jeudi 16 février 2017

QUESTIONS DE POESIE

Dans ta patrie de neige, Quête muette des mots depuis toujours, jusqu'à l'ultime frontière. Viens boire à l’arc-en-ciel de la beauté Au grand passage Au lien à la terre Point de paroles vaines pour l’enfance absente des mots Natale est la lumière Silencieuse la pierre du retour Au peuple du poème. Qui se réduit à l'isolement ? Qui va vivre en exil intérieur ? Quelle étoile est la plus triste ? Natale est la lumière Désenchantée et écartelée entre rêve et néant. Qui veut franchir le grand passage ? Qui porte le chant ? Qui porte le... [Lire la suite]

vendredi 10 février 2017

L'EFFARANT INTERIEUR DES OMBRES...Extrait

Regardez-les ceux qui échangent leur peur contre de la haineIls sont plus ordinaires que les orties ou les chardons ils sontPartout du nord au sud ils ont des papillons sous les cheveuxMais vos mains griffées leur ressemblent vos pourtant vos çàEt là tous les mots sont des aubes ou des obus tous les gestesEt s'ils ont les yeux barbelés il faut la patience du cordonnierPour remonter leurs pentes écoutez-les ils ont perdu les tracesLeurs miroirs sont brisés ils ne reconnaissent plus leurs nomsEt s'ils dorment devant vos portes c'est... [Lire la suite]
vendredi 20 janvier 2017

LA NUIT SE LEVE

Tout vous fait malY compris la lune et son éclat de viergeMiroirs trop aliénésPour réfléchir les rides du mondeEt ce que sait votre visageVous l’aviez invité à bien d’autres banquetsIl avait puisé dans votre boucheLes mots qui étonnent la salive qui apaiseParoles de sueur dans la transcription des mainsVous aviez partagé le silenceCe lit sans draps où se cacherBalustrade des paroles chassées du plein soleilLa nuit se pencheEn son corps s’exilent vos désirs apatrides   .GHYSLAINE  LELOUP   .      ... [Lire la suite]
mercredi 28 décembre 2016

QUARTZ...Extrait

Je coule du haut vers le bas. L’accident, c’est le jour improbable qui devient une certitude pour la chair. Un corps amoindri sait la carence impitoyable. Le cerveau continue cependant à courtiser la part manquante. Qui s’installe dans la place vide ? Longtemps des membres fantômes ont baigné dans le sang qui me parcourt, véhiculant l’illusion jusqu’aux racines de mon être. Se défaire de soi nécessite la juste reconnaissance de l’impossible et de l’irréalisable. J’ai tenu entre mes mains le halo de conscience qui fait chavirer le... [Lire la suite]
samedi 24 décembre 2016

NICOLE BARRIERE ...Extrait

un enfant suffit, présentune main suffit, tenduedans le tumulte des sanglotsCe jour, cette heurela nudité des multitudes cherche l’autreouvre la page et dit : je t’aime.dans le silence, les images des solitudesles cieux gris sentent venir la lumière.Et le monde se lèvecœur battant jubilationlibère et envahitl’abime du seul mot fraternitésJours ordinaires d’entente et d’appelMême l’obscurité des jours de pauvreté,c’est toujours l’étable des humbleset l'espoir d’un jour beau d’accueilsur la vieille terre des pleurs,Le silence soudain... [Lire la suite]
vendredi 23 décembre 2016

AHMED BEN DHIAB...Extrait ( inédit )

Laissez-moi dans l’exil voyager parmi les étoiles d’eau les gémissements de l’air laissez-moi là-bas dans le poème au cœur de l'infini à Alep l’espérance désespérée la détresse couchée sur les murs nous reviendrons ô terre et la vie enfantera ce qu'elle recèle encore de merveille dans chaque souffle qui anime l’humain lave les rêves de la rose        AHMED BEN DHIAB Inédit 2016       Oeuvre Ahmed Ben Dhiab        

jeudi 8 décembre 2016

REGARD DES ETOILES

à Jean Laugier, i.m. .Ce corps de glaise,pesant, lié au sol,tiré vers l’invincible nuit,ce corps où l’esprit veillecomme l’oiseau, dans la charpente de ténèbre,la cage d’os qu’un sang paisible éclaire,en songe une musique le saisit,l’allège et le dénoue de la terre charnelle.l’aile promise, triomphale, déploieses plumes frémissantes.Il se retourneet la rosée l’aspire.Les yeux fermés,rêvons que dans le froids’élève librement notre corps de lumière.Et le voici alors dissous dans la lumière,dépossédé du sanget du grand livre intime que... [Lire la suite]
samedi 26 novembre 2016

LETTRE D'AMOUR

Je pense aux holothuries angoissantes qui souvent nous entouraient à l’approche de l’aube quand tes pieds plus chauds que des nids flambaient dans la nuit d’une lumière bleue et pailletée Je pense à ton corps faisant du lit le ciel et les montagnes suprêmes de la seule réalité avec ses vallons et ses ombres avec l’humidité et les marbres et l’eau noire reflétant toutes les étoiles dans chaque œil Ton sourire n’était-il pas le bois retentissant de mon enfance n’étais-tu pas la source la pierre pour des siècles choisie pour appuyer ma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
samedi 12 novembre 2016

A L'AMITIE

Bonjour la rue des sottes nuits hivernales Pavée de mes pas et mes détours maudits Mes soupirs, mes plaintes et mes râles Reviennent ombrager tes silences interdits Vieux drille je suis, assidûment étranger Tel un Oyat des plages de colères arraché Obviant vaille que vaille aux vergetures Et à l'essor guindé des vaudevilles futurs Du village qui m’a vu naître et les déconvenues Passant par les cités d’ombres que j'ai connues Jusqu'à Paris où j'ai chaviré de mes ails d’agami Étranger là où j'ai été et chanté, là où j'ai dormi. ... [Lire la suite]
samedi 12 novembre 2016

EDMOND JABES...Extrait

Je suis un silencieux. Je me demande, grâce au recul que je prends, maintenant, avec ma vie, si ce goût prononcé pour le silence n’a pas son origine dans la difficulté qui, de tout temps, fut la mienne, de me sentir d’un quelconque lieu. Avant de connaître le désert, je savais qu’il était mon univers. Seul le sable peut accompagner une parole muette jusqu’à l’horizon. Écrire sur le sable, à l’écoute d’une voix d’outre-temps, les limites abolies. Voix violente du vent ou, immobile, de l’air, cette voix vous tient tête. Ce qu’elle... [Lire la suite]