mercredi 15 avril 2020

L'OR DES MINUTES...Extrait

" Les mâts geignent sous les voiles,Doucement, Et bercent dans le gréementLes étoiles. Et le roulis est si doux, Si tranquille, Que le pont semble immobileDevant nous, Et qu'à travers le ciel libre,Au vent frais Où l'écheveau des agrèsTremble et vibre, On dirait que, dans l'air bleu,Oscillante,C'est toute la nuit qui, lente,Roule un peu... A peine si la mer grondeAux bords sourdsD'un récif que bat toujoursL'eau profonde. L'humble odeur des foins fauchésDu rivageGlisse avec l'odeur sauvageDes roches. L'ombre est orageuse et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

samedi 22 février 2020

NUIT DE SINE...Extrait

... Voici que décline la lune lasse vers son lit de mer étaleVoici que s'assoupissent les éclats de rire, que les conteurs eux-mêmesDodelinent de la tête comme l'enfant sur le dos de sa mère,Voici que les pieds des danseurs s'alourdissent, que s'alourdit la langue des choeurs alternés. C'est l'heure des étoiles et de la nuit qui songe etS'accoude à cette colline de nuages, drapée dans son long pagne de lait.Les toits des cases luisent tendrement.Que disent-ils, si confidentiels, aux étoiles ?Dedans le foyer s'éteint dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 18 février 2020

BERNARD PERROY...Extrait

Chaque jourje me tenais prêt, je guettais l'heure où les eaux s'ouvriraientaux mouvements de la lumière, où les eaux mêleraient leurs courantsaux multiples lueurs célestes nimbées d'or et de soie bleue avant que la nuit ne vienne me submergerpar l'averse silencieuse de ses étoiles...     .     BERNARD PERROY     .   Oeuvre Hiroko Otake
Posté par emmila à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 17 février 2020

CHRISTIAN ARJONILLA...Extrait

Étoiles et poussières auront voyagéPour que des mots effleurent les mains et les yeuxTel éphémère mirage paraît la vieQuand le poète est de ce monde il s'y confronteAux signes aux lois visibles et invisiblesAux tyrannies du vertige et du provisoire   .   CHRISTIAN ARJONILLA     . Oeuvre Christian Arjonilla        
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

LA TERRE ARRETEE...Extrait

Peut-êtreChaque geste est coupable de briser une enfance.L'enfant livre de sable avec bâtonnets noirs comme chat pour servir de repère. Une horloge du temps qui s'habille est amour. Longs petits moines avec des poings ronds et utiles, avec des cernes autour de tes yeux vides. Tu penses en couleur au portrait d'un oiseau, à la fleur qui se vide.Le ciel au bout du jardin tendu vers toi.Viens le chercher.Enfant, tu retiens la genèse.Le cordon qui relie l'enfant à la matière inépuisée n'est pas vraiment tranché.La magie vient tout... [Lire la suite]
mercredi 18 décembre 2019

EVASIONS DE RETOURS

Au grand poète Lorand Gaspar   Poète enfant des vertiges premiersAux confins des rêveuses racinesD’orient et d’occidentT’engendre l’encre du ventAu-delà de la mortA chaque port de plumesAux battements frissonnantsD’ailes et d’îles de nouvelles sèvesSculptant le tempsEn disparition de mursEn apparition de vasquesPour effacer les distances des cerbèresGardées par leurs obscurs casquesEt ouvrir leurs cagesEmprisonnant tes étoiles et chantsLibérant la véritéDans ses multiples visages Poète tu es l’éternel enfantDans le... [Lire la suite]

jeudi 22 août 2019

COCKTAIL POUR UN XXème SIECLE

Entre les juges et les notables,Les privilèges et les paumés,Le non-confort, le confortable,Les injustices, les justiciers.Entre les querelles et les guerres,Les oppresseurs, les opprimés,Les civils et les militaires,S'étend la vie au monde entier... Mais il y a quand même des enfants qui s'aiment,Et qui s'aiment tendrement.Et y'a quand même pendues au cielDes étoiles depuis cent mille ans... Pour ne rien dire, pour ne rien faire,Pour laisser passer les années,Civilisés et gens de terre,Villes désertes, champs goudronnés,Sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 29 juin 2019

LETTRE A WITOLD VON HULECWICZ

" Quelques étoiles s’exaltent immédiatement et disparaissent dans la conscience infinie des anges -, d’autres sont affectées à des êtres qui les transforment lentement, laborieusement, et dans l’effroi et le ravissement de qui elles accèdent à leur état suivant, à leur réalisation invisible. Nous sommes, [...] nous, ces transformateurs de la terre, toute notre existence, les vols et les chutes de notre amour, tout nous qualifie pour cette tâche (à côté de laquelle il n’en est aucune essentiellement qui tienne).”   .   ... [Lire la suite]
samedi 29 juin 2019

POEMES A LA NUIT...Extrait

 Merci Adélita     Et ils disent que la vie est un rêve :non pas ; pas seulement un rêve. Le rêve est une part de la vie.Une part confuse, dans laquellele visage et l’être s’acharnent l’un contre l’autre,se tressent l’un à l’autre,comme des animaux d’or,rois de Thèbes repris à leur mort (qui se brise). Le rêve est la traîne de brocart qui tombe de tes épaules,le rêve est un arbre, un éclat fugitif, un bruit de voix ;un sentiment qui commence et s’achève est rêve ; un animal qui te regarde dans les yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 28 novembre 2018

LAMBEAUX...Extraits

Un soir d'été, tu t'échappes en cachette avec une couverture sous le bras. Tu déplies ceĺle-ci au milieu du pré, t'étends sur le dos et passes la nuit à contempler ce ciel où frémissent des millions d'étoiles. Tu interroges, scrutes, demeures longtemps dans une stupeur émerveillée. Puis soudain, la foudroyante conscience que tu n'es rien. Qu'un être humain n'est rien. Que ta vie n'a pas plus d'importance que ces brins d'herbe pris entre tes doigts. Grelottante, déprimée, tu regagnes ton lit quand le jour se lève, te demandant si l'on... [Lire la suite]