mardi 14 mars 2017

BERNARD PERROY...Extrait

Bien-sûr le temps demeure un lieude course folle ou d'immobilité,de courses poursuitesentre nos élans et nos peurs,nos belles heures et les plus sombres,nos promenades, nos marches forcées,nos territoires gagnés ou perdus,nos flammes de vaste envoléeou celle trébuchante à chaque seconde,mais sûre abri en son indéchiffrable beautédont la lumière s'élève dans la nuit de nos cœurscomme le tremblement obstiné de l'étoile….   BERNARD PERROY   .          
Posté par emmila à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 26 février 2017

CHANSON / SONG

Va attraper une étoile filante, Fais qu'une racine de mandragore enfante, Dis-moi où sont les jours d'antan passés, Ou qui fit fourcher des Diables les piés, Enseigne-moi à ouïr chanter Sirènes, Me prémunir des piqûres de la haine, Et m'apprends Quel vent Sert à pousser esprit honnête en avant. Si tu es né pour des paysages impossibles, Voir des choses invisibles, Chevauche mil et une nuit, chevauche le Temps, Jusqu'à ce que l'âge sur toi neige des cheveux blancs, Toi, tu me diras, quand tu seras rentré, Toutes les merveilles étranges... [Lire la suite]
samedi 28 janvier 2017

LES RENCONTRES DES JOURS...Extrait

Une pensée sans mots pensée sur la pointe des pieds entre sourire d’amitié caresse inachevée silence heureux A peine l’éclair vif d’une truite au torrent la trace  s’effaçant d’une étoile filante ou l’esquisse du chant d’un oiseau très petit une pensée de toi m’a effleuré en chuchotant Je ne fais que passer C’était ta voix ta voix de vent léger sur les dunes ta voix de mer qui souffle sous une lune pâle voix de pieds nus  de feu de bois de citronnelle de la mousse d’écume aux crêtes de la vague ta voix traverse-temps qui... [Lire la suite]
mercredi 28 décembre 2016

TEMPS MODERNES

Cette année je ne sortirai pas de sa boîte la petite maison de bois Sa mousse ses décors son étoile Ma joie d’enfant de la dresser Les Rois Mages ont été retenus à la frontière Pour trafics divers Et renvoyés dans leur pays on ne savait pas trop lesquels Alors on a choisi à pile ou face la Syrie ou le Yémen L’Âne est parti à l’abattoir pour faire des hamburgers Le Bœuf tire des chariots de cuir au Bangladesh À Joseph on a dit Qu’on n’était plus pour le rapprochement familial Et Marie a fait une fausse couche dans la jungle de Calais... [Lire la suite]
jeudi 17 novembre 2016

ECUME DES JOURS

Dans le ciel un oiseau  une tache blanche  pétale à l’horizon    étoile première  les dents du ciel mordent l’air  et récurent les griffures  solitudes   os blanchis  chair des jours nouveaux  au commencement  la fin du monde et l’autre encore  le blanc    le noir et la couture de l’histoire  écume des jours  silence blond  ronde des fleurs  la pluie ruisselle sur le visage  de la marelle  roulis et danse du grand fleuve  ... [Lire la suite]
mardi 8 novembre 2016

MEMOIRE D'ETOILE DE MER...Extrait

les doigts en éclats devinent l'avenir sur ton corpsl'écriture passée brisée en étoile à six branches sur main mortetoison sans blason tangue le rythme de liberténous sommes vent et mernavire et pharefrontières en étau divorcent l'étreinte et la terre se retourne sur son  flancl'étoile polaire dessine route d'ouest .   VINOD RUGHOONUNDUN   .   Oeuvre Amel Zmerli http://portesurletoit.canalblog.com/
Posté par emmila à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 30 octobre 2016

L'ÂME BLESSEE D'UN ELEPHANT NOIR...Extrait

  C’est de l’étoile que naissent toutes les légendes   la légende de la lumière dans le ciel noir dans la clairière de l’ombre dans l’éclair des tempêtes   la légende de la nuit à l’heure des ténèbres   Ô mon fils !   tu apprendras à la forêt à être fière de l’arbre   Mamonomé ! eh Da ! l’âme blessée d’un éléphant noir reconnaît en toi son adresse ... Si ton intinéraire te désavoueaccepte de tomber sans précaution. La chuteest humaine. Ne pleure pas. Elle est le témoinde la... [Lire la suite]
samedi 29 octobre 2016

PLUIE

La pluie a comme un vague secret de tendresse, Plein de résignation, de somnolence aimable. Discrète, une musique avec elle s'éveille Qui fait vibrer l'âme lente du paysage. C'est un baiser d'azur que la Terre reçoit, Le mythe primitif accompli de nouveau, Le contact d'une terre et d'un ciel déjà froids Dans la douceur d'un soir qui n'en finit jamais. C'est l'aurore du fruit, la porteuse de fleurs, La purification du Saint-Esprit des mers. C'est elle qui répand la vie sur les semailles Et dans nos cœurs le sentiment de l'inconnu. ... [Lire la suite]
dimanche 2 octobre 2016

JOE BOUSQUET

(...) Le vent pleurait les oiseaux de passage Berçant les mers sur ses ailes de sel Je prends l'étoile avec un beau nuage Quand la page blanche a bu tout le ciel   .   JOË BOUSQUET   .   Oeuvre Gilles Joseph Berger
Posté par emmila à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 8 septembre 2016

CINQ MEDITATIONS SUR LA MORT - AUTREMENT DIT SUR LA VIE...Extrait

Puisque tout ce qui est de vieSe relie,Nous nous soumettronsÀ, la marée qui emporte la lune,A la lune qui ramène la marée,Aux disparus sans qui nous ne serions pas,Aux survivants sans qui nous ne serions pas,Aux sourds appels qui diminuent,Aux cris muets qui continuent,Aux regards pétrifiés par les frayeursAu bout desquelles un chant d'enfant revientA ce qui revient et ne s'en va plus,A ce qui revient et se fond dans le noir,A chaque étoile perdue dans la nuit,A chaque larme séchée dans la nuit,A chaque nuit d'une vie,À chaque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,