jeudi 10 août 2017

AU FIL DE L'HEURE PÂLE

Un jour, au crépuscule, on passe, après la pluie, Le long des murs d’un parc où songent de beaux arbres... On les suit longtemps. L’heure passe Que les mains de la nuit faufilent aux vieux murs... Mais qu’est-ce qui vous trouble au fil de l’heure pâle Qui s’ourle aux mains noires des grilles ? Ce soir, le calme après la pluie a quelque chose Qui fait songer à de l’exil et à la nuit... On entend le bruit nombreux Des feuilles partout Comme un feu qui prend... Des branches clignent. Le silence Épie Et il passe des odeurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

jeudi 10 août 2017

DJAFFAR BENMESBAH...

Bonjour la rue des sottes nuits hivernales Pavée de mes pas et mes détours maudits Mes soupirs, mes plaintes et mes râles Reviennent ombrager tes accès interdits Vieux drille je suis, assidûment étranger Tel un Oyat des plages de colères arraché Obviant vaille que vaille aux vergetures Et à l'essor guindé des vaudevilles futurs Du village qui m’a vu naître et les déconvenues Passant par les cités d’ombres que j'ai connues Jusqu'à Paris où j'ai chaviré de mes ails d’agami Étranger là où j'ai été et chanté, là où j'ai dormi. ... [Lire la suite]
lundi 7 août 2017

VENT D'EST

Chante mon coeur le chant du sable et de la pierreDu vent, de la pluie et de la vie qui passeDès l'aube, du désert, au chant des chameliersMonte la poussière d'un siècle qui s'effacePour partir...Et nos songes d'Orient bercés de caravanesEnfantés par les voeux mystiques des marchandsMontent vers toi, Soleil, pour dire la pavaneDes oiseaux qui saignent de trop pousser leur chantPour mourir...Chante mon coeur un air d'or et de turquoiseEnfanté par la voix des prêtres et des guerriersDans la plaine naviguent des âmes par milliersA... [Lire la suite]
samedi 24 juin 2017

AUX SILLONS DU LIRE

«Toi qui sais pétrir la «pierre errante» La ciseler au ciel de l’enfance De «la semence de l’eau » surgit Transparence à l’aube des solitudes tues Faut-il attendre la moisson des orages Pour décloisonner éclairs et appels de la mort ? Ceux qui illuminent les ténèbres de l’exil Miroir fugace à la parole risquée Ton verbe tranche la fulgurance mue Afflue la source de l’immuable agonie Le Poème la reflue gravée entre mer et désert Ainsi rayonne une obscure clairvoyance Polyphonique le poème sonate Retrace la... [Lire la suite]
jeudi 15 juin 2017

MA VALISE

À mon ami, Aziz Farès . . J'ai dans ma valise des souvenirs Une broche kabyle de ma mère Le henné qui fleurait sa main Et le souak de ses lèvres embaumées J'ai aussi une pierre muette Des ruelles discrètes de la Casbah Criblées des traces de mes rires Et de mes chroniques d'enfant J'ai dans ma valise des larmes De la pluie qui tombe sur Alger Et celles des justes râlants Sur la hampe d'un drapeau brûlé Dans le dessous de ma valise S’étend l’injuste addition de l’exil Que je règle de mes pleurs d’apatride À l’émotivité... [Lire la suite]
lundi 22 mai 2017

CE MAROC..Extrait

... Ma plaie où seule l'abeille trouve des fleurs neuves porte-moi loin de cet oubli battant et rampe pays pays je plie bagages ceux qui ajoutent du noir à leur cellule me voient partir pays pays où seule la terre se souvient et hurle quelle terreur couve sous ta colère.   .   MOHAMMED KHAÏR-EDDINE   . Oeuvre Thami Benkirane

mercredi 10 mai 2017

PALETTE ÉGORGÉE

Tu possèdes tes géographies intérieuresque tu sèmes pêle-mêlelors de souterraines insomniessur une palette égorgée.Marges blanchesd’où fuse un orchestre d’angesles continents que tu façonnesn’ont ni crépuscules ni nuits.Ruelles d’exilles arbres rougissent de leurs feuilleset rêvent d’oiseaux d’avant la naissanced’horloge sorcièreà ensevelir le temps.Tu t’enrichis de jardins charnelsvisibles sur fond de toilehélant d’autres arbresperdus sur l’axe de la durée.Exploratrice de l’extrêmetu prends d’assaut l’infini.   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 5 mai 2017

L'EROSION DE L'ÂGE

Je m’enfonce à nu dans le précipice sous ce ciel réfractaire mon souffle vagabonde j’interroge l'épitaphe de l'obscure absence en exil je cueille l'érosion de l'âge j'espère l'indulgence de l'éloignement une armée de cris s'est tue dans ma prairie seul je brave l'incendie de l’étrange songe mon ombre enchaînée à son brasier se consume dépourvue de compassion je jure sur le parvis de cette danse avec l’abîme que la valve de mon cœur ne pliera pas devant le sentier paradoxal de la cruauté je vous ai laissé les ossements de ma... [Lire la suite]
mercredi 5 avril 2017

RIMES DU COEUR ...Extrait

Chasseresse ou dévote ou porteuse de dons La solitude est verte en des landes hantées Comme chansons du vent aux provinces chantées Comme le souvenir lié à l’abandon. La solitude est verte. Verte comme verveine au parfum jardinier Comme mousse crépue au bord de la fontaine Et comme le poisson messager des sirènes, Verte comme la science au front de l’écolier. La solitude est verte. Verte comme la pomme en sa simplicité, Comme la grenouille, cœur glacé des vacances, Verte comme tes yeux de désobéissance, Verte comme l’exil où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 16 février 2017

QUESTIONS DE POESIE

Dans ta patrie de neige, Quête muette des mots depuis toujours, jusqu'à l'ultime frontière. Viens boire à l’arc-en-ciel de la beauté Au grand passage Au lien à la terre Point de paroles vaines pour l’enfance absente des mots Natale est la lumière Silencieuse la pierre du retour Au peuple du poème. Qui se réduit à l'isolement ? Qui va vivre en exil intérieur ? Quelle étoile est la plus triste ? Natale est la lumière Désenchantée et écartelée entre rêve et néant. Qui veut franchir le grand passage ? Qui porte le chant ? Qui porte le... [Lire la suite]