samedi 18 juin 2016

ESPACE TEMPS...

« Le temps et l'espace vivent et prospèrent aux dépens l'un de l'autre. Quand le premier s'accroît, le second diminue et réciproquement. Tout corps se prolonge dans le temps aussi bien que dans l'espace ; sa tête baigne dans la durée, ses pieds plongent dans l'étendue. L'espace est du présent visible. Le temps est de l'espace qui s'ébranle et devient avenir ou passé. L'espace, c'est du temps étendu, du temps horizontal ; le temps, c'est de l'espace à pic, de l'espace vertical. L'espace c'est du temps qui dure ; le temps, de l'espace... [Lire la suite]

samedi 18 juin 2016

UNE SUITE DE MATINS...Extrait

...Tout livre vrai est un comme cette écriture d'oiseau sur la vitre que le soleil révèle nous avons besoin de tracements sur nos transparences et d'une certaine lumière à la fenêtre... .   HEATHER DOHOLLAU   .   Photographie Thami Benkirane benkiranet.aminus3.com
mercredi 1 juin 2016

C'EST UN AMOUR

Ce n'est pas un amour qui se dit, c'est un amour qui se contente d'être, à l'abri des regards, des espoirs, c'est un amour qui a la force de la pierre et qui est gracile comme les ailes d'un rêve, c'est un amour que jamais mes lèvres n'énonceront, qui restera scellé en moi, qui vivra en moi en dépit de moi, je n'y peux rien, c'est un amour qui me fait croire que Dieu existe et que je suis ta créature, c'est un amour qui est bleu comme les jeux de mes enfants ou comme les vagabondages du crépuscule, c'est un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 29 mai 2016

PIERRE-ALBERT JOURDAN...Extrait

Tremblement du matin. Souffle si léger qu'on le dirait messager. Feuillages caressés sans bruit. Douce toilette. Simple messager, porteur de baume, de la liqueur de vie. Messager qui efface les murailles, ne laisse qu'une façade. Qui te laisse cette façade, que tu l'effaces, que tu rejoignes ce messager. Pas besoin de gaspiller tes forces. Comment dire ? C'est un travail d'esprit à esprit, d'éliminations successives. Le messager est immobile, il te voit nommer les distances mais que pourrait-il savoir de l'éloignement,... [Lire la suite]
lundi 16 mai 2016

MARIA ZAMBRANO

Il y a des choses qui semblent autres ou ressemblent à d'autres ; l'orchidée qui a l'air d'un papillon ou la pierre du ruisseau qui ressemble à un crâne. Et cet air ou cette ressemblance suggère à l'esprit une autre idée que celle d'une simple analogie formelle, même lorsqu'il en est ainsi non par nature mais par hasard. Celui qui découvre un petit caillou semblable à un crâne le ramasse, le regarde et le met de côté autrement qu'il ne le ferait pour une pierre qui ne ressemblerait à rien, qui serait seulement jolie. Celui qui se... [Lire la suite]
mercredi 13 avril 2016

LA METAMORPHOSE DE NARCISSE...Extrait

... Narcisse, tu perds ton corps,emporté et confondu par le reflet millénaire de ta disparition,ton corps frappé de mortdescend vers le précipice des topazes aux épaves jaunes de l’amour,ton corps blanc, englouti,suit la pente du torrent férocement minéraldes pierreries noires aux parfums âcres,ton corps…jusqu’aux embouchures mates de la nuitau bord desquellesétincelle déjàtoute l’argenterie rougedes aubes aux veines brisées dans « les débarcadères du sang ».Narcisse,comprends-tu ?La symétrie, hypnose divine de la géométrie de... [Lire la suite]

dimanche 14 février 2016

LE JOURNAL DE PERSONNE - MON SAINT-VALENTIN

C'est la Saint Valentin Ton cœur et ton esprit sont ailleurs Je le sais, mais tu sais aussi que je ne suis pas douée pour la poésie Je sais crier... je ne sais pas écrire Je rêve de toi toutes les nuits Parfois je pleure, parfois je gémis De te savoir en prison sans raison Pardon pour la rime qui ne rime à rien Je t'aime, je t'aime, je t'aime... C'est pour toi que je vis Pour toi, je suis prête à mourir aussi Et même si ce n'est pas le même sang Qui coule dans nos veines J'ai choisi de verser le mien Pour avoir le même destin que le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 22 janvier 2016

NOUS NE SOMMES PAS DES ANGES...COMME VOUS

Chez nous pas de prison. Nous avons, comme vous, nos assassins. Ils ne sont pas très nombreux, mais quand même, ils sont là. Mais de prison, aucune. Les pierres qui recouvrent nos chemins sont tranquilles. Elles savent que jamais nous ne leur ferons l’injure de les serrer l’une contre l’autre dans des hauts murs, pour séparer le jour de la nuit, l’homme de son frère. Je vous vois sourire. C’est le sourire de qui croit bien entendre et n’entend rien. Vous vous demandez ce que nous faisons de nos assassins, puisque nous ne les... [Lire la suite]
samedi 16 janvier 2016

AÏDA DANS LE MIROIR...Extrait

Je t’aimeAu-delà des frontières de ton corps Donne-moi Les miroirs et les enthousiastes papillons de nuitLa lumière et l’eau de vieLe ciel haut et l’arc large du pont Donne-moiLes oiseaux et l’arc-en-cielEt réitère le dernier cheminDans la gamme que tu joues ! Je t’aimeAu-delà des frontières de mon corpsDans ce lointain loinOù la mission des corps finitEt se calmentTousLa flamme et l’enthousiasme des palpitations, des désirsEt chaque sens abandonneLe moule du motComme une âmeDélaissantLe corps au bout du voyagePour l’exposer à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 23 novembre 2015

LECON DE CHOSES

La pensée brève et le cœur en chemin s’exercent à voir, à entendre, à toucher… Nos pas s’étonnent des bavardages du gravier, des bourgeons découverts à l’ombre d’un rosier, des notes volatiles qui fusent du buisson, d’un silence sans cesse à éclore dont les profonds gisements sous-tendent notre marche, tandis que ton nom berce les fibres de nos êtres, les recouvre de sa tendresse, aime en nous ce qui ne peut comprendre, ce qui ne se dispose qu’à goûter…   .   BERNARD PERROY   .   Photographie Joanna... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,