lundi 4 novembre 2019

CE QUE LA VIE M'A APPRIS..Extrait

... Je devrais plutôt tenter de dire ce que les rencontres, les séparations, les découvertes, les éblouissements comme les désespérances m'ont appris dans le sens de me découvrir, de me construire, d'influencer le déroulement de mon existence.J'ai ainsi appris que la vie n'est faite que de rencontres et de séparations et qu'il nous appartient de les vivre en acceptant de nous responsabiliser face à chacune.J'ai appris encore qu'il y a toujours une part d'imprévisible dans le déroulement des jours et donc qu'il m'appartenait de savoir... [Lire la suite]

jeudi 8 août 2019

JEAN DIHARSCE...Extrait

... les enfantsde mon temps(nous eumes de la chance)levaient les yeux au ciel Picasso y traçait des colombesles adultes d'alors avaient tant de mémoirequ'ils savaient se tenirau moins pour l'essentiel se taire pour recueillir l'oiseau     .     JEAN DIHARSCE     .    Oeuvre Pablo Picasso    
Posté par emmila à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 31 juillet 2019

L'AMITIE...Extrait

Nous devons renoncer à connaître ceux à qui nous lie quelque chose d’essentiel ; je veux dire, nous devons les accueillir dans le rapport avec l’inconnu où ils nous accueillent, nous aussi, dans notre éloignement. L’amitié, ce rapport sans dépendance, sans épisode et où entre cependant toute la simplicité de la vie, passe par la reconnaissance de l’étrangeté commune qui ne nous permet pas de parler de nos amis, mais seulement de leur parler, non d’en faire un thème de conversations (ou d’articles), mais le mouvement de l’entente où,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 29 juin 2019

LETTRE A WITOLD VON HULECWICZ

" Quelques étoiles s’exaltent immédiatement et disparaissent dans la conscience infinie des anges -, d’autres sont affectées à des êtres qui les transforment lentement, laborieusement, et dans l’effroi et le ravissement de qui elles accèdent à leur état suivant, à leur réalisation invisible. Nous sommes, [...] nous, ces transformateurs de la terre, toute notre existence, les vols et les chutes de notre amour, tout nous qualifie pour cette tâche (à côté de laquelle il n’en est aucune essentiellement qui tienne).”   .   ... [Lire la suite]
samedi 20 octobre 2018

LES PROVINCES AMERES...Extraits

 Pour un luminisme poétique Manifeste Les mots changent de lumière et d’âme.Et nous changeons avec.Il a suffi d’un grain d’ombre et notre poème a pris l’aile, un coup d’aile dans son éclat premier.Le sol plein de soleil et les tropismes du vague à l’âme des errants.Je vagabonde de soir en soir sur de maigres chemins.J’en rapporte des vers pour les oiseaux qui me picoreront.Je ne les prends pas pour des pigeons.Non, je suis ramasseur de l’essentiel. Du rien tombé des broutilles. A la lueur des mots.   ...   On ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 20 septembre 2018

TERRE ET CIEL...Extrait

"L'homme moderne redoute le silence car il pressent, confusément, que le silence est une terre de confrontation avec l'essentiel, avec nous-même, avec notre vocation d'homme. Il faut plonger dans le silence comme on s'aventure dans le désert. Il nous faut retrouver le chemin du silence."   .     THEODORE MONOD     .
Posté par emmila à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 26 juillet 2018

ANACHRONIQUE...Extrait

Quand j'ouvre l’Odyssée pour t'en lire une page ne me demande pas à moi qui fus déjà Hamlet & Gulliver -tant d'autres personnages- d'être celui que j'ai cherché avec les yeux de Télémaque     Toi l'enfant de six ans & moi le vieux marin de siècles de littérature qui durant sa vie affréta tant de contes corsaires nous voici une fois de plus embarqués tous les deux sur la même émotion sur le même poème     Il nous faudra contourner des charmes sournois & sauver de philtres... [Lire la suite]
jeudi 5 juillet 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Sais-tu que marcher simplementPeut suffire à sauver le Poème en toiA lui donner son rythmeSes brusques éveilsSon glissement de pasSes arrêts sur un filSon élan furtif Sais-tu qu’une maison peut abriterTous les sentiers de la forêtTous les rivages de l’océanTous les secrets de l’universTous les oiseaux du cœur Qu’elle peut laisser grandir tous les soleils de l’âme T’avancer silencieux Tel un funambule un livre à la mainAvec souplesse et légèretéLenteur et gravitéPeut devenir à l’instant mêmeTa danse lumineuseTa liturgie... [Lire la suite]
mercredi 21 février 2018

JE SUIS NE DANS LA NATURE...Extrait

Je rêve des quatre éléments, terre, eau, feu, air. Je rêve du Bien et du Mal. Et la terre, l'eau, le feu, l'air, le Bien et le Mal s'entremêlent et deviennent l'Essentiel.   D'une toison céleste agitée s'élève une feuille. La feuille se transforme en un torse. Le torse se transforme en un vase. Un énorme nombril apparaît. Il grandit, il devient toujours plus grand. La toison céleste agitée se dissout en lui. Le nombril est devenu un soleil, une source immense. la source du monde. Elle brille. Elle est devenue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 10 janvier 2018

POUR AINSI DIRE, POUR AINSI VIVRE...Extrait

À ceux à qui il ne manque rienIl manque l’essentiel :Le manque lui-même précisément N’ayant plus rien à désirer et tout venant à leur manquer Ceux-là déjà ressemblent à leur mort .   ANDRE SCHMITZ   .   Oeuvre Iléana Serban
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,