai 2017

ART POETIQUE

Sur les voies où tu tentes d’avancer en écriture tu voudrais effleurer les mots de la pointe des pieds, t’efforçant d’allégir ton être le plus possible, diminuer le poids de ta chair et de ton esprit. Retenir pour mieux donner n’est chose paradoxale que pour adeptes de raccourcis embobelineurs, de traits d’arc et de couleurs vives, éclats de paroles dont l’enjeu prioritaire est sans doute de briller comme les étoiles, qu’on sait cachées dans leur lumière. Alors, précaution première : écrire un minimum. Bizarrerie : exprimer avec... [Lire la suite]
mercredi 15 février 2017

PAR TES LEVRES, J'Y CROIS...

L’amour est l’enchantement nettement perceptible qui naît dans une attirance où les affinités ne sont pas automatiquement ses raisons créatrices. Partir à la recherche d’une amante à sa convenance comme on cherche dans des slogans publicitaires un opérateur de tourisme au moment des vacances d’été, c’est dépouiller le sentiment amoureux de tous ses envoûtements. L’amour se crée souvent d’une faculté distincte de notre volonté, de notre raison, de la vision même que nous avons de sa définition classique. Aimer, c’est d’abord savoir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 5 février 2017

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extrait

Tout cela qui fut, qui est l’éclat d’un moment Étrange sans doute comme les métaphores des rêves Offre une vision meilleure du temps Malgré tant de figures réfractaires Qu’en dépit de plus d’un détour La langue échoue à prendre dans ses pièges, Mais bien loin de se tenir à distance Elles rayonnent assez fort pour que s’exerce Au-delà des mots leur hégémonie souveraine Sur l’esprit qui, grâce à elles, y voit plus clair Quand il ne se laisse pas dévoyer par la phrase Avec ses trop beaux accords, son rituel... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
jeudi 2 février 2017

PAUL AUSTER ...Extrait

De la perte. Et d’une perte telle qu’elle pille l’esprit – jusqu’à la perte même de l’esprit. Commencer avec cette pensée : sans rime ni raison. Et puis simplement attendre. Comme si le premier mot venait seulement après le dernier, après une vie d’attente du mot qui était perdu. Ne pas dire plus que la stricte vérité : les hommes meurent, le monde déçoit, les mots n’ont aucun sens. Et par conséquent ne rien demander que les mots. Mur de pierre. Coeur de pierre. Chair et sang. Autant que tout ceci. Plus.   . ... [Lire la suite]

samedi 14 janvier 2017

PROPHETIE

Le jour est proche où la matière aura à ce point écrasé l'Esprit qu'il n'en restera rien. Pas même un parchemin maculé de sang pour en commémorer le souvenir. Les fils ne reconnaitront plus les pères ni les mères, devenus des étrangers au sein de leur propre foyer. Les filles seront troquées contre quelque avantage pécunier. A la place des oliviers, des glaives sortiront de terre que l'on s'empressera aussitôt de déterrer puis d'affûter, afin de détruire tout ce qui rappellerait encore de près ou de loin, l'amour que les hommes des... [Lire la suite]
lundi 26 décembre 2016

CENSÉMENT

Les figues, qui sont parmi les meilleurs fruits de la terre, (je les eusse à la pomme préférées dans le Jardin) mériteraient elles aussi leur place dans le Mythe, comme elles nous donnent une aussi infinie douceur. Autant les noix semblent contenir de la matière grise en hémisphères dits des cerneaux, proches du cerveau, non sans légers accidents du relief à leur surface, en écho distant de nous, de leur squelette captifs, autant la figue, plutôt évocatrice d’un ventre, renvoie difficilement l’image de la pensée : ses rondeurs de... [Lire la suite]
jeudi 8 décembre 2016

REGARD DES ETOILES

à Jean Laugier, i.m. .Ce corps de glaise,pesant, lié au sol,tiré vers l’invincible nuit,ce corps où l’esprit veillecomme l’oiseau, dans la charpente de ténèbre,la cage d’os qu’un sang paisible éclaire,en songe une musique le saisit,l’allège et le dénoue de la terre charnelle.l’aile promise, triomphale, déploieses plumes frémissantes.Il se retourneet la rosée l’aspire.Les yeux fermés,rêvons que dans le froids’élève librement notre corps de lumière.Et le voici alors dissous dans la lumière,dépossédé du sanget du grand livre intime que... [Lire la suite]
samedi 19 novembre 2016

QUID ?

Nous sommes dans cet ailleurs hors espace et hors du temps où ne nous est consentie aucune place réelle ; que point ne soit d’amour sans le vœu de se transformer, à de minces esprits paraît chose inintelligible, laisse au-devant des affres notre conscience éveillée, montrant à tous l’importance sans borne de notre tâche d’ouvreurs de neuves étoiles, tueurs du Mythe ancien. Nous n’œuvrons pas, depuis le re façonnage de l’homme, à sa désintégration ou son éparpillement, conscrits du point d’honneur à jaillir du commun silence,... [Lire la suite]